Histoire@Politique : Politique, culture et société

Le dossier

Nouvelles gauches et extrêmes gauches européennes à l'épreuve des années 1970

Coordination : Lucia Bonfreschi et Frank Georgi

Un internationalisme pratique. La culture politique de la IVe Internationale dans les années 1970

Ludivine Bantigny, Fanny Gallot

Parmi les gauches révolutionnaires, la IVe Internationale accorde une place essentielle à la subjectivité, à la capacité d’agir des protagonistes, bref à un marxisme humaniste. Au cours de l’immédiat après-1968, dans les courants communistes révolutionnaires, la conviction est forte que la révolution est imminente ou en tout cas qu’elle surgira à moyen terme, dans cinq ou dix ans en Europe. Mais au fil des années 1970, cette espérance s’amenuise et se fragilise. À partir des archives de la IVInternationale, peu ou pas explorées, cette contribution revient sur la culture politique d’une organisation internationale et ses pratiques militantes qui s’appuient sur l’examen de la situation sociale, économique et politique, la stratégie à mettre en œuvre et le programme pour une société alternative au capitalisme et à l’économie de marché. 


L’autonomie politique dans l’Europe des années 1970 : approches transnationales d’un phénomène protéiforme

Jean-Octave Guérin-Jollet

 Au sein du large spectre de courants qui existent aux marges du champ politique dans les années 1970, l’autonomie constitue un phénomène spécifique. La plupart de ses composantes se revendiquent d’une certaine continuité avec le « soulèvement mondial de la jeunesse » de 1968. Mais elles s’affirment dans le même temps comme en rupture avec l’événement, entretenant avec celui-ci et son héritage une relation contradictoire et antagoniste. À cela s’ajoute que cette décennie constitue un moment charnière de l’histoire des autonomes, alors que les différents mécanismes qui participent de l’effacement des offres politiques classiques s’agrègent à des processus de développement de cultures politiques hétérodoxes, à la mise en place de réseaux de communications et d’échanges internationaux, à l’émergence d’un phénomène profond et de rejet des formes d’organisations et des pratiques politiques traditionnelles à l’échelle de toute l’Europe. Dès l’origine, l’autonomie apparaît comme un phénomène transnational. S’il est difficile de l’ériger en culture politique à part entière en raison de son absence d’unité doctrinale et des conflits qui la traversent, elle participe néanmoins de la construction d’une identité collective qui s’affirme à la fin des années 1970.


L’élaboration transnationale de la « nouvelle gauche » des années 1970 : l’apport des échanges syndicaux franco-italiens

Claude Roccati

Au tournant de la décennie 1970, la culture dite de « deuxième gauche » se nourrit d’échanges entre politiques et syndicalistes français et italiens. Ces échanges conduisent à renouveler le socialisme défendu par cette gauche non communiste, en l’appuyant sur le « contrôle ouvrier » et les luttes de la base. Le réseau à la source de ces échanges s’est en fait dessiné bien plus tôt mais il devient visible dans le contexte de l’après-1968. Si les échanges semblent diminuer rapidement, en raison de contingences nationales mais aussi du fait de divergences entre partis et syndicats, leur influence se prolonge dans la deuxième partie de la décennie au niveau syndical. Les réflexions partagées entre CFDT et CGIL autour de « l’austérité négociée » participent au recentrage de la confédération française.


Le « contrôle ouvrier » : diffusion et disparition d’un imaginaire

Hélène Hatzfeld

Le « contrôle ouvrier » a mobilisé des syndicats, des associations et des intellectuels en France, en Grande-Bretagne, en Belgique et en Italie, de la fin des années 1950 au milieu des années 1970. Pouvant faire référence à la fois aux conseils ouvriers et à la démocratie industrielle, il a été une expression de mutations sociétales et de nouvelles exigences politiques. Ravivé par les grèves et les luttes sociales des années 1968, il a suscité un imaginaire politique de démocratie directe avant d’être relayé par l’autogestion ou de disparaître.


Une utopie ouvrière à l’aube de la société post-industrielle. Le « Balai libéré » et les expériences d’autogestion en Belgique

Nicolas Verschueren

L’histoire de l’autogestion en Belgique a été très peu étudiée. Or, il ne s’agit nullement d’un sujet marginal ou d’un événement éphémère. Cette histoire est parsemée d’expériences d’une ampleur et d’une durée de vie hors du commun. Alors que le thème autogestionnaire s’érode rapidement à la fin des années 1970, les expériences belges se poursuivent jusqu’à la fin de la décennie suivante. L’histoire du « Balai libéré » est représentative des particularités de l’autogestion belge. Le récit d’une trentaine de femmes de ménage qui licencient leur patron pour lancer leur autogestion en compagnie de militants de la démocratie chrétienne est devenu l’un des emblèmes souvent cités mais jamais étudiés de l’histoire politique et sociale belge.


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Comptes rendus

  • • Mathieu Fulla, Marc Lazar (eds.), European Socialists and the State in the Twentieth and Twenty-First Centuries
  • It is a commonplace in American political discourse that (...)
  • lire la suite
  • • Craig L. Symonds, Histoire navale de la Seconde Guerre mondiale
  • Craig L. Symonds, ancien professeur d’histoire à l’US Naval War College, (...)
  • lire la suite
  • • Autour du congrès de Tours
  • Véronique Fau-Vincenti, Frédérick Genevée, Éric Lafon, Aux alentours du (...)
  • lire la suite
  • • Ève Fouilleux, Laura Michel (dir.), Quand l’alimentation se fait politique(s)
  • La pandémie mondiale a rappelé en 2020 combien l’approvisionnement alimentaire (...)
  • lire la suite
  • • Camille Creyghton, Résurrections de Michelet. Politique et historiographie en France depuis 1870
  • Cet ouvrage est dû à une enseignante et chercheuse (...)
  • lire la suite
  • • Bernard Lachaise, Georges Pompidou : avec de Gaulle 1944-1959
  • Spécialiste reconnu de l’histoire du gaullisme, tant pour le (...)
  • lire la suite
  • • Lutz Raphael, Jenseits von Kohle und Stahl. Eine Gesellschaftsgeschichte Westeuropas nach dem Boom
  • One of the most successful and widely discussed collaborative (...)
  • lire la suite
  • • Audrey Kichelewski, Judith Lyon-Caen, Jean-Charles Szurek, Annette Wieviorka (dir.), Les Polonais et la Shoah. Une nouvelle école historique
  • In February 2019, the EHESS hosted a Polish-French symposium on (...)
  • lire la suite
  • • Michel Auvray, Histoire des Citoyens du Monde. Un idéal en action de 1945 à nos jours
  • Historien et journaliste, Michel Auvray est spécialiste des relations (...)
  • lire la suite
  • Une vie secrète (La trinchera infinita)
  • Des millions de personnes ont, du fait de la pandémie (...)
  • lire la suite
  • • Simon Catros, La guerre inéluctable. Les chefs militaires français et la politique étrangère, 1935-1939
  • L’ouvrage est issu d’une thèse de doctorat dirigée par (...)
  • lire la suite
  • • Christophe Portalez, Alfred Naquet et ses amis politiques. Patronage, corruption et scandale en République (1870-1898)
  • Bien qu’Alfred Naquet ne soit pas une figure politique (...)
  • lire la suite
  • • Paolo Carusi, Les partis politiques italiens de l’unité du pays à nos jours
  • L’ouvrage de Paolo Carusi a connu plusieurs rééditions en (...)
  • lire la suite
  • • Rachel Applebaum, Empire of Friends. Soviet Power and Socialist Internationalism in Cold War Czechoslovakia
  • Historienne de l’Union soviétique et de l’Europe centrale, Rachel (...)
  • lire la suite
  • • Réflexions autour d’une exposition et de son catalogue : «Otto Freundlich (1878-1943), la révélation de l’abstraction»
  • En 1937 s’ouvre à Munich l’exposition itinérante « Art dégénéré », événement (...)
  • lire la suite
  • • Julian Jackson, De Gaulle. Une certaine idée de la France
  • Certains seront tentés de dire : « Encore une biographie de (...)
  • lire la suite
  • Mr Jones au pays des Soviets
  • L’Ombre de Staline de la réalisatrice polonaise Agnieszka Holland (née en 1948) met en (...)
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670