Histoire@Politique : Politique, culture et société

Comptes rendus
   

Nathalie Berny, Défendre la cause de l’environnement. Une approche organisationnelle

Ouvrages | 27.07.2020 | Martin Siloret

Dans cet ouvrage tiré de son habilitation à diriger des recherches (HDR) en science politique, Nathalie Berny s’attaque à l’interprétation dominante de l’institutionnalisation des mouvements sociaux selon laquelle ce processus serait subi uniformément par les organisations, les contraintes externes les poussant à abandonner leur radicalité initiale au bénéfice d’une soumission aux logiques du champ, en particulier aux contraintes exercées par l’État. Le terrain choisi pour ce faire est celui des organisations françaises de protection de l’environnement.


Maria Grazia Meriggi, Entre fraternité et xénophobie. Les mondes ouvriers parisiens dans l’entre-deux-guerres et les problèmes de la guerre et de la paix,

Ouvrages | 24.07.2020 | Valeria Galimi

Maria Grazia Meriggi, professeure à l’Université de Bergame, spécialiste des mouvements politiques européens et de leur culture ainsi que de l’histoire du travail, offre aux lecteurs français un ouvrage qui reprend et développe certaines de ses recherches précédentes. Il s’agit de reconstruire certains aspects méconnus du monde ouvrier en France, à Paris et dans le Nord industriel, durant l’entre-deux-guerres. Sa recherche retrace les mobilisations et les grèves survenues à la fin de la Première Guerre mondiale mais elle va plus loin, en plaçant au centre de ses interrogations, les comportements qui animent les milieux ouvriers, les partis et les syndicats de gauche vis-à-vis des travailleurs immigrés.


Marie Moutier-Bitan, Les champs de la Shoah. L’extermination des Juifs en Union soviétique occupée 1941-1944

Ouvrages | 09.06.2020 | Delphine Barré

Alors que la connaissance historique autour de la Shoah et le développement d’une importante bibliographie, tant en France qu’à l’étranger, ont permis aux historiens d’étudier toutes les étapes du processus génocidaire, l’ouvrage de Marie Moutier-Bitan s’inscrit dans un renouveau historiographique. Historienne au sein de l’association Yahad in Unum, fondée par le père Patrick Desbois en 2004, Marie Moutier-Bitan a pu mener des dizaines d’entretiens sur tout le territoire soviétique, recueillir des témoignages et archives inédits qui constituent le cœur de son ouvrage, et localiser les fosses d’extermination de plus d’un million de victimes juives, dans ce temps que le père Desbois nommait lui-même « la Shoah par balles ». L’étude de l’action des Einzatsgruppen sur l’ancien territoire soviétique dès 1941 n’est pourtant pas une nouveauté historiographique : Ralf Ogorrek fut l’un des premiers historiens à mettre en lumière l’importance de ces groupes de tuerie mobiles dans la construction du processus d’extermination des juifs. Christian Ingrao publia également un ouvrage novateur en s’attachant à restituer la trajectoire d’une brigade, la Sondereinheit Dirlewanger, et s’inscrivant dans la perspective historique et le travail magistral déjà portés par l’historien américain Christopher Browning sur le 101e bataillon de réserve de la police allemande en Pologne.


Łukasz Stanek, Architecture in Global Socialism : Eastern Europe, West Africa and the Middle East in the Cold War

Ouvrages | 09.06.2020 | Jérôme Bazin

Depuis la synthèse rédigée en 2011 par David Engerman, les travaux consacrés aux rapports entre le Tiers Monde et le Second Monde (le bloc socialiste) se sont multipliés. Contribution majeure à cette littérature, cet ouvrage apporte un grand nombre de sources et de pistes de réflexion à partir d’un domaine, l’architecture et l’urbanisme.

Le livre porte en effet sur les constructions dans le Tiers Monde auxquelles ont participé des personnes venant des pays socialistes d’Europe de l’Est, des années 1960 aux années 1980 – qu’il s’agisse d’un bâtiment particulier (logements, hôpitaux, écoles, stades, salles de congrès, hôtels) ou d’un plan d’aménagement d’un quartier ou d’une ville dans son ensemble. 


Relire Tardieu et le comprendre

Ouvrages | 02.06.2020 | Alain Chatriot
- André Tardieu, La paix, Paris, Perrin, 2019, préface de Georges Clemenceau, présentation de Georges-Henri Soutou, 455 p.

- André Tardieu, Le souverain captif. La révolution à refaire, Paris, Perrin, 2019, présentation de Maxime Tandonnet, 296 p.

- Maxime Tandonnet, André Tardieu. L’incompris, Paris, Perrin, 2019, 352 p.

Major au concours de l’École normale supérieure – mais où il choisit de ne pas entrer –, major au concours du Quai d’Orsay, conférencier à l’université de Harvard en 1908, ce n’est cependant pas l’image d’un intellectuel qu’a retenue la mémoire collective – qui l’a sans doute assez oublié… – et historienne de l’homme politique André Tardieu (1876-1945). Plusieurs publications en 2019 peuvent nous aider à mieux cerner une figure assez atypique de la France de la IIIe République, qui a déjà intéressé les historiens grâce à l’imposant fonds déposé aux Archives nationales sous la cote 324 AP (1 à 136) et dont le livre de François Monnet, Refaire la République. André Tardieu : une dérive réactionnaire (1876-1945) (Fayard, 1993), montrait l’intérêt d’étudier finement l’ensemble de sa trajectoire politique.


Offenser le chef de l’État en France

Ouvrages | 28.05.2020 | Alain Chatriot

L’imposant volume proposé par le professeur de droit public Olivier Beaud aborde un sujet trop méconnu de l’histoire politique française et pourtant révélateur dans la longue durée : la question des offenses au chef de l’État, étudiée entre 1870 et 2013. Le projet de l’auteur est non seulement d’éviter la réduction à l’anecdote mais aussi de montrer que par l’analyse des formes d’instruction et de jugement de ces offenses « on trouve donc l’étude des relations entre le pouvoir politique et la justice » (p. 15). Il ne s’agit pas ici de considérer ces offenses et leurs poursuites comme une simple prolongation en régime républicain des crimes de lèse-majesté mais bien de suivre au plus près une disposition inscrite dans le droit de la presse qui permet en fait de questionner l’ensemble de la représentation de l’État. L’approche du juriste ne repose pas que sur les arrêts et la jurisprudence mais trouve sa richesse dans l’exploitation de fonds d’archives (aux Archives nationales et dans des archives départementales) concernant à la fois les offenses au maréchal Pétain et celles à l’encontre de Charles de Gaulle président de la République. 


Une loi pour les archives : l’étape majeure de 1979 en France

Ouvrages | 26.05.2020 | Alain Chatriot

Si la loi du 3 janvier 1979 sur les archives a longtemps servi de cadre et était ainsi une référence connue des historiens, il faut se féliciter du fort volume qui a été publié pour son 40e anniversaire et en propose une étude de la genèse. Cette recherche a été faite dans le cadre d’un programme intitulé Mémoloi (cf. https://memoloi.hypotheses.org/) qui cherche à retracer l’histoire de plusieurs lois qui ont fait date dans l’histoire du droit du patrimoine culturel en France – deux premiers livres avaient été publiés en 2013 et 2018 à propos de la loi de 1913 sur les monuments historiques et de ses suites. L’ampleur de ce nouveau volume s’explique par les multiples approches proposées qui sont en particulier très attentives aux enjeux juridiques, et aussi par la reproduction de très nombreux documents divers et variés, allant de pages de débats parlementaires à des textes plus difficiles d’accès ou à des photos. Réunissant de nombreux auteurs, le livre est organisé en deux grandes parties : concevoir et investir. En clair : la préparation et l’application, mais le point ici n’est pas anecdotique car si la genèse de la loi n’est déjà pas simple, son histoire, comme pour toute loi, ne s’arrête bien sûr pas à sa publication au Journal officiel, cette seconde partie se révèle en effet passionnante.


Paul Vaillant-Couturier l’écrivain

Ouvrages | 24.03.2020 | Erwan Caulet

L’ouvrage Paul Vaillant-Couturier : écriture et politique publié aux Éditions universitaires de Dijon réunit les actes d’une journée d’études qui s’est tenue aux Archives départementales de Seine-Saint-Denis en juin 2018. Il a pour sujet Paul Vaillant-Couturier, une des figures du Parti communiste français de l’entre-deux-guerres (membre du Comité central, député, rédacteur en chef de l’Humanité…), finalement mal connue, faute de travaux notamment biographiques sur lui. À cet égard, le livre vient quelque peu combler cette lacune, à la fois par le contenu de certains de ses articles (de nature biographique) comme par son angle d’approche, original et en partie intime : l’analyse de ses écrits littéraires, publiés ou non.


La Llorona de Jayro Bustamante (2019)

Films | 24.03.2020 | Éric Bertin

Les dictatures latino-américaines ont toujours été une source d’inspiration pour le cinéma. Des nombreux films ont évoqué avec force « les années de plomb sud-américaines ». On pense à Costa Gavras et à son film Missing sorti en 1982 où il évoque le coup d’État du 11 septembre 1973 au Chili ou au film de l’Argentin Luis Puenzo, Une histoire officielle, sorti en salle en 1985, qui traite de la torture. Le film du Guatémaltèque Jayro Bustamante, La Llorona, s’inscrit parfaitement dans la lignée de ces films qui interrogent ce passé douloureux.


Jérôme Pozzi (dir.), De l’attachée de presse au conseiller en communication. Pour une histoire des spin doctors

Ouvrages | 17.03.2020 | Piergiorgio Bruno

Cet ouvrage dirigé par Jérôme Pozzi est issu d’une journée d’études organisée au Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire (CRUHL), à l’université de Lorraine, le 12 mai 2016. Comme le précise dans l’introduction le directeur du volume, l’objectif de ce colloque n’était « pas de remettre en cause le travail des communicants, encore moins de juger leur action au prisme d’une quelconque échelle de valeurs, mais plutôt d’essayer d’éclairer les modalités de leur action » (p. 11). En dépit de l’image en couverture – qui représente des mains obscures tirant littéralement les ficelles d’un homme politique – et de quelques passages de la conclusion écrite par Didier Francfort relançant le couple péjoratif propagande/manipulation, l’approche revendiquée par Jérôme Pozzi, scientifiquement rigoureuse bien que critique, est suivie et développée par tous les intervenants.


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670