Histoire@Politique : Politique, culture et société

Le dossier

Sorties de guerre au XXe siècle

Coordination : Bruno Cabanes et Guillaume Piketty

Avant-propos

Sortir de la guerre : jalons pour une histoire en chantier

Bruno Cabanes, Guillaume Piketty

« La guerre donne le temps fort, le temps vrai, le temps peuplé de vrais événements, écrivait Pierre Chaunu, dans sa contribution aux Essais d’ego-histoire. C’est lui qui accroche le reste de la durée, la durée molle des avant et des après-guerre ».


L'ennemi

France, 1944 : maintien de l'ordre et exception judiciaire. Les cours martiales du régime de Vichy

Virginie Sansico

Près de deux cents exécutions en l’espace de six mois, des procédures ultra expéditives mais non moins structurées afin de ne pas laisser place à l’improvisation, un quadrillage systématique du territoire français, une organisation centralisée par le secrétariat général au Maintien de l’ordre, qui a tous les pouvoirs en matière de répression : les cours martiales sont l’un des symboles forts du « dernier Vichy », et l’épisode le plus meurtrier de l’histoire de la justice française pendant l’Occupation.


«Au nom de la Patrie ! A mort les traîtres». La répression des inciviques belges de 1914 à 1918

Laurence Van Ypersele

On ne sort pas de quatre années de guerre comme d’un simple cauchemar, au son du dernier coup de canon, le 11 novembre 1918 à 11 heures du matin. Au sortir de la Grande Guerre, la Belgique est ruinée. Les soldats et le roi qui rentrent du front sont acclamés. Les héros et les martyrs sont glorifiés. Et la population qui a quotidiennement souffert pendant quatre années d’occupation réclame des têtes.


Retours de guerre

Le Grand retour, URSS 1945-1946

Nicolas Werth

 

Au cours de la première année qui suivit la Victoire dans la Grande guerre patriotique, près de trente millions de Soviétiques – évacués civils, militaires démobilisés, prisonniers de guerre et Ostarbeiter rapatriés – tentèrent de retourner chez eux, de retrouver le rythme d’une vie en temps de paix, un emploi, un logement, une vie de famille.


Economie morale de la reconnaissance. L'Ordre de la Libération au péril de la sortie de Seconde guerre mondiale

Guillaume Piketty

La guerre pose la question de la reconnaissance du sacrifice consenti par les combattants. Pendant le conflit tout d’abord, afin d’entretenir la flamme, de renforcer la cohésion nationale et de favoriser une certaine émulation au sein des armées. A la fin des hostilités ensuite, alors que se développe la « culpabilité, consciente ou inconsciente, individuelle et collective, d’avoir enfreint ou laissé enfreindre l’interdit ‘Tu ne tueras point’ » en envoyant les combattants à la mort ou au danger.


La dernière génération du feu ? Jalons pour une étude des anciens combattants français de la guerre d'Algérie

Raphaëlle Branche

« Je n’ai pas eu le bonheur de connaître un grand-père ancien combattant de 14-18. En revanche j’ai eu la chance ou la malchance, tout dépendait des fluctuations de mon humeur d’adolescent, d’avoir un père qui avait fait la Résistance. »


Démobilisation culturelle

Expériences enfantines du deuil pendant et après la Grande Guerre

Manon Pignot

 Loin de prétendre être une synthèse sur l’enfance et le deuil, cet article s’inscrit dans la droite ligne d’un travail de doctorat portant sur les expériences enfantines de la guerre. L’enjeu ici est donc de tenter de nous situer dans « l’œil de l’enfance », autrement dit au plus près d’une parole enfantine sur le deuil.


1918-1920, des tranchées aux stades. Quelques éclairages sur la sortie de guerre des sportifs français et des fédérations de football européennes

Paul Dietschy

A l’été 1914, plus de 1,5 million de Français étaient affiliés par le biais d’une société sportive, de tir ou de gymnastique à une fédération régissant les choses du sport, de l’éducation physique et de la préparation militaire. Si l’on ne peut considérer que ces adeptes de l’exercice physique aient constitué une catégorie sociale en soi et si les activités athlétiques entraient en part variable dans la construction des identités individuelles et collectives des populations masculines d’un pays encore majoritairement rural, le sport propose malgré tout un point d’observation original de l’évolution politique, culturelle et sociale de la France et de l’Europe en guerre.


Sortie de guerre et enjeux urbains : histoire de deux projets parisiens (1919-1939)

Fabienne Chevallier

 Lorsque les villes subissent des dommages en temps de guerre, ou sont détruites, la reconstruction devient l’enjeu de la sortie du conflit. Mais à l’issue de la Première guerre mondiale, dans un pays comme la France, qui fut la plus touchée matériellement, la reconstruction intervient aussi dans un contexte diplomatique particulier : l’exigence de réparations à l’Allemagne perpétue les logiques de guerre. La reconstruction avait également des finalités économiques et sociales : il s’agissait de reconstituer l’appareil industriel, les ouvrages d’art, les villes et les villages détruits. Mais elle se doublait aussi, pour ce qui concerne la reconstruction des villes détruites, de valeurs plus spirituelles, parmi lesquelles la mémoire patrimoniale jouait un rôle déterminant. En même temps, la nécessité de moderniser les villes se fit jour, elle aussi, au moment de la sortie de guerre.


Sortir de la guerre civile à retardement : le cas espagnol

Sophie Baby

L’Espagne de la seconde moitié du XXe siècle présente un cas bien particulier de sortie de guerre. Elle a en effet été le théâtre d’une guerre civile d’une extrême violence qui a donné lieu à une dictature exclusive, fondée sur l’exaltation des vainqueurs et l’annihilation physique et morale des vaincus. Le régime franquiste, loin d’être réconciliateur, a prolongé les effets dévastateurs de la guerre en termes de division de la société. Il a de plus été d’une longévité exceptionnelle puisque c’est la mort naturelle du général Franco, le 20 novembre 1975, qui a mis fin au régime instauré en 1939. Par conséquent, la question de la sortie de la guerre, tant au niveau politique, culturel que symbolique, a été reportée trente-six ans après la fin officielle de la guerre civile, le 1er avril 1939.


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • • Vidéo de la table ronde « À l'Est, rien de nouveau ? Pour une histoire visuelle de la nouvelle Europe » aux Rendez-Vous de Blois (13 octobre 2018)
  • Si vous n’avez pas pu assister à la table ronde, « À l'Est, rien (...)
  • lire la suite
  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Comptes rendus

  • Compañeros
  • Le 27 juin 1973, l’Uruguay est à son tour victime d’un (...)
  • lire la suite
  • • Comment exposer l'art soviétique ?
  • Si de nombreux colloques sont venus émailler les commémorations (...)
  • lire la suite
  • • Laurent Gutierrez, Patricia Legris (dir.), Le Collège unique. Éclairages socio-historiques sur la loi du 11 juillet 1975,
  • Ce livre est issu d’un séminaire qui s’est tenu en 2015 (...)
  • lire la suite
  • • Evgeny Finkel, Ordinary Jews. Choice and Survival During the Holocaust,
  • La Shoah et sa mémoire nous hantent. Pourtant, parmi (...)
  • lire la suite
  • • Alexandre Marchant, L’impossible prohibition. Drogues et toxicomanie en France, de 1945 à nos jours,
  • L’impossible prohibition est une fascinante enquête historique qui étudie (...)
  • lire la suite
  • • Sylviane de Saint Seine, La Banque d’Angleterre. Une marche erratique vers l’indépendance, 1977-2007
  • Aux spécialistes des banques centrales, l’ouvrage de Sylviane de Saint Seine (...)
  • lire la suite
  • • Frank Georgi, L’autogestion en chantier. Les gauches françaises et le « modèle » yougoslave (1948-1981)
  • L’autogestion a fasciné une partie considérable de la gauche (...)
  • lire la suite
  • • Emmanuel Debruyne, «Femmes à Boches». Occupation du corps féminin dans la France et la Belgique de la Grande Guerre,
  • « Bochasse », « paillasses à boches », « pouyes » ou encore « femmes à Boches », autant de termes, (...)
  • lire la suite
  • • Anatole Le Bras, Un enfant à l’asile. Vie de Paul Taesch (1874-1914),
  • C’est en dépouillant des dossiers médicaux dans le cadre de (...)
  • lire la suite
  • • Emmanuel Garnier, L’empire des sables. La France au Sahel 1860-1960,
  • Comment l’histoire coloniale peut-elle expliquer la situation politique actuelle (...)
  • lire la suite
  • • Renaud Meltz, Pierre Laval, un mystère français,
  • Après le Pétain[1] de Bénédicte Vergez-Chaignon, le monumental Pierre (...)
  • lire la suite
  • • Sylvie Lindeperg et Ania Szczepanska, À qui appartiennent les images ? Le paradoxe des archives, entre marchandisation, libre circulation et respect des oeuvres,
  • L’ouvrage collectif L’image d’archives. Une image en devenir[1] proposait (...)
  • lire la suite
  • DAU, une œuvre d’Ilya Khrzhanovsky (2008-2018)
  • À l’origine, DAU était pensé par son auteur Ilya Khrzhanovsky comme un film biographique du (...)
  • lire la suite
  • • « La Ligue des droits de l’homme : 120 ans d’histoires »
  • La Ligue des droits de l’homme (LDH) entretient des (...)
  • lire la suite
  • • Boris Belge, Klingende Sowjetmoderne. Eine Musik- und Gesellschaftsgeshichte des Spätsozialismus,
  • Issu d’une thèse défendue à l’Université de Tübingen, l’ouvrage (...)
  • lire la suite
  • • Olivier Dard et Ana Isabel Sardinha-Desvignes, Célébrer Salazar en France (1930-1974). Du philosalazarisme au salazarisme français,
  • Olivier Dard, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris-Sorbonne, spécialiste (...)
  • lire la suite
  • • Jean-Claude Daumas, La Révolution matérielle. Une histoire de la consommation France XIXe -XXe siècles,
  • Si les travaux sur la consommation se sont multipliés depuis (...)
  • lire la suite
  • • Stephen W. Sawyer, Adolphe Thiers. La contingence et le pouvoir,
  • Est-il un homme politique plus controversé qu’Adolphe Thiers (1797-1877) ? (...)
  • lire la suite
  • • David Bellamy (dir.), Max Lejeune 1909-1995. Carrière politique d’un Picard,
  • Max Lejeune connut-il le bonheur en politique ? En tout (...)
  • lire la suite
  • • Bruno Cabanes (dir.), Une histoire de la guerre. Du XIXe siècle à nos jours,
  • Dirigé par Bruno Cabanes[1], et coordonné par Thomas Dodman[2], (...)
  • lire la suite
  • • « L’internement des nomades, une histoire française (1940-1946) »
  • L’internement des nomades en France pendant la Seconde Guerre (...)
  • lire la suite
  • • Les années Mitterrand 1984-1988 vues des régions
  • Issu d’un colloque tenu à l’automne 2015, ce livre réunit (...)
  • lire la suite
  • • Les débuts de la Ve République : une guerre civile ?
  • Le livre de Grey Anderson a de quoi surprendre et intéresser (...)
  • lire la suite
  • • Julie Bour, Clientélisme politique et recommandations : l’exemple de la Lorraine de la IIIe à la Ve République,
  • Ce livre est issu d’une belle thèse soutenue en 2015 (...)
  • lire la suite
  • • Masha Cerovic, Les Enfants de Staline. La guerre des partisans soviétiques, 1941-1944,
  • Elem Klimov’s apocalyptic master piece of 1985 “Come and See” (...)
  • lire la suite
  • • Hélène Camarade, Élizabeth Guilhamon, Matthias Steinle, Hélène Yèche (dir.), La RDA et la société postsocialiste dans le cinéma allemand après 1989,
  • Qui en 2003 n’a pas vu le film Good Bye Lenin !, puis en 2007 La Vie des autres ? (...)
  • lire la suite
  • • François Dosse, La Saga des intellectuels français,
  • L’histoire des intellectuels est entrée dans l’heure des bilans (...)
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670