Histoire@Politique : Politique, culture et société

Le dossier

Maurice Grimaud, un préfet dans le siècle

Coordination : Sébastien-Yves Laurent et Jean-François Sirinelli

Maurice Grimaud à l'épreuve de l'histoire

Sébastien-Yves Laurent, Jean-François Sirinelli

Maurice Grimaud préfet des Landes (1955-1957) ou « un préfet aux champs »

Bernard Lachaise

C’est dans la préfecture des Landes que Maurice Grimaud débute sa carrière de préfet entre avril 1955 et avril 1957. Le contact est un peu rude avec les Landais que Grimaud juge à chaud et encore plus avec le recul, dans ses mémoires, assez sévèrement. Mais cela s'explique en partie par les conditions de son départ des Landes quand il est victime des divisions internes à la SFIO locale. S’il n'a pas fait l'unanimité dans le monde politique landais, Grimaud s'est montré un préfet très actif pour moderniser l'économie landaise. Il a joué un grand rôle dans la création de la Société d’aménagement des Landes de Gascogne et les responsables économiques locaux lui en ont été reconnaissants.


Maurice Grimaud et Mai 1968

Philippe Nivet

Maurice Grimaud a été le préfet de police de Paris lors des événements de Mai 1968. À partir de ses archives déposées à la Fondation nationale des sciences politiques, recoupées par plusieurs témoignages, cet article montre que Maurice Grimaud chercha à éviter les débordements de violence policière lors des manifestations de Mai 1968. Il étudie ses relations avec le pouvoir gaulliste. Il s’intéresse enfin à l’analyse qu’a pu faire jusqu’à sa mort Maurice Grimaud, qui a beaucoup écrit sur son expérience.


Maurice Grimaud, le préfet médiatique

Christian Delporte

Pour agir, il faut savoir communiquer. Maurice Grimaud, à cet égard, est un préfet atypique qui a très tôt compris l’usage politique des médias. Avant même mai 1968, il se montre disponible à l’égard des journalistes et gagne, dans la presse, une notoriété utile durant la période de crise que traverse alors la France. Après 68, il mise encore sur les médias pour faire admettre ses projets à l’opinion. Bien après avoir quitté ses fonctions de préfet, il reste un homme de communication, dont il maîtrise des codes et les signes, et un invité toujours choyé de la télévision.


Maurice Grimaud directeur de cabinet de Gaston Defferre : l’auteur de La police malade du pouvoir... au pouvoir (mai 1981-juillet 1984)

Floran Vadillo

En mai 1981, le ministre de l’Intérieur Gaston Defferre nomme Maurice Grimaud au poste de directeur de cabinet. Ce faisant, il recrute un haut fonctionnaire connu (presque une célébrité depuis son action en Mai 68 et les commémorations de 1978) et estimé tant par ses pairs que par les responsables politiques ; un haut fonctionnaire qui va imprimer un style particulier dans l’exercice de sa charge au point de paraître atypique. Mais le ministre et son directeur de cabinet s’avèrent parfaitement complémentaires ; ainsi, en dépit des nombreuses vicissitudes et de la lourdeur des fonctions assumées, Maurice Grimaud servira-t-il Gaston Defferre avec constance voire même fidélité, l’accompagnant en juillet 1984 dans ses nouvelles fonctions de ministre chargé du Plan et de l’Aménagement du territoire.


Face aux « services » (1981-1983) : une autre leçon pour la gauche au pouvoir ?

Sébastien-Yves Laurent

Directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur de 1981 à 1983, Maurice Grimaud se trouvé d’emblée placé dans une situation complexe. Il est nommé après une décennie au cours de laquelle la gauche n’a cessé de dénoncer vigoureusement le fait que la police et les services de renseignement ont été mis au service des objectifs politiques de la majorité. Place Beauvau, auprès d’un ministre peu intéressé par la prise en charge de « l’État secret », le préfet Grimaud est un acteur central de la collision entre l’idéal politique de l’ancienne opposition et la loi d’airain que les services de renseignement imposent à l’État. L’absence totale de préparation par l’équipe de campagne et par le PS ainsi que la neutralité de Grimaud qui n’est pas un militant politique de la nouvelle majorité, facilitent l’accommodation rapide de celle-ci aux réalités de la part secrète de l’État. Dès l'arrivée au pouvoir de François Mitterrand, l’État secret s'impose.


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Comptes rendus

  • Œuvres de Jean Jaurès
  • Lire Jaurès dans le texte, au jour le jour, comme nous y (...)
  • lire la suite
  • • Jean Baubérot, La loi de 1905 n’aura pas lieu, tome 1 : L’impossible loi de liberté (1902-1905),
  • Cet ouvrage constitue la première pierre d’une entreprise historiographique (...)
  • lire la suite
  • • Fabrice Grenard, Les Maquisards. Combattre dans la France occupée,
  • Fabrice Grenard, auteur d’un ouvrage remarqué sur Georges Guingouin[1], (...)
  • lire la suite
  • Adults in the Room, film réalisé par Costa-Gavras (2019)
  • Adapté d’un livre de Yánis Varoufákis (Adults in the Room: My Battle With (...)
  • lire la suite
  • • James L. Newell, Silvio Berlusconi. A Study in Failure,
  • James L. Newell, politologue spécialiste de l’Italie, propose une biographie (...)
  • lire la suite
  • • Autour d'Eugène Varlin
  • Hasard du calendrier éditorial ou signe des temps, deux (...)
  • lire la suite
  • • Stuart Bergerson, Leonard Schmieding (dir.), Ruptures in the Everyday. Views of Modern Germany from the Ground,
  • L’ouvrage édité par Andrew Bergerson et Leonard Schmieding est (...)
  • lire la suite
  • Camille, film réalisé par Boris Lojkine (2019)
  • Le 12 mai 2014, la photographe de guerre et journaliste Camille (...)
  • lire la suite
  • Le Traître, film réalisé par Marco Bellocchio (2019)
  • Cette fiction dresse un portrait du mafieux Tommaso Buscetta, (...)
  • lire la suite
  • • Fabrice Grenard, Florent Le Bot et Cédric Perrin, Histoire économique de Vichy. L’État, les hommes, les entreprises,
  • Il n’existait pas de vraie synthèse sur l’histoire économique (...)
  • lire la suite
  • • Sylvain Dufraisse, Les Héros du sport. Une histoire des champions soviétiques (années 1930 – années 1980),
  • Les héros du sport, une histoire des champions soviétiques, (...)
  • lire la suite
  • • Steven High, Lachlan MacKinnon, Andrew Perchard (dir.), The Deindustrialized World. Confronting Ruination in Postindustrial Places,
  • Depuis plus d’une quinzaine d’années[1], une cohorte de chercheurs en (...)
  • lire la suite
  • • Pierre Mendès France, Écrits de résistance,
  • Le volume s’ouvre bien sûr par le récit Liberté, liberté chérie, écrit (...)
  • lire la suite
  • • Audrey Célestine, La Fabrique des identités. L’encadrement politique des minorités caribéennes à Paris et New York,
  • Dans cet ouvrage issu de sa thèse de doctorat, la politiste (...)
  • lire la suite
  • • Genre et résistances en Europe du Sud
  • L’ouvrage La Résistance à l’épreuve du genre dirigé par (...)
  • lire la suite
  • • Benoît Agnès, L’appel au pouvoir : les pétitions aux Parlements en France et au Royaume-Uni (1814-1848),
  • Dans cette version publiée de sa thèse soutenue en 2009 (...)
  • lire la suite
  • • Walter Badier, Alexandre Ribot et la République modérée. Formation et ascension d’un homme politique libéral (1858-1895),
  • Alexandre Ribot (1842-1923) a été cinq fois président du (...)
  • lire la suite
  • • Élise Roullaud, Contester l’Europe agricole. La Confédération paysanne à l’épreuve de la PAC,
  • Depuis plusieurs décennies, l’étude du syndicalisme agricole et celle (...)
  • lire la suite
  • • Gilles Vergnon, Un enfant est lynché. L’affaire Gignoux, 1937,
  • En 1922, dans son roman Silbermann, qui reçoit le prix (...)
  • lire la suite
  • • États et sociétés durant la Première Guerre mondiale
  • Sylvain Bertschy, Philippe Salson (dir.), (...)
  • lire la suite
  • • Ilvo Diamanti, Marc Lazar, Peuplecratie. La métamorphose de nos démocraties,
  • Tenter d’imposer un néologisme en science politique n’est jamais (...)
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670