Histoire@Politique : Politique, culture et société

Comptes rendus
   

« Le retour à l'intime au sortir de la guerre. De la Première Guerre mondiale à nos jours »

Colloques | 07.10.2008 | Fabien Théofilakis

En clôture de la quatrième année de leur séminaire « Sorties de guerre des deux conflits mondiaux », Guillaume Piketty et Bruno Cabanes ont organisé les 19 et 20 juin 2008, à Sciences Po, un colloque international consacré au « retour à l’intime au sortir de la guerre, de la Première Guerre mondiale à nos jours ». Bénéficiant du soutien de la French-American Foundation, cette manifestation a brillamment répondu aux attentes d’un ambitieux programme de quatre demi-journées. En réservant plus de la moitié des communications à des intervenants venus de l’étranger, majoritairement d’outre-Atlantique, en privilégiant la perspective d’histoire comparée, en tentant le croisement entre des problématiques déjà initiées lors des années précédentes et une réflexion centrale autour de la notion d’intime, analysée dans ses significations, ses fonctions, ses structures et ses processus à l’échelle macro comme micro-historique, le colloque a relevé son double défi : amorcer une typologie des sources pour une telle histoire et préciser les problématiques communes aux conflits du XXsiècle. C’est donc à la recherche des traces du retour de l’intime que nous a invité le Centre d’histoire de Sciences Po.


Michel Leymarie, Jacques Prévotat, L'Action française. Culture, société, politique,

Ouvrages | 06.10.2008 | Olivier Tort

© Editions du SeptentrionL’Action française a été ces dernières années l’objet d’une curiosité renouvelée de la part du monde universitaire, dont témoigne l’important colloque tenu à Paris en mars 2007 au Centre d’histoire de Sciences Po, appelé à constituer le premier volet d’une série de trois manifestations. Le présent ouvrage, publié avec le soutien de l’Institut de recherches historiques du Septentrion (IRHIS) et du Comité d’histoire parlementaire et politique (CHPP), en rassemble les actes ; comme l’indique Michel Leymarie dans l’introduction, il s’agit avant tout de mesurer l’influence réelle du mouvement d’extrême droite dans la société française, en analysant comment l’idéologie déployée au quotidien par Maurras et les siens a pu faciliter ou au contraire freiner cette diffusion.


Michelle Zancarini-Fournel, Le moment 68. Une histoire contestée,

Ouvrages | 06.10.2008 | Emmanuelle Loyer

© Editions du SeuilAprès une vingtaine d’années de travail empirique sur Mai 1968 et ses postérités, Michelle Zancarini-Fournel nous offre une synthèse sereine d’une histoire en train de s’écrire, même si celle-ci reste « contestée ». Le livre est davantage qu’un ouvrage d’historiographie puisqu’il ambitionne de décrire un « état des lieux des différents récits », pas tous de nature historienne. Or, cet événement vécu par les acteurs, dont l’auteur elle-même, comme immédiatement ”historique ” n’a connu ses historiens qu’assez tard. Comme le veut l’esprit d’une collection à laquelle il était destiné, on entre avec ce livre dans l’atelier de l’histoire, on en saisit les outils, les ratages, les difficultés, redoublées ici par la faible distance temporelle qui sépare l’historien de son objet.


Jean-François Sirinelli, Mai 68. L'événement Janus,

Ouvrages | 06.10.2008 | Michelle Zancarini-Fournel

© Editions FayardLe livre de Jean-François Sirinelli est destiné à un grand public comme le suggère l’introduction - « un historien à son établi » qui est un descriptif, à l’attention des non-spécialistes, de l’activité historienne, introduction que l’auteur invite le lecteur ou la lectrice pressé-e à « enjamber » pour se rendre à la case suivante. Il serait cependant dommageable de suivre ce conseil puisque l’introduction est bien un véritable discours de la méthode en histoire du temps présent, un appel aux jeunes générations d’historiens à se mettre à l’établi (ce que certain-e-s font déjà) et replace le moment 1968 dans ses vies ultérieures qui ne sont pas forcément des conséquences induites par l’événement lui-même.


« Des Parisiens sous l'Occupation »

Expositions | 06.10.2008 | Eric Alary

© GallimardLe 1er juillet 2008, l’exposition « Des Parisiens sous l’Occupation », présentée depuis le 20 mars à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, a fermé ses portes, après bien des polémiques autour de son titre initial, « Les Parisiens sous l’Occupation », et du contenu des clichés de André Zucca qui y étaient exposés.


Frank Daninos, CIA, une histoire politique (1947-2007),

Ouvrages | 19.09.2008 | Pierre Mélandri

Les agents de la CIA « sont devenus le sujet de discussion dont on parle à travers le monde. Quels que soient les événements, on pense qu’ils ont toujours quelque chose à y voir » déclara Zhou Enlai à Kissinger en 1971. Ce à quoi le second répliqua : « C’est exact. Cela les flatte, mais ils ne le méritent pas. »

C’est sur ce dialogue que s’ouvre le volume de Franck Daninos consacré à « l’histoire politique » de « l’Agence », c’est-à-dire aux missions qui lui ont été assignées, à l’influence réelle ou supposée qu’elle a exercée et, par-dessus tout, à ses relations avec la Maison blanche.

 


« Héros, d'Achille à Zidane »

Expositions | 11.09.2008 | Emmanuel Naquet

S’il y a en Histoire et dans maintes histoires, des acteurs secondaires et des protagonistes majeurs, c’est aux héros dans tous leurs états que la Bibliothèque nationale de France a consacré, sur le site François-Mitterrand, du 9 octobre 2007 au 13 avril 2008, une exposition originale, accompagnée d’un ouvrage aux mises en perspective denses et suggestives, également dirigé par Odile Faliu et Marc Tourret. Derrière un intitulé laissant croire à une énumération exhaustive, naturellement inatteignable et toujours discutable, se dévoile le projet audacieux et abouti d’interroger et d’illustrer « un individu, un acte, une mémoire » (Bruno Racine) ; bref, « la fabrique du héros ».


« 1931, les étrangers au temps de l'exposition coloniale »

Expositions | 10.09.2008 | Malika Rahal

Couverture du catalogue de l'exposition. © Editions Gallimard 2008 / Cité nationale de l'histoire de l'immigration.Pour sa première grande exposition temporaire, la toute nouvelle Cité nationale de l’histoire de l’immigration (CNHI) propose de s’intéresser à la présence en France d’une importante population étrangère à l’époque de la grande célébration colonialiste qu’a représenté l’Exposition coloniale de 1931. L’exposition proposée, intitulée « 1931. Les étrangers au temps de l’Exposition coloniale », prolongée jusqu’au 5 octobre 2008, constitue une étonnante mise en abîme : c’est en effet à l’occasion de l’Exposition coloniale qu’a été construit le palais de la Porte dorée, qui abrite aujourd'hui la CNHI. Le choix de 1931 est prétexte à revenir sur la situation en France des immigrants venus du monde entier, et non seulement des colonies, durant les années 1930.


La Cité nationale de l'histoire de l'immigration. Histoires, mémoires.

Musées | 10.09.2008 | Angéline Escafré-Dublet

La Cité nationale de l’histoire de l’immigration (CNHI) a ouvert ses portes le 10 octobre 2007. Conçue comme un lieu de réflexion et de diffusion sur l’histoire de l’immigration, elle représente l’aboutissement d’un long processus et peut se voir au miroir du rapport de la France aux cultures immigrées. Installée dans le Palais de la Porte Dorée, son exposition permanente établit la multiplicité des expériences migratoires dans une volonté de reconnaissance des apports de l’immigration à l’histoire de la nation française.


Valérie Pouzol, Clandestines de la Paix. Femmes isréaéliennes et palestiniennes dans le conflit israélo-arabe,

Ouvrages | 06.09.2008 | Laetitia Bucaille

La recherche de Valérie Pouzol est originale et inédite. En effet, rares sont les travaux en langue française qui ont pour objet l’analyse des mouvements de la paix israéliens et palestiniens, la situation dans cette région étant présentée avant tout sous l’angle du conflit, du processus de paix ou celui d’une approche géopolitique. Ce travail se démarque également des études réalisées par le fait qu’elle entreprend une approche croisée des militantes palestiniennes et israéliennes ; la plupart des travaux de terrain se concentrant sur l’une ou l’autre population. Enfin, en enquêtant sur les marges de ces sociétés, l’auteur contribue à la compréhension de leur fonctionnement global.


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670