Histoire@Politique : Politique, culture et société

Le dossier

Cold warriors : propagande, culture et guerre froide

Coordination : Michele Di Donato, Gaetano Di Tommaso et Bruno Settis

Cold warriors : propagande, culture et guerre froide. Introduction

Michele Di Donato, Gaetano Di Tommaso , Bruno Settis

 


The Cultural Cold War and the New Women of Power. Making a Case based on the Fulbright and Ford Foundations in Greece

Despina Lalaki

Lorsque C. Wright Mills écrit à propos de l’émergence de nouvelles élites de pouvoir dans les années 1950, il n’accorde aucune attention à la présence de femmes en leur sein. Il n’a pas complètement tort. L’imbrication particulière des idéologies de leadership et de masculinité entretiennent le statu quo et perpétuent les préjugés sur l’action politique et le sexe. Afin d’aller au-delà des modèles disponibles et des images principalement masculines de l’Amérique d’après-guerre, cet article décrit le rôle des femmes dans les tentatives américaines d’après-guerre d’établir une hégémonie culturelle. Il examine le cas de l’archéologue américaine Alison Frantz et de l’administratrice grecque Ekaterini Myrivili, et sur leur travail pour la Fondation Fulbright pour la première et pour la Fondation Ford pour la seconde. Cet article entend mettre l’accent sur le rôle des femmes à la fois en tant que professionnelles mais également comme membres de groupes au capital culturel important servant à la production et à la distribution de la culture américaine pendant la guerre froide. Par ailleurs, l’article entend contribuer à l’essor de la recherche sur la guerre froide culturelle en Grèce.


The Cold War in the Courtroom: Friedrich Karl Kaul in Jerusalem

Lorena De Vita

Cet article examine l’histoire du juriste et journaliste est-allemand Friedrich Karl Kaul à travers la question de la dialectique entre échelles nationale et internationale. Lors du procès Eichmann, ce militant communiste de longue date (dont le parcours n’est pas dénué d’ambiguïtés) devient un cold warrior professionnel, engagé dans la construction de l’image internationale de la RDA. On le découvre ici engagé dans une mission touchant les relations entre les deux États allemands et Israël, mais aussi, évidemment, la construction de la mémoire des crimes nazis, qui trouve une forte résonance individuelle compte tenu de l’origine juive de Kaul. S’appuyant sur des sources en provenance de la RDA et de la RFA, de la CIA et des documents israéliens, cet article montre que l’engagement de Kaul dans le procès Eichmann constitue un élément d’une histoire (culturelle) transnationale de la guerre froide.  


Sweden Goes Global: Francophonie, Palme, and the North-South Dialogue during the Cold War

Carl Marklund, Andreas Mørkved Hellenes

La décolonisation et la montée du « tiers monde » ont ouvert un nouveau front dans la guerre froide mondiale. En réponse, les États neutres et non alignés ont dû faire face au choix complexe de s’adapter ou de contester l’ordre bipolaire. Dans ce contexte, la Suède a progressivement adopté une « politique étrangère active » largement orientée vers l’intérêt de la détente Est-Ouest, du dialogue Nord-Sud et de la solidarité dite du tiers monde. Le Premier ministre social-démocrate suédois Olof Palme a joué un rôle particulièrement crucial dans l’établissement des « intérêts des petits États » comme alternative discursive au bipolarisme antithétique défendu par les blocs de la guerre froide au cours de ses premiers mandats (1969–1976). En tant que tel, les activités de Palme en tant que diplomate publique dans l’univers progressiste émergeant de réseaux, forums de débat et organes d’experts ont été largement notées dans l’opinion publique mondiale de la guerre froide. Dans cet article, nous explorons deux dimensions liées à la diplomatie publique de la guerre froide de Palme : la Suède à la fois comme modèle mondial de neutralité et modèle social possible, qui doivent être interprétés du point de vue de la lutte idéologique de la guerre froide ; Palme en tant qu’intellectuel publique explorant les alternatives au bipolarisme généralisé de la guerre froide, en nous concentrant sur le début des années 1970, moment clé dans le conflit Nord-Sud de la guerre froide.


Des cold warriors institutionnels : l’Information Research Department du Foreign Office britannique et l’Italie

Michele Di Donato, Riccardo Diego Portolani

La Grande-Bretagne a joué un rôle pionnier dans la définition des stratégies de communication et de propagande philo-occidentale et anticommuniste à l’étranger pendant la première phase de la guerre froide. Cet article analyse les activités menées en Italie par le ministère des Affaires étrangères britannique à travers son Information Research Department (IRD), acteur de la production et de la diffusion à l’étranger de matériaux d’information utiles aux campagnes anticommunistes. L’article étudie l’évolution et les transformations de cette activité à partir de la naissance de l’IRD en 1948, jusqu’à sa fermeture, en 1977, en se penchant notamment sur la façon dont les messages du Département étaient adaptés à la fois au public italien et aux différentes phases de la guerre froide. 


From Establishment to Dissent: The Cases of the Litterateurs Tomas Venclova and Zviad Gamsakhurdia in Soviet Lithuania and Soviet Georgia

Vilius Ivanauskas

Soviet intellectuals were closely related with indoctrination practices and the legitimisation of the regime. During post-Stalinism Soviet intellectuals experienced the impact of destalinization by opening more room for the dynamic exchange of ideas and expressions. It is important to explore the Soviet peripheries, which were important for the demise of USSR, and to track down similar manifestations in them. This article pays special attention to those controversial situations in Soviet Lithuania and Soviet Georgia, that showed the shift in ideologies, conflicts in cultural establishment and the lines of cleavage that have emerged within the dissident movements. By embracing the Cold war atmosphere in Soviet peripheries, this article analyses the trajectories of two intellectuals - the poet Tomas Venclova and the literary critic Zviad Gamsakhurdia, who came from the families of cultural nomenclatura in Soviet periphery, but who in the 70’s increasingly moved to the position of dissidents and human rights activists. Bearing in mind that Gamsakhurdia adopted an increasingly harsh nationalist rhetoric and Venclova declared cosmopolitan values, though both became well-known dissidents, the analysis provides the context of cultural process and ethnoparticularism in Soviet Lithuania and Soviet Georgia, revealing the similarities and differences in Tomas Venclova’s and Zviad Gamsakhurdia’s relationship with the cultural establishment and dissident movement. In doing so, this article places these cases in the broader context of ethnic particularism during the Cold War. The comparison of both cases allows us to argue that cosmopolitanism, especially bearing in mind that Soviet Lithuania was more open to various ideas from the West (if compared with Georgia), felt a stronger disciplining effect than a covered nationalist position.


Bill and Ed’s Big Adventure: Cold Warriors, William Fulbright and Right-Wing Propaganda in the US Military, 1961-62

Giles Scott-Smith

Cet article analyse un épisode célèbre du début des années 1960, lorsque le Sénateur J. William Fulbright, alors président du comité sur les relations internationales au Sénat, a enquêté sur les activités de propagande anticommuniste des « ultras » de droite dans l’armée américaine. L’épisode sert à examiner le phénomène des cold warriors’, ces figures qui ont associé toute leur identité politique au « combat » de la guerre froide. Une figure particulière s’est rapidement démarquée, illustrant la paranoïa qui inquiétait tant Fulbright : le général de division Edwin Walker. La dispute entre Fulbright et Walker (et leurs sympathisants au Congrès) n’était pas un moindre épisode politique, puisqu’il a bientôt impliqué le président Kennedy et son secrétaire de la Défense Robert McNamara, qui ont témoigné devant le comité d’enquête au Sénat. Il a aussi marqué la confrontation entre une position orthodoxe antisoviétique et une nouvelle vision du monde, incertaine mais plus flexible, celle de la Détente. Le cas de Walker illustre le débat et le fossé grandissant au sein de la politique et de la société américaines entre ceux qui considéraient la guerre froide comme une lutte acharnée jusqu’à la fin, et ceux qui étaient prêts à accepter l’existence de l’Union soviétique au nom d’une stable Détente. En s’appuyant sur le travail d’Anders Stephenson, cet article explore les grandes implications politiques de la dispute Fulbright-Walker dans le contexte des dynamiques changeantes de la guerre froide.

Retrouver cet article dans la rubrique "Pistes et débats".


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Comptes rendus

  • • Marie Moutier-Bitan, Les champs de la Shoah. L’extermination des Juifs en Union soviétique occupée 1941-1944
  • Alors que la connaissance historique autour de la Shoah et (...)
  • lire la suite
  • • Łukasz Stanek, Architecture in Global Socialism : Eastern Europe, West Africa and the Middle East in the Cold War
  • Depuis la synthèse rédigée en 2011 par David Engerman[1], (...)
  • lire la suite
  • • Relire Tardieu et le comprendre
  • André Tardieu, La paix, Paris, Perrin, 2019, préface de Georges (...)
  • lire la suite
  • • Offenser le chef de l’État en France
  • L’imposant volume proposé par le professeur de droit public (...)
  • lire la suite
  • • Une loi pour les archives : l’étape majeure de 1979 en France
  • Si la loi du 3 janvier 1979 sur les archives a (...)
  • lire la suite
  • • Paul Vaillant-Couturier l’écrivain
  • L’ouvrage Paul Vaillant-Couturier : écriture et politique publié aux Éditions (...)
  • lire la suite
  • La Llorona de Jayro Bustamante (2019)
  • Les dictatures latino-américaines ont toujours été une source d’inspiration (...)
  • lire la suite
  • • Jérôme Pozzi (dir.), De l’attachée de presse au conseiller en communication. Pour une histoire des spin doctors
  • Cet ouvrage dirigé par Jérôme Pozzi est issu d’une journée (...)
  • lire la suite
  • • Xavier Paulès, La République de Chine. Histoire générale de la Chine (1912-1949)
  • Ses lecteurs sauront d’emblée gré à Xavier Paulès du (...)
  • lire la suite
  • • Catherine Davies, Transatlantic Speculations. Globalization and the Panics of 1873
  • La crise financière de 2007-2008 a, par son caractère inattendu, (...)
  • lire la suite
  • Œuvres de Jean Jaurès
  • Lire Jaurès dans le texte, au jour le jour, comme nous y (...)
  • lire la suite
  • • Jean Baubérot, La loi de 1905 n’aura pas lieu, tome 1 : L’impossible loi de liberté (1902-1905)
  • Cet ouvrage constitue la première pierre d’une entreprise historiographique (...)
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670