Histoire@Politique : Politique, culture et société

Le dossier

Sorties de guerre au XXe siècle

Coordination : Bruno Cabanes et Guillaume Piketty

Avant-propos

Sortir de la guerre : jalons pour une histoire en chantier

Bruno Cabanes, Guillaume Piketty

« La guerre donne le temps fort, le temps vrai, le temps peuplé de vrais événements, écrivait Pierre Chaunu, dans sa contribution aux Essais d’ego-histoire. C’est lui qui accroche le reste de la durée, la durée molle des avant et des après-guerre ».


L'ennemi

France, 1944 : maintien de l'ordre et exception judiciaire. Les cours martiales du régime de Vichy

Virginie Sansico

Près de deux cents exécutions en l’espace de six mois, des procédures ultra expéditives mais non moins structurées afin de ne pas laisser place à l’improvisation, un quadrillage systématique du territoire français, une organisation centralisée par le secrétariat général au Maintien de l’ordre, qui a tous les pouvoirs en matière de répression : les cours martiales sont l’un des symboles forts du « dernier Vichy », et l’épisode le plus meurtrier de l’histoire de la justice française pendant l’Occupation.


«Au nom de la Patrie ! A mort les traîtres». La répression des inciviques belges de 1914 à 1918

Laurence Van Ypersele

On ne sort pas de quatre années de guerre comme d’un simple cauchemar, au son du dernier coup de canon, le 11 novembre 1918 à 11 heures du matin. Au sortir de la Grande Guerre, la Belgique est ruinée. Les soldats et le roi qui rentrent du front sont acclamés. Les héros et les martyrs sont glorifiés. Et la population qui a quotidiennement souffert pendant quatre années d’occupation réclame des têtes.


Retours de guerre

Le Grand retour, URSS 1945-1946

Nicolas Werth

 

Au cours de la première année qui suivit la Victoire dans la Grande guerre patriotique, près de trente millions de Soviétiques – évacués civils, militaires démobilisés, prisonniers de guerre et Ostarbeiter rapatriés – tentèrent de retourner chez eux, de retrouver le rythme d’une vie en temps de paix, un emploi, un logement, une vie de famille.


Economie morale de la reconnaissance. L'Ordre de la Libération au péril de la sortie de Seconde guerre mondiale

Guillaume Piketty

La guerre pose la question de la reconnaissance du sacrifice consenti par les combattants. Pendant le conflit tout d’abord, afin d’entretenir la flamme, de renforcer la cohésion nationale et de favoriser une certaine émulation au sein des armées. A la fin des hostilités ensuite, alors que se développe la « culpabilité, consciente ou inconsciente, individuelle et collective, d’avoir enfreint ou laissé enfreindre l’interdit ‘Tu ne tueras point’ » en envoyant les combattants à la mort ou au danger.


La dernière génération du feu ? Jalons pour une étude des anciens combattants français de la guerre d'Algérie

Raphaëlle Branche

« Je n’ai pas eu le bonheur de connaître un grand-père ancien combattant de 14-18. En revanche j’ai eu la chance ou la malchance, tout dépendait des fluctuations de mon humeur d’adolescent, d’avoir un père qui avait fait la Résistance. »


Démobilisation culturelle

Expériences enfantines du deuil pendant et après la Grande Guerre

Manon Pignot

 Loin de prétendre être une synthèse sur l’enfance et le deuil, cet article s’inscrit dans la droite ligne d’un travail de doctorat portant sur les expériences enfantines de la guerre. L’enjeu ici est donc de tenter de nous situer dans « l’œil de l’enfance », autrement dit au plus près d’une parole enfantine sur le deuil.


Les peer groups dans l’espace public en RDA : de la stigmatisation à la reconnaissance ? (1960- 1980)

Emmanuel Droit

La RDA s’est efforcée de former une jeunesse socialiste par le biais d’un réseau d’institutions et d’organisations de masse. Cette « entreprise d’État » impliquait de réduire autant que possible les influences liées à une « mauvaise » socialisation due aux groupes de jeunes informels. Au cours des années 1960, ces « bandes » font à la fois l’objet d’une politique de stigmatisation et de criminalisation. Le tournant des années 1970 aboutit à une reconnaissance partielle de ces peer groups dans l’espace public. Il conviendra d’apporter toutes les nuances nécessaires à cette reconnaissance à l’exemple de l’analyse d’un film documentaire est-allemand sur les groupes informels de jeunes du quartier de Prenzlauer Berg au début des années 1980.


1918-1920, des tranchées aux stades. Quelques éclairages sur la sortie de guerre des sportifs français et des fédérations de football européennes

Paul Dietschy

A l’été 1914, plus de 1,5 million de Français étaient affiliés par le biais d’une société sportive, de tir ou de gymnastique à une fédération régissant les choses du sport, de l’éducation physique et de la préparation militaire. Si l’on ne peut considérer que ces adeptes de l’exercice physique aient constitué une catégorie sociale en soi et si les activités athlétiques entraient en part variable dans la construction des identités individuelles et collectives des populations masculines d’un pays encore majoritairement rural, le sport propose malgré tout un point d’observation original de l’évolution politique, culturelle et sociale de la France et de l’Europe en guerre.


Sortie de guerre et enjeux urbains : histoire de deux projets parisiens (1919-1939)

Fabienne Chevallier

 Lorsque les villes subissent des dommages en temps de guerre, ou sont détruites, la reconstruction devient l’enjeu de la sortie du conflit. Mais à l’issue de la Première guerre mondiale, dans un pays comme la France, qui fut la plus touchée matériellement, la reconstruction intervient aussi dans un contexte diplomatique particulier : l’exigence de réparations à l’Allemagne perpétue les logiques de guerre. La reconstruction avait également des finalités économiques et sociales : il s’agissait de reconstituer l’appareil industriel, les ouvrages d’art, les villes et les villages détruits. Mais elle se doublait aussi, pour ce qui concerne la reconstruction des villes détruites, de valeurs plus spirituelles, parmi lesquelles la mémoire patrimoniale jouait un rôle déterminant. En même temps, la nécessité de moderniser les villes se fit jour, elle aussi, au moment de la sortie de guerre.


Sortir de la guerre civile à retardement : le cas espagnol

Sophie Baby

L’Espagne de la seconde moitié du XXe siècle présente un cas bien particulier de sortie de guerre. Elle a en effet été le théâtre d’une guerre civile d’une extrême violence qui a donné lieu à une dictature exclusive, fondée sur l’exaltation des vainqueurs et l’annihilation physique et morale des vaincus. Le régime franquiste, loin d’être réconciliateur, a prolongé les effets dévastateurs de la guerre en termes de division de la société. Il a de plus été d’une longévité exceptionnelle puisque c’est la mort naturelle du général Franco, le 20 novembre 1975, qui a mis fin au régime instauré en 1939. Par conséquent, la question de la sortie de la guerre, tant au niveau politique, culturel que symbolique, a été reportée trente-six ans après la fin officielle de la guerre civile, le 1er avril 1939.


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • Histoire@Politique aux Rendez-Vous de l'Histoire de Blois - samedi 10 octobre 2020, 16h00-17h30, salle Lavoisier du Conseil départemental de Blois
  •   (...)
  • lire la suite
  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Comptes rendus

  • • Christophe Portalez, Alfred Naquet et ses amis politiques. Patronage, corruption et scandale en République (1870-1898)
  • Bien qu’Alfred Naquet ne soit pas une figure politique (...)
  • lire la suite
  • • Paolo Carusi, Les partis politiques italiens de l’unité du pays à nos jours
  • L’ouvrage de Paolo Carusi a connu plusieurs rééditions en (...)
  • lire la suite
  • • Rachel Applebaum, Empire of Friends. Soviet Power and Socialist Internationalism in Cold War Czechoslovakia
  • Historienne de l’Union soviétique et de l’Europe centrale, Rachel (...)
  • lire la suite
  • • Réflexions autour d’une exposition et de son catalogue : «Otto Freundlich (1878-1943), la révélation de l’abstraction»
  • En 1937 s’ouvre à Munich l’exposition itinérante « Art dégénéré », événement (...)
  • lire la suite
  • • Julian Jackson, De Gaulle. Une certaine idée de la France
  • Certains seront tentés de dire : « Encore une biographie de (...)
  • lire la suite
  • Mr Jones au pays des Soviets
  • L’Ombre de Staline de la réalisatrice polonaise Agnieszka Holland (née en 1948) met en (...)
  • lire la suite
  • • Nathalie Berny, Défendre la cause de l’environnement. Une approche organisationnelle
  • Dans cet ouvrage tiré de son habilitation à diriger des (...)
  • lire la suite
  • • Maria Grazia Meriggi, Entre fraternité et xénophobie. Les mondes ouvriers parisiens dans l’entre-deux-guerres et les problèmes de la guerre et de la paix,
  • Maria Grazia Meriggi, professeure à l’Université de Bergame, spécialiste (...)
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670