Histoire@Politique : Politique, culture et société

Comptes rendus
   

« La République et son droit »

Colloques | 18.12.2008 | Odile Rudelle

Annie Stora-Lamarre nous vient d’Algérie et tout, comme Jacques Derrida, elle pense que la République est à bâtir autour d’un Droit à valeur universelle qui, face aux difficultés du présent, ne doit pas avoir peur ni de déconstruire ses préjugés, ni d’interroger ses a priori les mieux enracinés. Mais, chez elle, le regard, aussi libre que généreux, s’est fixé sur la République des années 1870-1930, celle de la conquête et de l’équilibre, celle du début du XXe siècle où autour de la Société de législation comparée, la République française semble rayonner au cœur d’un univers juridique ouvert sur le monde et où se font déjà entendre les revendications non seulement sociales mais aussi féministes et anti-coloniales.


Marc Bergère (dir.), L’épuration économique en France à la Libération,

Ouvrages | 05.12.2008 | Cédric Perrin

© PUFCe livre L’épuration économique en France à la Libération publié aux Presses universitaires de Rennes réunit sous la houlette de Marc Bergère les communications du VIe colloque organisé par le groupement de recherche (GDR) « les entreprises françaises sous l’occupation » (dirigé par Hervé Joly) à l’université de Rennes-II les 22 et 23 mars 2007. La rapidité – moins d’un an et demi - avec laquelle ce travail a pu être publié mérite d’être soulignée.


Didier Maus, Odile Rudelle (dir.), Normandie constitutionnelle. Un berceau des droits civiques ? De la Charte des Normands (1315) au traité constitutionnel : du prétoire à l’urne,

Ouvrages | 04.12.2008 | François Chaubet

© Economicas actes de colloque ont parfois l’allure de ces congrès politiques échevelés où chacun tire à hue et à dia dans la direction qui lui est propre. Rien de tel ici où les deux maîtres d’œuvre, Odile Rudelle - en fait la principale responsable de ce colloque qui fut longuement préparé à Sciences Po - et Didier Maus ont confié aux participants une feuille de route précise où chacun rallie le même lieu : restituer en Normandie, depuis le Moyen Age et la Charte aux Normands de 1315 jusqu’à la fin du XXe siècle, une pratique et une pensée de la modération par le droit.


Dino Costantini, Mission civilisatrice : le rôle de l'histoire coloniale dans la construction de l'identité politique française,

Ouvrages | 04.12.2008 | Amaury Lorin

© Editions La DécouvertePassée relativement inaperçue, la parution, en février dernier, de la traduction en français de l’essai de Dino Costantini, Mission civilisatrice : le rôle de l’histoire coloniale dans la construction de l’identité politique française, apporte pourtant une contribution essentielle à l’histoire contemporaine de la France, à l’articulation stratégique, encore rarement rencontrée hélas, de ses plans métropolitain et colonial, intrinsèquement liés. Le constat de cette carence d’une réflexion approfondie sur les conséquences, théoriques et pratiques, de l’engagement colonial séculaire de la France et la manière dont cette entreprise (tout sauf un incident de parcours) a contribué à façonner, profondément et durablement, l’identité politique du pays jusqu’à aujourd’hui, conduit l’auteur à réinterroger la question fondamentale (et complexe) des liens entre république, civilisation et colonisation.


Laurent Martin, Jack Lang,

Ouvrages | 04.12.2008 | David Looseley, université de Leeds

© Editions ComplexeCette excellente biographie de Jack Lang - éclairante, érudite, méticuleuse - méritait d’être écrite. D’abord parce qu’au début du nouveau siècle Jack Lang avait fait don de ses archives volumineuses (500 caisses de déménagement) à l’Institut mémoires de l’édition contemporaine (IMEC), et que le directeur de l’IMEC en 2001 avait demande à Laurent Martin de les classer, lui donnant ainsi accès à la face cachée du personnage bien avant le délai normal de mise à disposition d’un fonds contenant des documents officiels sensibles. Mais aussi parce qu’il était temps que paraisse du phénomène Lang, postmoderne, controversé et méconnu, une biographie correctement documentée, rédigée par un chercheur scrupuleux plutôt que par des amis, des ennemis ou des journalistes pressés.


Steven L. Kaplan, Le pain maudit. Retour sur la France des années oubliées, 1945-1958,

Ouvrages | 03.12.2008 | Stéphane Lembré

© FayardGrand spécialiste de l'histoire du pain en France, à laquelle il a consacré plusieurs décennies de recherches, Steven L. Kaplan, dans la droite ligne de ses ouvrages précédents, livre avec Le pain maudit. Retour sur la France des années oubliées non seulement une contribution de taille (plus de 1 100 pages) à l'histoire de la IVe République, mais aussi, en réalité, à l'histoire sociale, économique et politique de la France au XXe siècle. Il n'est assurément pas facile de délimiter un livre qui touche, à travers l’« un des plus grands acteurs de l'histoire de France » (p. 11), au cœur du quotidien des Français. L'intoxication dont est victime une partie de la population de la commune gardoise de Pont-Saint-Esprit en août 1951 a causé plusieurs décès, et largement choqué une population effrayée par les troubles mentaux des consommateurs du pain incriminé. L'articulation entre le fait divers et l'histoire de la filière blé-farine-pain entraîne le lecteur dans une enquête dynamique et un exercice ambitieux d'histoire totale, dont quelques axes forts peuvent être repérés.


Jean-François Sirinelli, Georges-Henri Soutou (dir.), Culture et guerre froide,

Ouvrages | 03.12.2008 | Marie Scot

© PUPSLa guerre froide culturelle a donné lieu à une importante production historiographique dès les années 1960 et a suscité un intérêt jamais démenti, ravivé par la chute du mur de Berlin et l'ouverture de nouvelles archives. Cette dernière a en effet été très tôt perçue comme un combat idéologique, mobilisant les forces vives de l'intelligence et de la création. La mise en place d'une diplomatie culturelle aux Etats-Unis, l'action des fondations philanthropiques américaines, les programmes culturels de guerre froide (Fulbright, Area Studies) et le soutien financier à des associations et des organisations culturelles par la CIA (Congrès pour la liberté de la culture, organisations de jeunesse) ont fait l'objet de multiples études. Sur le front occidental, l'influence du Parti communiste et du marxisme dans les milieux intellectuels européens a été abondamment analysée. Plus récemment, des études sont revenues sur les « manipulations culturelles majeures » pilotées par la CIA  et sur les liens entre l'anticommunisme des milieux intellectuels de gauche et la genèse de la New Left en Grande-Bretagne ou du néo-conservatisme aux Etats-Unis. L'ouvrage collectif Culture et Guerre froide publié sous la direction de Jean-François Sirinelli et de Georges-Henri Soutou, réunit dix-huit contributions de grande qualité, fruits d'un colloque organisé en 2005. Il donne un excellent aperçu du renouvellement des méthodologies et des problématiques de recherche que la fin de la guerre froide et l'accès à de nouvelles archives ont suscité.


Jean-Yves Andrieux, L'architecture de la République. Les lieux de pouvoir dans l'espace public en France, 1792-1981,

Ouvrages | 02.12.2008 | Fabienne Chevallier

© CNDPDans cet ouvrage, Jean-Yves Andrieux s'est attaché à présenter, à travers une sélection de cas d'étude, une histoire des bâtiments publics de 1792 - date des premiers projets d'architecture pour la Convention nationale - à 1981, année qui ouvre la période des Grands Travaux entrepris sous le premier septennat du président François Mitterrand. La sélection opérée est faite au sein de cinq grands programmes édilitaires, intrinsèquement attachés à l'image et à l'action de la République : les préfectures, lycées, palais de justice, hôtels de ville et écoles.


« Gaston Leroux, de Rouletabille à Chéri-Bibi »

Expositions | 02.12.2008 | Laurent Martin

En 2004, les archives de Gaston Leroux, grande figure de la littérature populaire du début du XXe siècle, ont été données à la BNF par ses héritiers. Elles forment la matière d’une petite, mais intéressante exposition que l’on peut voir sur le site François-Mitterrand, du 7 octobre 2008 au 4 janvier 2009.


« Comprendre la Ve République »

Colloques | 18.11.2008 | Pierre Guillaume

Le colloque « Comprendre la Ve République (1958-2008) » a été organisé au Sénat et à l’Institut d’études politiques, les 25 et 26 septembre 2008, par le Centre d’histoire de Sciences Po (Jean-François Sirinelli) et le Comité d’histoire politique et parlementaire (Jean Garrigues), avec le soutien de l’Institut universitaire de France (Sylvie Guillaume). Il a été conçu comme une tentative d’explication de la longévité de la Ve République, proposée par des historiens, largement ouverts au concours de représentants d’autres disciplines.


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670