Histoire@Politique : Politique, culture et société

Le dossier

Le temps, histoire contemporaine d'un enjeu politique et scientifique

Coordination : Sibylle Duhautois et Charles-Antoine Wanecq

Un protectorat provisoire pour toujours. Réforme des États et usages du temps politique chez les élites coloniales et makhzéniennes au Maroc et en Tunisie

Antoine Perrier

Le protectorat est un régime de colonisation qui se justifie par son caractère provisoire. En prenant pour objet la réforme de la fonction publique, dont la politique de recrutement des Marocains et Tunisiens dans les cadres coloniaux, cet article propose d’examiner les stratégies des élites coloniales pour prolonger ce caractère temporaire. Les ministres musulmans, partageant un temps la prudence des Français, comprennent rapidement que cette patience est un refus de réformer l’État. La question temporelle est alors un moyen de comprendre la divergence des élites locales et coloniales et l’impossible réforme sous le protectorat.


Codifier l’urgence dans la gestion des réfugiés dans les années 1920

Alexandre Boza

 Comment gérer les temporalités dans l’action publique en faveur des droits humains ? C’est une question que soulève la qualification des situations relevant de l’intervention humanitaire et des droits de l’homme. Dans cet article, nous souhaitons mettre en évidence l’articulation temporelle entre un discours de l’urgence sociale et la longue durée de la mise en norme des droits de l’homme, ainsi que l’articulation des échelles entre le local et le lointain. Il s’agit ici d’explorer le double discours sur la mobilité à la fin de la Première Guerre mondiale : d’un côté, l’Office pour les réfugiés sous ses différentes formes ; de l’autre, l’Organisation internationale du Travail prolonge dans le traitement des réfugiés son action de gestion des mobilités économiques. La décennie des années 1920 nous semble être celle d’une différenciation des questions humanitaires au sein des objets pris dans la définition des droits de l’homme. Les réfugiés en provenance de Constantinople sont progressivement l’objet de toutes les attentions, qu’ils soient russes ou arméniens, et la trajectoire qui les conduit en Europe occidentale se révèle fructueuse pour comprendre comment une politique transnationale de migrations appelle une définition du statut de réfugiés, voire plus encore. Ainsi la question du temps à travers l’urgence s’impose comme un aspect important de la gestion et du traitement des populations.


Changing the Pace of Life, Rationalizing Society: The Disappointed Ambitions of the Franco Dictatorship, 1939-1975

Till Kössler

Au début des années 1960, la dictature franquiste a déployé des efforts considérables pour réformer et synchroniser l’emploi du temps, public et privé, en Espagne. Elle prescrivait un emploi du temps plus rationnel qui permettrait à l’Espagne de rattraper les pays économiquement plus avancés et d’améliorer la moralité publique. Cependant, l’opposition vocale de divers groupes sociaux et d’intérêts ainsi que l’incapacité à comprendre la complexité du temps social ont finalement obligé le régime à abandonner sa vision lointaine. La campagne franquiste faisait partie de tentatives transnationales plus vastes de rationalisation de l’emploi du temps et son étude suggère une nouvelle compréhension de l’autoritarisme politique après 1945.


La fatigue des organismes. La mesure physiologique du temps entre corps biologique et corps social

Marco Saraceno

À partir de la fin du XIXe siècle, avec l’éclosion du paradigme énergétiste, la physiologie commence à s’intéresser à l’organisme comme à un « moteur animé » dont on peut mesurer la vitesse et les latences, un moteur dont toutefois le rendement baisse dans le temps. Dans ce contexte émerge la question de la fatigue. En particulier les recherches sur la fatigue révèlent que cette baisse marginale ne dépend pas exclusivement d’un mécanisme physiologique, mais également du rapport psychosociologique du sujet avec la tâche à accomplir. En effet, la relation au temps de l’effort varie toujours en fonction de la valeur que l’on donne à une réalisation qui s’inscrit dans le futur. Cet article s’intéressera au rôle de cette catégorie psychophysiologique de fatigue dans l’émergence d’une réflexion sociologique et anthropologique sur le concept de temps à la fin du XIXe siècle. Cette approche originale cherche à dépasser l’alternative entre un temps humain subjectif ou objectif, continu ou variable, quantitatif ou qualitatif.


« L’urgence sociale » : entre souci de la mort physique et de la « mort sociale » (années 1940 – années 2010)

Axelle Brodiez-Dolino

Quelles sont, depuis 1945, les temporalités de l’urgence sociale ? Quels sont les impacts de la conjoncture économique, du marché du logement, de la « politique du thermomètre », de l’évolution sociologique des publics concernés, de l’inventivité associative ? Comment évolue le rapport entre offre et demande d’hébergement ? Vise-t-on d’abord l’inconditionnalité de l’accueil et la mise à l’abri humanitaire, ou la réinsertion des personnes ? Ces interrogations conduisent à dégager quatre temps. De 1945 à la fin des années 1950, dans un contexte de sans-abrisme polymorphe et de crise du logement massive, la domination de la mise à l’abri sur un temps très court (règle des « trois nuits ») conduit à l’entassement dans des asiles de nuit vétustes et non professionnalisés, et à un fort turn over. Puis jusqu’au milieu des années 1970, dans un contexte de moindres besoins et de hausse des moyens pour y faire face, le développement de la « réadaptation sociale » opère un ralentissement du tempo et un travail social mieux adapté aux besoins. Des années 1980 au milieu des années 2000, la dégradation du contexte économique et la médiatisation de ses conséquences sociales scellent un retour à l’urgence et au principe de réactivité – étouffant dans l’œuf toute velléité de réinsertion, pourtant prônée par les politiques publiques. Depuis 2007 enfin, le principe de la stabilisation conduit à reprendre le temps de la réinsertion, mais reporte l’embouteillage dès l’entrée du dispositif et malmène le principe d’inconditionnalité de l’accueil.


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Comptes rendus

  • • Samuel Boussion, Mathias Gardet, Martine Ruchat, L’Internationale des républiques d’enfants, 1939-1955
  • Au cours de l’été 1948, soit près de trois ans après la (...)
  • lire la suite
  • • Nadège Ragaru, « Et les Juifs bulgares furent sauvés… » Une histoire des savoirs sur la Shoah en Bulgarie
  • En 1941, la Bulgarie, alliée de l’Allemagne nazie, profite de (...)
  • lire la suite
  • • Jérôme Henning, Le radicalisme d’Édouard Herriot et la crise des institutions (1905-1954)
  •   Cet ouvrage est la publication de la thèse d’histoire constitutionnelle (...)
  • lire la suite
  • • Benjamin Stora, rapport sur « les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie »
  • Benjamin Stora, Les questions mémorielles portant sur la (...)
  • lire la suite
  • • Sandrine Kott, Organiser le monde. Une autre histoire de la guerre froide
  • Une histoire transnationale, non militaire et à parts égales de (...)
  • lire la suite
  • • Tommaso Milani, Hendrik de Man and Social Democracy: The Idea of Planning in Western Europe, 1914-1940
  • De la fin du XIXe siècle à la veille de la (...)
  • lire la suite
  • • Geneviève Dreyfus-Armand, Septfonds, 1939-1944. Dans l’archipel des camps français
  • Le camp de Septfonds (Tarn-et-Garonne) est l’un des nombreux (...)
  • lire la suite
  • • Alya Aglan, La France inverse. La guerre de Vichy 1940-1945
  • Alya Aglan offre ici la synthèse la plus à jour sur la France (...)
  • lire la suite
  • • Mathieu Fulla, Marc Lazar (eds.), European Socialists and the State in the Twentieth and Twenty-First Centuries
  • It is a commonplace in American political discourse that (...)
  • lire la suite
  • • Craig L. Symonds, Histoire navale de la Seconde Guerre mondiale
  • Craig L. Symonds, ancien professeur d’histoire à l’US Naval War College, (...)
  • lire la suite
  • • Autour du congrès de Tours
  • Véronique Fau-Vincenti, Frédérick Genevée, Éric Lafon, Aux alentours du (...)
  • lire la suite
  • • Ève Fouilleux, Laura Michel (dir.), Quand l’alimentation se fait politique(s)
  • La pandémie mondiale a rappelé en 2020 combien l’approvisionnement alimentaire (...)
  • lire la suite
  • • Camille Creyghton, Résurrections de Michelet. Politique et historiographie en France depuis 1870
  • Cet ouvrage est dû à une enseignante et chercheuse (...)
  • lire la suite
  • • Bernard Lachaise, Georges Pompidou : avec de Gaulle 1944-1959
  • Spécialiste reconnu de l’histoire du gaullisme, tant pour le (...)
  • lire la suite
  • • Lutz Raphael, Jenseits von Kohle und Stahl. Eine Gesellschaftsgeschichte Westeuropas nach dem Boom
  • One of the most successful and widely discussed collaborative (...)
  • lire la suite
  • • Audrey Kichelewski, Judith Lyon-Caen, Jean-Charles Szurek, Annette Wieviorka (dir.), Les Polonais et la Shoah. Une nouvelle école historique
  • In February 2019, the EHESS hosted a Polish-French symposium on (...)
  • lire la suite
  • • Michel Auvray, Histoire des Citoyens du Monde. Un idéal en action de 1945 à nos jours
  • Historien et journaliste, Michel Auvray est spécialiste des relations (...)
  • lire la suite
  • Une vie secrète (La trinchera infinita)
  • Des millions de personnes ont, du fait de la pandémie (...)
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670