Histoire@Politique : Politique, culture et société

Comptes rendus
   

Pascal Blanchard, Sandrine Lemaire et Nicolas Bancel (dir.), Culture coloniale en France de la Révolution française à nos jours,

Ouvrages | 04.03.2009 | Amaury Lorin

© CNRS EditionsLes mérites scientifiques d’études de cas précisément et dûment circonstanciées dans le temps et dans l’espace valent particulièrement pour l’histoire coloniale, champ de recherche profondément renouvelé cette dernière décennie, dans lequel trop d’essais historiques généraux (ou partisans) ont pu amener leurs auteurs à des considérations parfois malheureuses sur la colonisation, phénomène complexe envisagé trop souvent et bien à tort comme un mouvement uniforme. La somme (761 pages) proposée par l’ouvrage collectif Culture coloniale en France de la Révolution française à nos jours (Paris, CNRS éditions, 2008) sous la direction de Pascal Blanchard, Sandrine Lemaire et Nicolas Bancel (avec une préface de Gilles Boëtsch) et en collaboration avec le groupe de recherche Achac (association connaissance de l’histoire de l’Afrique contemporaine), sans doute appelée à faire date, consiste matériellement en la réunion du déjà bien connu triptyque Culture coloniale (La France conquise par son empire, 1871-1931) ; Culture impériale (Les colonies au cœur de la République, 1931-1961) ; et Culture post-coloniale (Traces et mémoires coloniales en France, 1961-2006), successivement paru sous la forme de trois ouvrages distincts dans la collection « Mémoires » des éditions Autrement, respectivement en 2003, 2004 et 2006.


Hubert Bonin, Catherine Hodeir et Jean-François Klein (dir.), L’Esprit économique impérial (1830-1970) : groupes de pression et réseaux du patronat colonial en France et dans l’empire,

Ouvrages | 04.03.2009 | Amaury Lorin

© SFHOMAlors qu’on assiste au retour d’une histoire de la colonisation au cœur des débats sur les effets, durables et multiformes, de l’impérialisme – en particulier aux niveaux économique, sociologique ou culturel –, les historiens français s’intéressant aux systèmes impériaux réaffirment leur vitalité scientifique – s’il en était besoin – et leur volonté de dépasser tout éventuel discours cliché. La somme (844 pages) proposée par l’ouvrage collectif L’Esprit économique impérial (1830-1970) : groupes de pression et réseaux du patronat colonial en France et dans l’empire (Paris, publications de la Société française d’histoire de l’outre-mer, 2008) sous la direction à six mains d’Hubert Bonin, Catherine Hodeir et Jean-François Klein – actes d’un colloque tenu en deux sessions à Paris les 3 et 4 mars 2006 puis à Bordeaux les 23, 24 et 25 novembre 2006 – est assurément appelée à faire date.


Stéphane Audoin-Rouzeau, Christophe Prochasson (dir.), Sortir de la Grande Guerre. Le monde et l’après-1918,

Ouvrages | 26.02.2009 | Emmanuel Saint-Fuscien

© Tallandier, 2008Stéphane Audoin-Rouzeau et Christophe Prochasson empruntent à un historien des années 1920 une citation contre laquelle ils s’inscrivent résolument. Ainsi Pierre Caron écrivait en 1921 : « Le travailleur qui aborde l’histoire de la guerre doit s’être prémuni contre un danger celui de donner au sujet, dans le temps, une extension démesurée (…) On doit considérer que le traité de Versailles a clos la guerre de 1914-1918 (…) L’essentiel, c’est que, une fois mise en place, la borne doit être respectée ; autrement on irait à la confusion, et, à force d’exagération, au néant. » C’est exactement la démarche inverse qui guide les auteurs, en cohérence avec l’historiographie moderne du conflit qu’ils ont contribué à refaçonner.


Philippe Poirrier (dir.), L’histoire culturelle : un « tournant mondial » dans l’historiographie ?,

Ouvrages | 26.02.2009 | Marie Scot

Après sa synthèse de référence sur l’histoire culturelle en France, Philippe Poirrier propose dans L’histoire culturelle : un « tournant mondial » dans l’historiographie ? un panorama international de ce sous-champ particulièrement dynamique de la discipline historique. Cette invitation au voyage relève un double défi : le recueil, composé de douze essais écrits par les principaux spécialistes de l’histoire culturelle en Grande-Bretagne, en France, en Italie, aux États-Unis, en Scandinavie, en Australie, en Suisse, en Belgique, au Canada, en Roumanie, en Espagne et au Brésil, présente en quelques pages les situations historiographiques nationales (émergence et structuration du champ, œuvres et historiens incontournables, tendances actuelles de la recherche, spécificités nationales) tout en mettant l’accent sur les circulations et sur les influences réciproques par-delà les frontières des États-nations


Anne Simonin, Le déshonneur dans la République, une histoire de l’indignité, 1791-1958,

Ouvrages | 23.02.2009 | Odile Rudelle

Avec ce livre immense, érudit autant qu’ambitieux, Anne Simonin propose une histoire de la fraternité à frais nouveaux. Partant du désenchantement né de l’épuration de la Libération, elle réinvente l’histoire politique : histoire du droit et de sa mémoire ; histoire du temps long d’un pays dont la culture n’a jamais respecté la Justice ; histoire de la difficile élaboration – entre Paris et Alger, entre François de Menthon et René Cassin – des deux ordonnances sur l’indignité nationale des 26 août et 26 décembre 1944, mais aussi de leur application dévoyée par des imprévus : rôle du commissaire du gouvernement, qui oriente vers les cours de justice ou les chambres civiques, ici seule étudiées ; de la Cour de cassation qui interprète l’indignité comme trahison extérieure en oubliant l’antisémitisme ; et enfin Assemblée nationale dont les lois ont ajouté tant d’exclusions que les petits commerçants ont été in fine les plus touchés. L’audace du livre est de mettre en miroir une histoire quantifiée – où se reconnaît l’influence du laboratoire de l’université Caen - et l’histoire littéraire chère à l’auteur.


André Gounot, Denis Jallat et Benoît Caritey (dir.), Les Politiques au stade. Étude comparée des manifestations sportives du XIXe au XXe siècle,

Ouvrages | 13.02.2009 | Stéphane Mourlane

© PUR 2007Les rapports entre le sport et la politique, tant au niveau national qu’international, ont donné lieu, depuis plusieurs années, à de nombreux travaux. Les ressorts et la résonance politiques des événements sportifs, en particulier les plus importants d’entre eux, les Jeux olympiques et la Coupe du monde de football, ont particulièrement intéressé les historiens. Si le champ apparaît donc désormais bien balisé, il n’en est pas pour autant totalement défriché. L’attention portée à une plus grande variété de compétitions et de disciplines sportives, dans des contextes et des espaces géopolitiques différenciés, tout autant que les inflexions épistémologiques de l’histoire politique permettent, en effet, d’approfondir ou de creuser de nouveaux sillons.


Pierre Chaine, Mémoires d’un rat, suivis des Commentaires de Ferdinand, ancien rat de tranchées,

Ouvrages | 06.02.2009 | Damien Baldin

© TallandierDans le flot des publications sur la Première Guerre mondiale en cette année commémorative, un témoignage semble avoir retenu l’attention. Son succès n’est pas étonnant : un rat ironique, Ferdinand, raconte à la première personne le quotidien des tranchées en philosophant sur l’absurdité de la guerre. Lecteurs et public s’amusent et s’instruisent tout en acquiesçant en bonne conscience à ce message dénonciateur. Son auteur fait partie de la deuxième catégorie des témoins de Jean Norton Cru : autant dire qu’il est fiable... Cependant, au-delà de l’aspect documentaire du témoignage, Mémoires d’un rat est surtout un matériau inestimable pour une double historiographie : celle qui interroge les rapports complexes entre littérature, fiction et témoignage de guerre et celle qui place au cœur de l’expérience combattante la question de l’animal.


Stéphane Audoin-Rouzeau, Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne (XIXe-XXIe siècles)

Ouvrages | 06.02.2009 | John Horne, Trinity College, Dublin

© Editions du SeuilImagine a historian at the height of his powers writing a DEA dissertation, that excellent French institution by which a potential doctoral student surveys the sources and literature, examines the concepts and thinks through the arguments on which the larger thesis will be based. That is the exercise that Stéphane Audoin-Rouzeau, a leading historian of the Great War, invites the reader to share as he maps his thinking on a new project – an historical anthropology of modern warfare, and more particularly of combat.


Pierre Mélandri, Histoire des Etats-Unis contemporains,

Ouvrages | 06.02.2009 | Florent Bonaventure

© André Versaille éditeurLes Etats-Unis semblaient affaiblis sur la scène internationale, leur image écornée, leur suprématie contestée. Il a pourtant suffi d’une élection, celle de Barack Obama en novembre 2008, pour que mêmes ses contempteurs les plus féroces célèbrent le renouveau et la vivacité du « rêve américain », d’une Amérique possédant le « pouvoir de recommencer le monde », comme l’écrivait déjà Thomas Paine à l’aube de la guerre d’indépendance américaine. Il faut absolument se plonger dans le dernier ouvrage de Pierre Mélandri, professeur à Sciences Po Paris, pour comprendre la force d’attraction des Etats-Unis, et ce mélange d’envie, de crainte et de répulsion qu’ils véhiculent, la fascination devant l’effort de ses dirigeants pour « contraindre l’histoire à se conformer à leurs illusions » (C. Van Woodward).


« 1900-1920 : la conquête de l’air, naissance d’un nouvel imaginaire ? »

Colloques | 05.02.2009 | Bernard Garreau

Organisé par Françoise Lucbert et Stéphane Tison, un colloque intitulé « 1900-1920 : la conquête de l’air, naissance d’un nouvel imaginaire ? » s’est tenu à l’université du Maine les 27 et 28 novembre 2008.

Dans une approche qui s’est voulue internationale et comparatiste, dix-neuf intervenants de six pays différents se sont interrogés sur la façon dont la conquête de l’air a pu susciter une nouvelle façon de penser la société aussi bien que le rôle et la place de l’être humain dans le monde. Le colloque a été conçu autour de trois axes : l’événement que représentent les vols de 1908, la perception nouvelle du réel entraînée par cet événement et l’émergence d’un héros moderne, l’aviateur, qui ont été déclinés dans le cadre de six sessions thématiques.


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670