Histoire@Politique : Politique, culture et société

Le dossier

68/86 : un grand retournement ? Cerisy dans la vie intellectuelle française

Coordination : Laurent Jeanpierre et Laurent Martin

Les colloques littéraires à Cerisy, 1968-1986. Entre nostalgie et avant-gardes

Laurent Martin

La littérature occupe traditionnellement une place centrale dans la programmation des colloques du Centre culturel international de Cerisy. Cette place se trouve questionnée et renouvelée au cours des années 1960 par la montée en puissance des sciences sociales dans le champ universitaire. Critique et théorie littéraires, en lien avec le triomphe du structuralisme, de la psychanalyse et de la référence marxiste, proposent de nouvelles voies d'accès au littéraire. Ce renouvellement participe de mutations plus globales, à l'intérieur comme à l'extérieur de Cerisy, qui font de ce lieu l'un des sismographes des basculements idéologiques et épistémologiques de la période qui s'étend des années 1960 aux années 1980.


Théorie et politique à Cerisy (1968-1986)

François Cusset

En passant en revue les décades de Cerisy les plus significatives entre 1968 et 1986, il s'agit d'analyser le rapport qui s'y joue entre la théorie et la politique, ou entre le champ de production intellectuelle et son dehors fantasmé, le champ de l'action politique. Du théorisme échevelé du début au moralisme philosophique de la fin, et du désir de politique au nouveau discours cybernétique, quatre figures sont ici mises au jour, dont la succession corrobore bien, au-delà de Cerisy, l'hypothèse d'un tournant idéologique et culturel majeur au fil de ces deux décennies.


Le retour du sujet ? La sociologie d’Alain Touraine entre deux colloques de Cerisy

Jean-François Bert

L’itinéraire sociologique d’Alain Touraine, tel qu’il se donne à voir dans les colloques de Cerisy de 1968 et de 1979, est représentatif d’un mouvement plus général de promotion des notions d’acteur et de sujet en sociologie et en sciences sociales après 1968. Il associe l'analyse du processus historique d'individualisation et des luttes collectives d'un nouveau type pour redéfinir la notion de « mouvement social ». On peut résumer la tentative tourainienne, sur le plan théorique autant que méthodologique, à un discours qui cherche à faire du « sujet » et de l’« acteur » un ultime recours face à la disparition des anciens repères sociaux de classe pour comprendre les luttes contemporaines des années 1970.


Présences et absences de la psychanalyse à Cerisy

Maïa Fansten

La période des années 1960 aux années 1980 correspond en France à une période d’innovations, de réformes et d’expansion de la psychanalyse, en particulier à travers l’influence croissante du lacanisme, mais aussi des controverses et des scissions qu’il provoque au sein du mouvement psychanalytique français et des spécificités qu’il lui imprime. Quel écho ces événements, ces figures, ces innovations et ces polémiques ont-ils à Cerisy ? Étonnement, la psychanalyse y est relativement peu présente, alors même qu’il s’agit d’une période de bouillonnement et de forte visibilité dans le champ intellectuel et culturel français. La psychanalyse qui est représentée dans ces années à Cerisy est quelque peu en décalage avec la réalité des débats et des apports qui nourrissent la discipline : les colloques mettent en scène de façon privilégiée une psychanalyse freudienne orthodoxe (les lacaniens sont très peu représentés) et une psychanalyse souvent appliquée (aux thèmes littéraires et artistiques). Aussi la psychanalyse est-elle à la fois peu visible et présente de façon indirecte et souterraine à l’occasion de colloques qui ne la prennent pas directement ou explicitement pour objet ou pour référence. Cet article propose d’examiner et d’analyser cette singulière présence / absence de la psychanalyse à Cerisy.


Les colloques scientifiques à Cerisy : un laboratoire pour de nouveaux paradigmes (1970-1984)

Mathieu Triclot

Cet article analyse la série des huit colloques scientifiques organisés à Cerisy entre 1970 et 1984. Cet ensemble, dans lequel on repère un premier groupe consacré à la réforme de la recherche opérationnelle et des sciences de gestion et un second consacré à la thématique de l'auto-organisation, est marqué par une grande cohérence. La transition qui s'opère à Cerisy entre recherche opérationnelle et seconde cybernétique constitue un événement significatif dans le contexte francophone, où la cybernétique a avant tout été reçue comme science de l'organisation. L'insistance sur le transfert de modèles formels, une certaine manière de faire science, associée au questionnement philosophique, tout comme le réseau serré des intervenants, signale l'originalité du projet scientifique de Cerisy, ouvert à des savoirs qui ne trouvaient pas encore place dans le champ académique.


Les réseaux de pensée prospective à Cerisy

Philippe Durance

Cet article s’attache à montrer comment Cerisy a introduit des savoirs prospectifs dans les domaines de l’organisation et de la décision entre 1968 et 1986 ; quels types de savoirs, dans quels rapports avec les autres sciences humaines et sociales et dans quelles relations avec les institutions de recherche, les entreprises et d’autres organisations ou réseaux. Alors que le lieu, la période considérée et les domaines abordés pouvaient laisser supposer une identification aisée de savoirs prospectifs, cela n’a pas été le cas. En définitive, sur la période considérée, la relation entre la prospective et Cerisy est à la fois proche et lointaine. Proche, car nombreuses sont les personnes présentes à Cerisy, qui ont une relation à la prospective et ont pu y apporter une préoccupation de l’avenir. Lointaine, car la prospective n’est jamais considérée en tant que telle.


Les colloques « fantômes » à Cerisy (années 1970 - fin des années 1980) : contraintes et affirmations dans le choix de programmation au sein d’une grande institution culturelle

François Chaubet

Comment une institution culturelle, inscrite dans la durée, fait-elle face aux évolutions du temps et notamment, aux ruptures idéologiques ? Ce texte analyse comment les Décades de Cerisy, reconnus pour leur soutien à l'avant-gardisme dans les années 1960 et au début des années 1970, ont tenté de faire face au tournant intellectuel des années 1980 quand les avant-gardes et le paradigme structuraliste critique ont cédé la place à d'autres enjeux intellectuels.

Il montre à la fois des stratégies d'adaptation plus ou moins contrainte et des stratégies de résistance à ce nouvel air du temps.


Adieux aux structures et à la dialectique. La pensée des sciences sociales aux colloques de Cerisy après Mai 1968

Laurent Jeanpierre

À travers l’étude des archives et des actes d’une vingtaine de colloques de sciences sociales, comprenant environ deux cents communications, ayant eu lieu à Cerisy — un réseau à la fois marginal et central de rencontres entre intellectuels (écrivains et universitaires) — entre 1968 et 1986, l’article s’interroge sur l’évolution des manières de concevoir ces disciplines en France pendant cette période. Si Cerisy fut, entre autres, un des lieux d’expression des paradigmes marxistes et structuralistes avant 1968, les deux décennies qui suivent sont marquées, comme dans le reste du champ intellectuel français, par une rupture progressive avec ces courants de pensée. Les sciences sociales de Cerisy après 1968 sont en quête d’interdisciplinarité, en dialogue avec les sciences naturelles et les sciences de l’ingénieur, et tournées vers l’épistémologie. Une tendance dominante s’exprime, qui critique l’objectivisme et le déterminisme des paradigmes antérieurs et qui conçoit le social non plus comme une donnée première mais comme le produit d’une activité collective. Cerisy apparaît ainsi comme un laboratoire français de ce qu’on appelle aujourd’hui le constructionnisme, autour duquel devait être redéfinie une « nouvelle alliance » entre sciences sociales et autres sciences. Historiquement, ce mouvement peut être compris chez certains protagonistes comme une traduction intellectuelle du contenu idéologique des événements de Mai 68 sous la forme d’une critique des prétentions modernisatrices du rationalisme et de la fonction de porte-parole des intellectuels. Sociologiquement, cette évolution de l’esprit de Cerisy est liée à un renouvellement générationnel de la fonction de programmation et des intervenants des colloques, ainsi qu’à la position relativement périphérique des participants par rapport au cœur du monde universitaire français, ce qui les contraint à l’innovation. L’article permet ainsi de mieux comprendre les raisons et les réseaux du déclin du marxisme et du structuralisme dans la pensée française des années 1970 et il met en relation ces phénomènes avec l’essor du constructionnisme.


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Comptes rendus

  • • Samuel Boussion, Mathias Gardet, Martine Ruchat, L’Internationale des républiques d’enfants, 1939-1955
  • Au cours de l’été 1948, soit près de trois ans après la (...)
  • lire la suite
  • • Nadège Ragaru, « Et les Juifs bulgares furent sauvés… » Une histoire des savoirs sur la Shoah en Bulgarie
  • En 1941, la Bulgarie, alliée de l’Allemagne nazie, profite de (...)
  • lire la suite
  • • Jérôme Henning, Le radicalisme d’Édouard Herriot et la crise des institutions (1905-1954)
  •   Cet ouvrage est la publication de la thèse d’histoire constitutionnelle (...)
  • lire la suite
  • • Benjamin Stora, rapport sur « les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie »
  • Benjamin Stora, Les questions mémorielles portant sur la (...)
  • lire la suite
  • • Sandrine Kott, Organiser le monde. Une autre histoire de la guerre froide
  • Une histoire transnationale, non militaire et à parts égales de (...)
  • lire la suite
  • • Tommaso Milani, Hendrik de Man and Social Democracy: The Idea of Planning in Western Europe, 1914-1940
  • De la fin du XIXe siècle à la veille de la (...)
  • lire la suite
  • • Geneviève Dreyfus-Armand, Septfonds, 1939-1944. Dans l’archipel des camps français
  • Le camp de Septfonds (Tarn-et-Garonne) est l’un des nombreux (...)
  • lire la suite
  • • Alya Aglan, La France inverse. La guerre de Vichy 1940-1945
  • Alya Aglan offre ici la synthèse la plus à jour sur la France (...)
  • lire la suite
  • • Mathieu Fulla, Marc Lazar (eds.), European Socialists and the State in the Twentieth and Twenty-First Centuries
  • It is a commonplace in American political discourse that (...)
  • lire la suite
  • • Craig L. Symonds, Histoire navale de la Seconde Guerre mondiale
  • Craig L. Symonds, ancien professeur d’histoire à l’US Naval War College, (...)
  • lire la suite
  • • Autour du congrès de Tours
  • Véronique Fau-Vincenti, Frédérick Genevée, Éric Lafon, Aux alentours du (...)
  • lire la suite
  • • Ève Fouilleux, Laura Michel (dir.), Quand l’alimentation se fait politique(s)
  • La pandémie mondiale a rappelé en 2020 combien l’approvisionnement alimentaire (...)
  • lire la suite
  • • Camille Creyghton, Résurrections de Michelet. Politique et historiographie en France depuis 1870
  • Cet ouvrage est dû à une enseignante et chercheuse (...)
  • lire la suite
  • • Bernard Lachaise, Georges Pompidou : avec de Gaulle 1944-1959
  • Spécialiste reconnu de l’histoire du gaullisme, tant pour le (...)
  • lire la suite
  • • Lutz Raphael, Jenseits von Kohle und Stahl. Eine Gesellschaftsgeschichte Westeuropas nach dem Boom
  • One of the most successful and widely discussed collaborative (...)
  • lire la suite
  • • Audrey Kichelewski, Judith Lyon-Caen, Jean-Charles Szurek, Annette Wieviorka (dir.), Les Polonais et la Shoah. Une nouvelle école historique
  • In February 2019, the EHESS hosted a Polish-French symposium on (...)
  • lire la suite
  • • Michel Auvray, Histoire des Citoyens du Monde. Un idéal en action de 1945 à nos jours
  • Historien et journaliste, Michel Auvray est spécialiste des relations (...)
  • lire la suite
  • Une vie secrète (La trinchera infinita)
  • Des millions de personnes ont, du fait de la pandémie (...)
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670