Histoire@Politique : Politique, culture et société

Comptes rendus
   

André Gounot, Denis Jallat et Benoît Caritey (dir.), Les Politiques au stade. Étude comparée des manifestations sportives du XIXe au XXe siècle,

Ouvrages | 13.02.2009 | Stéphane Mourlane

© PUR 2007Les rapports entre le sport et la politique, tant au niveau national qu’international, ont donné lieu, depuis plusieurs années, à de nombreux travaux. Les ressorts et la résonance politiques des événements sportifs, en particulier les plus importants d’entre eux, les Jeux olympiques et la Coupe du monde de football, ont particulièrement intéressé les historiens. Si le champ apparaît donc désormais bien balisé, il n’en est pas pour autant totalement défriché. L’attention portée à une plus grande variété de compétitions et de disciplines sportives, dans des contextes et des espaces géopolitiques différenciés, tout autant que les inflexions épistémologiques de l’histoire politique permettent, en effet, d’approfondir ou de creuser de nouveaux sillons.


Pierre Chaine, Mémoires d’un rat, suivis des Commentaires de Ferdinand, ancien rat de tranchées,

Ouvrages | 06.02.2009 | Damien Baldin

© TallandierDans le flot des publications sur la Première Guerre mondiale en cette année commémorative, un témoignage semble avoir retenu l’attention. Son succès n’est pas étonnant : un rat ironique, Ferdinand, raconte à la première personne le quotidien des tranchées en philosophant sur l’absurdité de la guerre. Lecteurs et public s’amusent et s’instruisent tout en acquiesçant en bonne conscience à ce message dénonciateur. Son auteur fait partie de la deuxième catégorie des témoins de Jean Norton Cru : autant dire qu’il est fiable... Cependant, au-delà de l’aspect documentaire du témoignage, Mémoires d’un rat est surtout un matériau inestimable pour une double historiographie : celle qui interroge les rapports complexes entre littérature, fiction et témoignage de guerre et celle qui place au cœur de l’expérience combattante la question de l’animal.


Stéphane Audoin-Rouzeau, Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne (XIXe-XXIe siècles)

Ouvrages | 06.02.2009 | John Horne, Trinity College, Dublin

© Editions du SeuilImagine a historian at the height of his powers writing a DEA dissertation, that excellent French institution by which a potential doctoral student surveys the sources and literature, examines the concepts and thinks through the arguments on which the larger thesis will be based. That is the exercise that Stéphane Audoin-Rouzeau, a leading historian of the Great War, invites the reader to share as he maps his thinking on a new project – an historical anthropology of modern warfare, and more particularly of combat.


Pierre Mélandri, Histoire des Etats-Unis contemporains,

Ouvrages | 06.02.2009 | Florent Bonaventure

© André Versaille éditeurLes Etats-Unis semblaient affaiblis sur la scène internationale, leur image écornée, leur suprématie contestée. Il a pourtant suffi d’une élection, celle de Barack Obama en novembre 2008, pour que mêmes ses contempteurs les plus féroces célèbrent le renouveau et la vivacité du « rêve américain », d’une Amérique possédant le « pouvoir de recommencer le monde », comme l’écrivait déjà Thomas Paine à l’aube de la guerre d’indépendance américaine. Il faut absolument se plonger dans le dernier ouvrage de Pierre Mélandri, professeur à Sciences Po Paris, pour comprendre la force d’attraction des Etats-Unis, et ce mélange d’envie, de crainte et de répulsion qu’ils véhiculent, la fascination devant l’effort de ses dirigeants pour « contraindre l’histoire à se conformer à leurs illusions » (C. Van Woodward).


« 1900-1920 : la conquête de l’air, naissance d’un nouvel imaginaire ? »

Colloques | 05.02.2009 | Bernard Garreau

Organisé par Françoise Lucbert et Stéphane Tison, un colloque intitulé « 1900-1920 : la conquête de l’air, naissance d’un nouvel imaginaire ? » s’est tenu à l’université du Maine les 27 et 28 novembre 2008.

Dans une approche qui s’est voulue internationale et comparatiste, dix-neuf intervenants de six pays différents se sont interrogés sur la façon dont la conquête de l’air a pu susciter une nouvelle façon de penser la société aussi bien que le rôle et la place de l’être humain dans le monde. Le colloque a été conçu autour de trois axes : l’événement que représentent les vols de 1908, la perception nouvelle du réel entraînée par cet événement et l’émergence d’un héros moderne, l’aviateur, qui ont été déclinés dans le cadre de six sessions thématiques.


« Le PSU vu d'en bas »

Colloques | 02.02.2009 | Fanny Bugnon

Contribuer à la mise en lumière d'un objet relativement délaissé des chercheurs, l'histoire du Parti socialiste unifié (PSU), tel était l'objectif du colloque « Le PSU vu d'en bas. Un parti dans les régions : réseaux sociaux, mouvement politique, laboratoire d'idées (années 1950-années 1980) organisé à Rennes les 9 et 10 septembre 2008. Les organisateurs, Tudi Kernalegenn (doctorant, IEP de Rennes, CRAPE) et François Prigent (doctorant, Rennes 2, CERHIO), l’inscrivaient dans le sillage d’une journée d'études qui s’était tenue à Rennes en février 2007. Articulés autour de l'analyse du milieu partisan, de la dimension politique novatrice et du renouvellement intellectuel initié par le PSU, les travaux ont permis de cerner les configurations locales, les dynamiques et mutations à l'œuvre au sein de la gauche française, notamment à travers la question de l'implication régionale du PSU. Les différentes interventions ont convergé vers l'idée d'une dimension expérimentale propre au PSU, un PSU « laboratoire d'idées » dont les thèmes de mobilisation ont rencontré davantage d'écho dans la société française que n'en témoignent ses résultats électoraux relativement faibles.


Gilles Richard, Jacqueline Sainclivier (dir.), Les Partis et la République, la recomposition du système partisan (1956-1967),

Ouvrages | 13.01.2009 | Frédéric Fogacci

Faisant suite aux actes du colloque sur la recomposition des droites en France (1944-1948), paru voici trois ans, cet ouvrage, qui regroupe les communications d’un colloque tenu à Rennes en mai 2006, démontre plusieurs permanences dans l’approche de la vie politique initiée par Jacqueline Sainclivier et Gilles Richard. Il s’agit de proposer une approche nationale de la vie politique centrée sur le fait partisan, d’analyser celle-ci selon des temporalités et des périodisations renouvelées, tout en ayant soin de comparer les évolutions nationales aux évolutions locales, et de ne pas considérer le monde politique comme un « en-soi », mais d’envisager les répercussions économiques et sociales de ses mutations. Conformément à ces perspectives, on peut considérer que cet ouvrage est porteur de plusieurs ambitions.


Le Futurisme : un ange déchu ?

Expositions | 23.12.2008 | Christophe Simeon

Longtemps associé à la figure de Filippo Tommaso Marinetti (1876-1944) et à son manifeste de 1909, le futurisme traîne derrière lui l’image sulfureuse d’une avant-garde réactionnaire, prônant notamment « la guerre comme seule hygiène du monde » ou annonçant vouloir « combattre le féminisme » pour créer une civilisation nouvelle. La participation de certains des membres de ce mouvement au fascisme italien pose également des problèmes éthiques. À l’heure du politiquement correct, cette vision du monde dérange et pousse généralement au rejet. Pourtant, comme le signale Giovanni Lista, ces éléments sont mal compris en étant placés « hors du contexte nationaliste de l’époque, nourri du social-darwinisme évolutionniste de Herbert Spencer », tandis que la prétendue attitude sexiste de Marinetti ne serait qu’un malentendu, l’Italien favorisant dans son programme l’égalité des sexes. Par ailleurs, limiter la critique de ce mouvement à ses seuls discours serait négliger l’influence qu’il a eue concrètement sur son époque. Aussi, en laissant de côté les mots du scandale et de l’exaltation martiale, la prise en considération des motivations et des apports du futurisme s’avère très intéressante à étudier. À ce niveau, l’exposition intitulée Le Futurisme à Paris. Une avant-garde explosive, présentée à Paris, au Centre Pompidou, du 15 octobre 2008 au 29 janvier 2009, contribue à répondre à plusieurs interrogations en offrant une meilleure compréhension de ce phénomène social et culturel.


« À qui appartenaient ces tableaux ? / Looking for owners »

Expositions | 23.12.2008 | Florent Le Bot

L’exposition « À qui appartenaient ces tableaux ? / Looking for owners » organisée à Paris, au musée d’Art et d’Histoire du judaïsme, du 24 juin au 26 octobre 2008, a été conçue de manière pédagogique et historienne. Le parti pris diffère résolument de celui retenu par le musée d’Israël à Jérusalem qui, au printemps 2008, a présenté les mêmes œuvres en les regroupant par périodes et par écoles. Des peintures de Pieter Claesz, Petrus Christus, Courbet, Delacroix, Ingres, Monet, Manet, Cézanne, Ernst, etc., s’offrent à nos regards. Il ne s’agit toutefois pas ici de montrer une collection de peintures selon leur style, mais bien d’exposer et d’expliquer aux visiteurs, de la manière la plus sobre et la plus précise qui soit, les modalités de spoliations et de pillages de tableaux de maîtres appartenant à des Juifs dans l’Europe nazie, les processus de restitutions depuis l’après-guerre, les difficultés de celles-ci et parfois leurs impasses : 50 des 53 tableaux présentés proviennent ainsi de l’inventaire MNR (musées nationaux récupération) sur lequel sont inscrites des œuvres pour lesquelles il n’a pas été possible d’identifier un propriétaire.


Dominique Trimbur et Ran Aaronsohn (dir.), De Balfour à Ben Gourion. Les puissances européennes et la Palestine, 1917-1948,

Ouvrages | 19.12.2008 | Catherine Nicault

© CNRS EditionsIl faut se réjouir de voir se garnir, avec la publication de ce gros volume (520 pages dont des cartes, des documents iconographiques, un index), la maigre bibliothèque francophone disponible sur l’histoire du mandat britannique en Palestine. Sa publication vient clore en fait un programme de recherche lancé par le Centre de recherches français de Jérusalem sur les rapports entretenus par les pays européens avec la Palestine du début du XIXe siècle au milieu du suivant, avant que ne soit créé l’Etat d’Israël. Ce programme avait été inauguré au début de la décennie par un premier colloque, suivi de la parution en 2001 dans la même collection et chez le même éditeur, d’un premier ouvrage : De Bonaparte à Balfour – La France, l’Europe occidentale et la Palestine, 1799-1917. Celui-ci a été opportunément réédité pour l’occasion.


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • Histoire@Politique aux Rendez-Vous de l'Histoire de Blois - samedi 7 octobre 2017
  •  « La politique scientifique en France au 20e siècle entre État (...)
  • lire la suite
  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670