Histoire@Politique : Politique, culture et société

Comptes rendus
   

Mary Dewhurst Lewis, The Boundaries of the Republic : Migrants Rights and the Limits of Universalism in France, 1918-1940

Ouvrages | 13.11.2008 | Angéline Escafré-Dublet

Dans son ouvrage sur les frontières de la République, Mary Dewhurst Lewis livre une histoire sociale des droits des migrants dans la France de l’entre-deux-guerres. Le récit détaillé des différents traitements réservés aux étrangers venus en France permet d’envisager la diversité des situations rencontrées. Tout en gardant en permanence à l’esprit le contexte politique, économique et social de la France de ces années, son analyse prend les villes de Marseille et de Lyon comme cas d’étude. À travers des exemples concrets de destins individuels suivis au long des années, elle livre une analyse fine de la mise en pratique (ou non) du droit des étrangers en France. Son apport est essentiel en ce qu’il permet de mettre en perspective la mise en œuvre des politiques françaises d’immigration dans la deuxième moitié du XXsiècle.


« L’action culturelle extérieure française et francophone »

Colloques | 13.11.2008 | Sophie Kienlen

En novembre 2007, le Time Magazine relançait le débat sur déclin de la culture française. Une nouvelle fois, cette tradition de messianisme qui continue de guider la façon dont la France s’exporte au-delà de ses frontières est ridiculisée par ses concurrents étrangers. Le débat autour du « decline of a cultural icône » lancé sous le plan Marshall, réactivé en 1993 par la polémique autour de l’exception culturelle, est une nouvelle fois ravivé. La politique culturelle extérieure est-elle une épine dans le pied des Français ? Et pourtant, depuis le rapport Rigaud de 1979, du chemin a été parcouru. Les bases d’une professionnalisation de la diffusion culturelle française à l’étranger ont été lancées, une volonté nouvelle de rendre l’échange culturel plus égalitaire s’est manifestée et le développement de l’audiovisuel a progressé. Où en sommes-nous aujourd’hui ? C’est le bilan de cette initiative de modernisation que le colloque organisé par le Centre d’histoire de Sciences Po, sous la direction de François Chaubet, a voulu faire.


Mai 68. Les images de la télévision. Pour vivre ou revivre les événements qui ont bouleversé notre société, documentaire réalisé par Hugues Nancy

Documentaires | 13.11.2008 | Mathieu Dubois

Au flot désormais habituel des témoignages d’acteurs et des analyses de contemporains parus à l’occasion du quarantième anniversaire des événements de Mai 68, s’est ajoutée la place nouvelle de l’image. La publication de nombreux albums photographiques, de recueils d’affiches et de desseins d’époque est venue compléter la mémoire de l’événement par la construction d’une mémoire visuelle. Celle-ci s’est également enrichie de l’intérêt nouveau des journalistes et des historiens pour les images de la télévision. Alors qu’ils ne constituaient jusque-là qu’un support, les films d’époque ont trouvé une place à part dans la commémoration, en permettant au spectateur de revivre en direct le cours des événements de Mai. Tel est également le parti pris de Hugues Nancy dans ce DVD : « Revivre Mai 68 comme si nous y étions ! ».


The War, documentaire réalisé par Ken Burns et Lynn Novick

Documentaires | 16.10.2008 | Emmanuel Saint-Fuscien

La magnifique fresque documentaire The War (14 épisodes de 52 minutes) a été réalisée en 2006 par Ken Burns et Lynn Novick  [1] . Diffusée sur la chaîne américaine PBS, les téléspectateurs français ont pu la découvrir au printemps 2008, sur Arte, dans le cadre de l’émission « Les mercredis de l’histoire ».
L’objectif énoncé du réalisateur est de « retrouver » la Seconde Guerre mondiale. Mais la retrouver du point de vue américain, et plus précisément de celui des « gens ordinaires » qui l’ont subie ou qui l’ont faite. La déclaration d’intention de Ken Burns, enregistrée en préambule de la série, apparaît ambitieuse et séduisante : « nous nous concevons comme des archéologues de l’émotion ». Elle affiche aussi sa prétention : « c’est le premier film montrant la guerre en Europe, dans le Pacifique et à l’arrière telle qu’elle s’est passée ».


« L'histoire des pauvres, pour quoi faire ? »

Journées d'études | 14.10.2008 | Sylvain Pattieu

Dans le cadre de la préparation du colloque international « La démocratie à l'épreuve de l'exclusion. L'actualité de Joseph Wresinski » qui aura lieu à Sciences Po les 17, 18 et 19 décembre 2008 (ATD Quart Monde, l’Association française de science politique et Sciences Po), une conférence-débat était organisée le lundi 23 juin sur le thème « L’histoire des pauvres, pour quoi faire ? ». Claire Andrieu a introduit les débats en soulignant l’importance de défricher des pans de l’histoire moins connus, comme l’histoire des pauvres.


« Le retour à l'intime au sortir de la guerre. De la Première Guerre mondiale à nos jours »

Colloques | 07.10.2008 | Fabien Théofilakis

En clôture de la quatrième année de leur séminaire « Sorties de guerre des deux conflits mondiaux », Guillaume Piketty et Bruno Cabanes ont organisé les 19 et 20 juin 2008, à Sciences Po, un colloque international consacré au « retour à l’intime au sortir de la guerre, de la Première Guerre mondiale à nos jours ». Bénéficiant du soutien de la French-American Foundation, cette manifestation a brillamment répondu aux attentes d’un ambitieux programme de quatre demi-journées. En réservant plus de la moitié des communications à des intervenants venus de l’étranger, majoritairement d’outre-Atlantique, en privilégiant la perspective d’histoire comparée, en tentant le croisement entre des problématiques déjà initiées lors des années précédentes et une réflexion centrale autour de la notion d’intime, analysée dans ses significations, ses fonctions, ses structures et ses processus à l’échelle macro comme micro-historique, le colloque a relevé son double défi : amorcer une typologie des sources pour une telle histoire et préciser les problématiques communes aux conflits du XXsiècle. C’est donc à la recherche des traces du retour de l’intime que nous a invité le Centre d’histoire de Sciences Po.


Michel Leymarie, Jacques Prévotat, L'Action française. Culture, société, politique,

Ouvrages | 06.10.2008 | Olivier Tort

© Editions du SeptentrionL’Action française a été ces dernières années l’objet d’une curiosité renouvelée de la part du monde universitaire, dont témoigne l’important colloque tenu à Paris en mars 2007 au Centre d’histoire de Sciences Po, appelé à constituer le premier volet d’une série de trois manifestations. Le présent ouvrage, publié avec le soutien de l’Institut de recherches historiques du Septentrion (IRHIS) et du Comité d’histoire parlementaire et politique (CHPP), en rassemble les actes ; comme l’indique Michel Leymarie dans l’introduction, il s’agit avant tout de mesurer l’influence réelle du mouvement d’extrême droite dans la société française, en analysant comment l’idéologie déployée au quotidien par Maurras et les siens a pu faciliter ou au contraire freiner cette diffusion.


Michelle Zancarini-Fournel, Le moment 68. Une histoire contestée,

Ouvrages | 06.10.2008 | Emmanuelle Loyer

© Editions du SeuilAprès une vingtaine d’années de travail empirique sur Mai 1968 et ses postérités, Michelle Zancarini-Fournel nous offre une synthèse sereine d’une histoire en train de s’écrire, même si celle-ci reste « contestée ». Le livre est davantage qu’un ouvrage d’historiographie puisqu’il ambitionne de décrire un « état des lieux des différents récits », pas tous de nature historienne. Or, cet événement vécu par les acteurs, dont l’auteur elle-même, comme immédiatement ”historique ” n’a connu ses historiens qu’assez tard. Comme le veut l’esprit d’une collection à laquelle il était destiné, on entre avec ce livre dans l’atelier de l’histoire, on en saisit les outils, les ratages, les difficultés, redoublées ici par la faible distance temporelle qui sépare l’historien de son objet.


Jean-François Sirinelli, Mai 68. L'événement Janus,

Ouvrages | 06.10.2008 | Michelle Zancarini-Fournel

© Editions FayardLe livre de Jean-François Sirinelli est destiné à un grand public comme le suggère l’introduction - « un historien à son établi » qui est un descriptif, à l’attention des non-spécialistes, de l’activité historienne, introduction que l’auteur invite le lecteur ou la lectrice pressé-e à « enjamber » pour se rendre à la case suivante. Il serait cependant dommageable de suivre ce conseil puisque l’introduction est bien un véritable discours de la méthode en histoire du temps présent, un appel aux jeunes générations d’historiens à se mettre à l’établi (ce que certain-e-s font déjà) et replace le moment 1968 dans ses vies ultérieures qui ne sont pas forcément des conséquences induites par l’événement lui-même.


« Des Parisiens sous l'Occupation »

Expositions | 06.10.2008 | Eric Alary

© GallimardLe 1er juillet 2008, l’exposition « Des Parisiens sous l’Occupation », présentée depuis le 20 mars à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, a fermé ses portes, après bien des polémiques autour de son titre initial, « Les Parisiens sous l’Occupation », et du contenu des clichés de André Zucca qui y étaient exposés.


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • • Retour sur les 19e Rendez-vous de l'histoire à Blois
  • lire la suite
  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670