Histoire@Politique : Politique, culture et société

Le dossier

Gaullistes, femmes et réseaux

Coordination : Yves Denéchère

Gaullistes, femmes et réseaux

Yves Denéchère
  • imprimer
  • version pdf
  • réduire la taille du texte
  • augmenter la taille du texte

Le programme ANR GAULHORE (Gaullistes : hommes et réseaux) s’inscrit dans un double contexte d’essor de l’historiographie du gaullisme et de renouvellement de l’étude du personnel politique par la prosopographie et l’analyse des réseaux. Depuis 2008, plusieurs chantiers ont été menés. La constitution d’un corpus biographique gaulliste a été réalisée. Les cadres des « partis » gaullistes, les membres des gouvernements, les entourages ministériels, les responsables des mouvements de la « nébuleuse » gaulliste, les élites de la « société civile » gaullistes, dans la haute fonction publique, les milieux patronaux, les cercles intellectuels, et bien sûr les élu-e-s sont désormais mieux connus. L’étude des réseaux qui contribuent à l’identité de la famille politique gaulliste est essentielle pour mieux connaître la réalité, la diversité et la composition de ses maillages. L’exploitation de ce corpus par la méthode prosopographique a été lancée. Elle met l’accent sur les différentes générations gaullistes, la formation intellectuelle, les étapes et les formes de l’engagement, les moments fondateurs dans l’entrée en politique et les parcours, les ruptures et les reclassements.

En se fixant pour but l’étude des femmes gaullistes et de leurs réseaux, la journée d’études organisée en novembre 2010 par l’UMR CERHIO (Centre de recherches historiques de l’Ouest) à l’université d’Angers est une entrée indispensable dans le questionnement du programme GAULHORE. Il s’agit de mieux cerner les parcours individuels et les actions politiques de candidates, d’élues, de cadres des partis gaullistes mais aussi de femmes non engagées politiquement qui ont incarné la place des femmes dans l’argumentaire politique gaulliste.

Quelles places les femmes ont-elles su prendre ou conquérir ? Comment le mouvement gaulliste a-t-il mis à contribution, peu ou prou, ses militantes ? Quels sont les moyens d’action qu’elles ont mobilisés ? Comment se sont-elles organisées, entre femmes, pour faire prendre en considération certaines questions ? Quelle image les médias renvoient-ils des femmes gaullistes ?

Les contributions rassemblées dans ce dossier apportent des éléments de réponse en s’appuyant sur des sources imprimées et des archives – croisant les ressources de la Fondation Charles de Gaulle, les archives publiques des collectivités territoriales et des ministères –, les fonds privés (comme le fonds Marcelle Devaud ou celui de Femme Avenir au Centre des archives du Féminisme à Angers) et la production des médias bien sûr. La méthode prosopographique adoptée par plusieurs des contributeurs produit des connaissances précises et inédites sur les femmes gaullistes au sein des partis ou des institutions. D’autres approches, notamment biographiques permettent de mieux comprendre les ressorts de parcours individuels emblématiques ou atypiques.

Ainsi, plusieurs générations de femmes gaullistes sont présentées avec leurs éléments distinctifs à travers des personnalités (Yvonne de Gaulle, Geneviève de Gaulle Anthonioz, Eugénie Éboué, Louise Weiss) et des groupes (femmes dans l’appareil politique gaulliste, candidates et élues à l’Assemblée nationale et au Parlement européen). Ces études permettent de mieux comprendre comment l’engagement politique et le gaullisme « familial » des femmes se définissent en fonction des événements clés et des étapes que sont 1940, la Libération, 1958, 1968-1969. Pendant la période gaullienne, des femmes gaullistes ont milité dans l’espace de la cause des femmes. Plus tard, alors que le féminisme était intégré dans les politiques publiques, des élues gaullistes se sont battues pour faire avancer les droits des femmes. Roselyne Bachelot et Michèle Alliot-Marie sont arrivées aux plus hautes fonctions politiques, tant au sein des partis successeurs (RPR, UMP) que dans les gouvernements. Marie-Jo Zimmermann explique comment elle a concilié engagement politique et engagement féministe dans les années 1990 et 2000. Il a semblé préférable de maintenir ce texte dans sa transcription afin de respecter la dynamique du témoignage oral et de présenter un véritable document.

Yves Denéchère

Yves Denéchère est professeur d’histoire contemporaine à l’université d’Angers-UMR CERHIO. Un de ses axes de recherche porte sur l’engagement européen des femmes politiques françaises. Il a notamment publié Ces Françaises qui ont fait l’Europe (Paris, Audibert, 2007).


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Comptes rendus

  • • Expériences adolescentes et enfantines de la Grande Guerre, au front et à l’arrière
  • Manon Pignot, L’appel de la guerre, Des adolescents au combat, 1914-1918, Paris, (...)
  • lire la suite
  • • Michael Foessel, Récidive 1938,
  • « À propos des débats sur le retour des années 1930, (...)
  • lire la suite
  • • Jaime M. Pensado & Enrique C. Ochoa, México Beyond 1968 : Revolutionaries, Radicals and Repression During the Global Sixties and Subversive Seventies
  • Le livre dirigé par Jaime M. Pensado et Enrique C. Ochoa (...)
  • lire la suite
  • • Sylvain Brunier, Le bonheur dans la modernité. Conseillers agricoles et agriculteurs (1945-1985),
  • L’ouvrage de Sylvain Brunier procède du remaniement profond de (...)
  • lire la suite
  • • Massimo Asta, Girolamo Li Causi, un rivoluzionario del Novecento. 1896-1977,
  • Girolamo Li Causi (1896-1977) fut un dirigeant du Parti (...)
  • lire la suite
  • • Christine Mussard, L’obsession communale. La Calle, un territoire de colonisation dans l’Est algérien, 1884-1957,
  • Christine Mussard consacre une monographie dense et vivante, issue (...)
  • lire la suite
  • Compañeros
  • Le 27 juin 1973, l’Uruguay est à son tour victime d’un (...)
  • lire la suite
  • • Comment exposer l'art soviétique ?
  • Si de nombreux colloques sont venus émailler les commémorations (...)
  • lire la suite
  • • Laurent Gutierrez, Patricia Legris (dir.), Le Collège unique. Éclairages socio-historiques sur la loi du 11 juillet 1975,
  • Ce livre est issu d’un séminaire qui s’est tenu en 2015 (...)
  • lire la suite
  • • Evgeny Finkel, Ordinary Jews. Choice and Survival During the Holocaust,
  • La Shoah et sa mémoire nous hantent. Pourtant, parmi (...)
  • lire la suite
  • • Alexandre Marchant, L’impossible prohibition. Drogues et toxicomanie en France, de 1945 à nos jours,
  • L’impossible prohibition est une fascinante enquête historique qui étudie (...)
  • lire la suite
  • • Sylviane de Saint Seine, La Banque d’Angleterre. Une marche erratique vers l’indépendance, 1977-2007
  • Aux spécialistes des banques centrales, l’ouvrage de Sylviane de Saint Seine (...)
  • lire la suite
  • • Renaud Meltz, Pierre Laval, un mystère français,
  • Après le Pétain[1] de Bénédicte Vergez-Chaignon, le monumental Pierre (...)
  • lire la suite
  • • Sylvie Lindeperg et Ania Szczepanska, À qui appartiennent les images ? Le paradoxe des archives, entre marchandisation, libre circulation et respect des oeuvres,
  • L’ouvrage collectif L’image d’archives. Une image en devenir[1] proposait (...)
  • lire la suite
  • • Frank Georgi, L’autogestion en chantier. Les gauches françaises et le « modèle » yougoslave (1948-1981)
  • L’autogestion a fasciné une partie considérable de la gauche (...)
  • lire la suite
  • • Emmanuel Debruyne, «Femmes à Boches». Occupation du corps féminin dans la France et la Belgique de la Grande Guerre,
  • « Bochasse », « paillasses à boches », « pouyes » ou encore « femmes à Boches », autant de termes, (...)
  • lire la suite
  • • Anatole Le Bras, Un enfant à l’asile. Vie de Paul Taesch (1874-1914),
  • C’est en dépouillant des dossiers médicaux dans le cadre de (...)
  • lire la suite
  • • Emmanuel Garnier, L’empire des sables. La France au Sahel 1860-1960,
  • Comment l’histoire coloniale peut-elle expliquer la situation politique actuelle (...)
  • lire la suite
  • DAU, une œuvre d’Ilya Khrzhanovsky (2008-2018)
  • À l’origine, DAU était pensé par son auteur Ilya Khrzhanovsky comme un film biographique du (...)
  • lire la suite
  • • « La Ligue des droits de l’homme : 120 ans d’histoires »
  • La Ligue des droits de l’homme (LDH) entretient des (...)
  • lire la suite
  • • Boris Belge, Klingende Sowjetmoderne. Eine Musik- und Gesellschaftsgeshichte des Spätsozialismus,
  • Issu d’une thèse défendue à l’Université de Tübingen, l’ouvrage (...)
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670