Histoire@Politique : Politique, culture et société

Le dossier

Les socialistes français face au réformisme

Coordination : Mathieu Fulla et Emmanuel Jousse

Prométhée malgré lui : le prolétariat objet de réformes et sujet de l'Histoire, 1870-1914

Romain Ducoulombier

Quand la classe ouvrière est-elle devenue un « sujet » de l’histoire ? Pour tenter de répondre à cette question, il faut dégager les trois phénomènes qui composent la révolution intellectuelle du socialisme entre 1870 et 1914 : l’entrée dans l’ère des organisations, l’invention du réformisme et l’élection historique du prolétariat. Le réformisme, en tant que mode de changement social et économique graduel sanctionné par l’État, tente de s’imposer alors même que le mouvement ouvrier français connaît son « assomption ».


La tentation révisionniste et la construction d’un réformisme français

Emmanuel Jousse

 Entre 1896 et 1903, la social-démocratie allemande est divisée par la tentative de révision du marxisme entreprise par Eduard Bernstein. Ce débat théorique s’élargit en considérations pratiques et politiques, qui amènent le SPD à faire le choix du réformisme en 1959. En France, le débat ne semble pas avoir lieu, traduisant l’incapacité du socialisme français à s’engager sur la voie de la réforme. Cet article vise, par une histoire croisée des idées et de leurs interprétations, à saisir  les conditions matérielles et intellectuelles de la discussion et de la traduction du révisionnisme en  France. Déformées par les adversaires de Bernstein en Allemagne, ces idées s’insèrent en France dans un contexte qui les rapprochent du réformisme politique de Millerand, rejeté par le parti, puis de la position d’Albert Thomas, chef de file des réformistes avant 1914. L’étude des utilisations contradictoires du révisionnisme peuvent ainsi éclairer la construction et l’usage polémiques d’un  réformisme français, dont la fonction, plus performative qu’heuristique, sert de repoussoir pour  l’unité de la SFIO en 1905.


Jean Jaurès et le réformisme

Gilles Candar

Le congrès de la SFIO tenu à Toulouse en 1908 est interprété comme le moment de la « synthèse jaurésienne », celui où le tribun valide le déni du réformisme, pour une rigidité doctrinale toujours maintenue par le parti au XXsiècle. Mais ce sont les termes mêmes, ceux de réforme et de révolution, qu’il faut réévaluer, à l’aune du vocabulaire des acteurs et de Jaurès. Entre les deux méthodes, la contradiction n’est pas systématique: le souvenir de la Révolution française fonde l’espoir d’un bouleversement social, mais les possibilités de la démocratie parlementaire légitiment également la poursuite immédiate de réformes, sans que les deux mouvements ne s’opposent.


La gauche socialiste et l’économie : querelle des Anciens et des Modernes ou mue réformiste délicate (1958-1968) ?

Mathieu Fulla

Constitutive de l’identité du socialisme français à travers l’héritage du XIXe siècle, la question économique apparaît, au sortir de l’expérience avortée du Front républicain, comme une importante pomme de discorde au sein de la mouvance socialiste. La représentation dominante dans la mémoire partisane demeure, aujourd’hui encore, celle d’une gauche socialiste comme théâtre, au tournant des années 1960, d’une nouvelle querelle des Anciens et des Modernes entre deux socialismes : l’un demeurant « avec son marxisme sur les bras », l’autre acquis aux vertus du réformisme économique. Régulièrement reprise par la droite mais aussi par la majeure partie des intellectuels acquis à la « gauche moderne », cette vision binaire empêche de saisir l’évolution, subtile mais réelle, du rapport de l’ensemble de la gauche socialiste à l’économie au début de la VRépublique.


Du conseil municipal à la Chambre des députés : la tentation réformiste des élus socialistes français dans l’entre-deux-guerres

Aude Chamouard

La gestion par des socialistes d’un grand nombre de mairies, et métropoles régionales particulièrement, est une donnée fondamentale de l’histoire urbaine de la IIIe République. Visant à améliorer les conditions d’existence de la classe ouvrière, ces politiques étaient menées au nom d’une forte idéologie socialiste, mais selon des méthodes pragmatiques et réformistes. En tant qu’élus locaux, les maires socialistes entreprennent des politiques ambitieuses, non pas en vue de renverser l’État capitaliste, mais plutôt pour le transformer de l’intérieur, au niveau local comme au niveau national. Ils s’appuient sur des relais à la Chambre pour les mettre en œuvre. Réformistes de conviction, ces élus n’ont cependant pas su influencer durablement la doctrine de la SFIO.


Le gouvernement de Front républicain : une politique réformiste sous fortes contraintes

François Lafon

Moment important du socialisme français de l’après-guerre, l’expérience du Front républicain (1956-1957) n’a paradoxalement laissé aucune trace dans la mémoire de la famille socialiste. Contre une « légende noire » particulièrement tenace, cet article aspire à démontrer que les socialistes pensaient alors inscrire leur action dans la pleine continuité du Front populaire et de sa relation à l’exercice du pouvoir. Si l’on analyse le Front républicain à l’aune des contraintes qui furent celles d’un gouvernement minoritaire en régime parlementaire, alors le bilan que l’on peut en tirer prend une orientation pour le moins très différente de la caricature dominante aujourd’hui encore en vigueur.


Réforme ou révolution, quelles images pour le socialisme ? Regard sur un siècle d’affiches socialistes

Frédéric Cépède

Parti de réforme ou parti de révolution ? Jusqu’en 2008 et l’adoption de la 5e déclaration de principes de leur histoire rompant avec « l’utopie révolutionnaire » des textes précédents, le parti socialiste a maintenu ces deux termes – avec plus ou moins de conviction et de réalisme – pour définir leur but à plus ou moins longue échéance. Parti d’élections, il a cherché à convaincre et séduire un public plus large par ses programmes mais aussi par des affiches et des tracts les traduisant en images et slogans. En étudiant le corpus d’affiches diffusées par les socialistes au plan national, cet article se propose d’interroger l’image que le PS donne au « socialisme » et au parti qui le porte au cours du XXsiècle.


Le parti d’Épinay : d’une rupture fantasmée à un réformisme mal assumé

Gérard Grunberg

L’équilibre idéologique du parti socialiste français, depuis l’unification de 1905, a toujours résulté de la tension entre réforme et révolution. La refondation du parti au congrès d’Épinay n’a pas rompu avec ce schéma. François Mitterrand a revendiqué une volonté de rupture mais il a créé les conditions politiques qui ont conduit à un effacement de la perspective révolutionnaire. Lionel Jospin, Premier ministre, a tenté d’établir une nouvelle synthèse idéologique. Mais les conditions de sa défaite de 2002 ont ruiné cette tentative. Le parti, pour conserver son unité, a abouti en 2007 à une synthèse sans orientation idéologique claire. La nouvelle déclaration de principe de 2008 affirme la nature réformiste du parti. Mais le projet socialiste de 2010 entretient une forte ambiguïté sur ce point. 


Réformer l’Algérie ? Des militants socialistes en « situation coloniale » dans l’entre-deux-guerres

Claire Marynower

Les fédérations socialistes eurent en Algérie une histoire mouvementée dans l’entre-deux-guerres. Décimées après le congrès de Tours, elles se reconstruisirent progressivement, avant de devenir au moment du Front populaire une force politique importante dans le paysage algérien. Au fil de ces années, les militants socialistes ont entretenu des discours de la réforme en Algérie, qu’ils estimaient nécessaire dans les domaines économique, social, mais aussi et de plus en plus politique et juridique. Mais l’évolution est également décelable dans les pratiques socialistes en Algérie : au cours des années 1930, et en particulier autour du Congrès musulman, les militants s’ouvrirent à un dialogue et à une coopération avec les représentants du « nationalisme modéré ». Ils incarnèrent alors une forme de réformisme colonial de gauche en Algérie, partagé au-delà des frontières de la SFIO.


Le syndical et le politique. Le cas du parti socialiste et de la FEN, des années 1970 au début des années 1990

Ismail Ferhat

À partir de l’examen du lien entre syndicalisme enseignant et socialisme, il s’agit de montrer l’ambiguïté d’une voie française de la social-démocratie, supposant l’articulation forte entre les deux éléments. Malgré une proximité étroite des idées et des hommes, la possibilité d’un réformisme porté par les syndicats se heurte aux traditions françaises, et aux incompréhensions entre le monde enseignant et le parti.


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Comptes rendus

  • • Genre et résistances en Europe du Sud
  • L’ouvrage La Résistance à l’épreuve du genre dirigé par (...)
  • lire la suite
  • • Benoît Agnès, L’appel au pouvoir : les pétitions aux Parlements en France et au Royaume-Uni (1814-1848),
  • Dans cette version publiée de sa thèse soutenue en 2009 (...)
  • lire la suite
  • • Walter Badier, Alexandre Ribot et la République modérée. Formation et ascension d’un homme politique libéral (1858-1895),
  • Alexandre Ribot (1842-1923) a été cinq fois président du (...)
  • lire la suite
  • • Ilvo Diamanti, Marc Lazar, Peuplecratie. La métamorphose de nos démocraties,
  • Tenter d’imposer un néologisme en science politique n’est jamais (...)
  • lire la suite
  • • Élise Roullaud, Contester l’Europe agricole. La Confédération paysanne à l’épreuve de la PAC,
  • Depuis plusieurs décennies, l’étude du syndicalisme agricole et celle (...)
  • lire la suite
  • • Romain Robinet, La révolution mexicaine, une histoire étudiante,
  • Romain Robinet, maître de conférences à l’université d’Angers, place (...)
  • lire la suite
  • • Gilles Vergnon, Un enfant est lynché. L’affaire Gignoux, 1937,
  • En 1922, dans son roman Silbermann, qui reçoit le prix (...)
  • lire la suite
  • • États et sociétés durant la Première Guerre mondiale
  • Sylvain Bertschy, Philippe Salson (dir.), (...)
  • lire la suite
  • • Jean-Yves Mollier, L’âge d’or de la corruption parlementaire 1930-1980,
  • L’introduction du livre de Jean-Yves Mollier pose clairement une (...)
  • lire la suite
  • • Jaime M. Pensado & Enrique C. Ochoa, México Beyond 1968 : Revolutionaries, Radicals and Repression During the Global Sixties and Subversive Seventies
  • Le livre dirigé par Jaime M. Pensado et Enrique C. Ochoa (...)
  • lire la suite
  • • Expériences adolescentes et enfantines de la Grande Guerre, au front et à l’arrière
  • Manon Pignot, L’appel de la guerre, Des adolescents au combat, 1914-1918, Paris, (...)
  • lire la suite
  • • Michael Foessel, Récidive 1938,
  • « À propos des débats sur le retour des années 1930, (...)
  • lire la suite
  • • Sylvain Brunier, Le bonheur dans la modernité. Conseillers agricoles et agriculteurs (1945-1985),
  • L’ouvrage de Sylvain Brunier procède du remaniement profond de (...)
  • lire la suite
  • • Massimo Asta, Girolamo Li Causi, un rivoluzionario del Novecento. 1896-1977,
  • Girolamo Li Causi (1896-1977) fut un dirigeant du Parti (...)
  • lire la suite
  • • Christine Mussard, L’obsession communale. La Calle, un territoire de colonisation dans l’Est algérien, 1884-1957,
  • Christine Mussard consacre une monographie dense et vivante, issue (...)
  • lire la suite
  • Compañeros
  • Le 27 juin 1973, l’Uruguay est à son tour victime d’un (...)
  • lire la suite
  • • Comment exposer l'art soviétique ?
  • Si de nombreux colloques sont venus émailler les commémorations (...)
  • lire la suite
  • • Laurent Gutierrez, Patricia Legris (dir.), Le Collège unique. Éclairages socio-historiques sur la loi du 11 juillet 1975,
  • Ce livre est issu d’un séminaire qui s’est tenu en 2015 (...)
  • lire la suite
  • • Evgeny Finkel, Ordinary Jews. Choice and Survival During the Holocaust,
  • La Shoah et sa mémoire nous hantent. Pourtant, parmi (...)
  • lire la suite
  • • Alexandre Marchant, L’impossible prohibition. Drogues et toxicomanie en France, de 1945 à nos jours,
  • L’impossible prohibition est une fascinante enquête historique qui étudie (...)
  • lire la suite
  • • Sylviane de Saint Seine, La Banque d’Angleterre. Une marche erratique vers l’indépendance, 1977-2007
  • Aux spécialistes des banques centrales, l’ouvrage de Sylviane de Saint Seine (...)
  • lire la suite
  • • Frank Georgi, L’autogestion en chantier. Les gauches françaises et le « modèle » yougoslave (1948-1981)
  • L’autogestion a fasciné une partie considérable de la gauche (...)
  • lire la suite
  • • Emmanuel Debruyne, «Femmes à Boches». Occupation du corps féminin dans la France et la Belgique de la Grande Guerre,
  • « Bochasse », « paillasses à boches », « pouyes » ou encore « femmes à Boches », autant de termes, (...)
  • lire la suite
  • • Anatole Le Bras, Un enfant à l’asile. Vie de Paul Taesch (1874-1914),
  • C’est en dépouillant des dossiers médicaux dans le cadre de (...)
  • lire la suite
  • • Emmanuel Garnier, L’empire des sables. La France au Sahel 1860-1960,
  • Comment l’histoire coloniale peut-elle expliquer la situation politique actuelle (...)
  • lire la suite
  • • Renaud Meltz, Pierre Laval, un mystère français,
  • Après le Pétain[1] de Bénédicte Vergez-Chaignon, le monumental Pierre (...)
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670