Histoire@Politique : Politique, culture et société

Comptes rendus
   

« À chacun ses étrangers ? France-Allemagne de 1871 à nos jours »

Expositions | 04.06.2009 | Marie-Bénédicte Vincent

© Actes Sud / CNHI. Droits réservésQuelle actualité pour cette exposition, présentée du 16 décembre 2008 au 19 avril 2009 à la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, en collaboration avec le Deutsches Historisches Museum de Berlin (où elle sera aussi visible en octobre 2009), à l’heure où la France, dotée en 2007 d’un ministère de l’Identité nationale, connaît une controverse sur l’intérêt qu’il y aurait à dresser des statistiques ethniques pour lutter contre les discriminations !


« Le siècle du jazz »

Expositions | 04.06.2009 | Marjolaine Boutet et Elodie Nowinski

Droits réservés« Le jazz constitue avec le cinéma et le rock, l’un des événements artistiques majeurs du XXe siècle… » C’est sur ce constat que s’ouvre l’exposition « Le siècle du jazz : art, cinéma, musique et photographie de Picasso à Basquiat » qui se tient au musée du Quai Branly du 17 mars au 28 juin 2009. Celle-ci a pour ambition de tracer les influences de la musique jazz sur les arts visuels du XXe siècle aux États-Unis et en Europe. Ainsi, sur les 2 000 m2 (le commissaire Daniel Soutif en aurait voulu 4 000…) sont organisés, selon une logique chronologique, affiches, photographies, coupures de presse, livres, extraits cinématographiques et musicaux, toiles et installations. La scénographie tout en courbes de cette exposition multimédia et multi-supports nous propose ainsi un voyage au cœur de la « culture jazz » comprise dans une acception assez large.


Martine Poulain, Livres pillés, lectures surveillées. Les bibliothèques françaises sous l’Occupation,

Ouvrages | 04.06.2009 | Sonia Combe

© NRF Essais - Gallimard. Droits réservésTout aurait-il été dit sur l’Occupation ? Nous parlons ici de connaissance objective, de celle des faits, non d’interprétation, de nouveaux angles d’attaque ou de nouveaux objets. Foisonnante, l’historiographie sur la période peut donner l’impression qu’il ne resterait plus de zones d’ombre. Cette impression se révèle erronée : le livre dont il est ici question remplit une page blanche, celle des bibliothèques françaises entre 1940 et 1944. Non pas tant parce que leur histoire serait plus gênante que celle d’autres institutions, le livre de Martine Poulain, quoique sans concession, n’est pas vraiment accablant. Non, la raison est, d’un certain point de vue, plus grave encore : par désintérêt des bibliothécaires pour leur passé. Ou, pour dire les choses de façon moins abrupte, en raison de leur manque de disponibilité et/ou de disposition pour la recherche.


Ludivine Bantigny et Ivan Jablonka (dir.), Jeunesse oblige. Histoire des jeunes en France XIX e -XXe siècles ,

Ouvrages | 04.06.2009 | Laurent Besse

© PUF. Droits réservésTiré d’un séminaire tenu au Centre d’histoire de Sciences Po depuis 2005, ce livre réunit dix-neuf communications qui font le point sur un domaine neuf : l’histoire des jeunes. Entre synthèse et bilan d’étape, il permet de mesurer le chemin parcouru depuis les synthèses parues il y a trente ans sous la plume de Maurice Crubellier et Antoine Prost, mais également de percevoir les inflexions de l’historiographie. Par rapport à l’Histoire des jeunes en Occident parue à la fin des années 1990, ce recueil est plus modeste dans son ampleur mais plus ambitieux sur le fond. Le livre de Giovanni Levi et Jean-Claude Schmidt embrassait de l’Antiquité jusqu’à nos jours, mais ne comportait pas de dimension historiographique, à la différence de Jeunesse oblige.


Laurent Dubreuil, L’empire du langage. Colonies et Francophonie,

Ouvrages | 04.06.2009 | François Chaubet

© Hermann Editeurs. Droits réservésDans l’abondante historiographie consacrée à la colonisation depuis une vingtaine d’années, cet abrasif essai historique venu d’outre-Atlantique (l’auteur enseigne les littératures françaises et francophones à Cornell) pourra surprendre le lecteur français en général, et l’historien en particulier, à divers titres. L’approche méthodologique en termes de linguistic turn (ici saisir les nervures langagières de la domination coloniale et du post-colonial) délaisse ainsi aussi bien les récentes enquêtes sur les représentations (du type « l’imaginaire colonial » par exemple chez Pascal Blanchard et son équipe) ou, plus classiquement, les études dédiées aux politiques et à leurs pratiques (examen de la diffusion du français et de l’enseignement français dans les colonies pour le sujet ici choisi).


Il Divo, de Paolo Sorrentino

Films | 03.06.2009 | Alessandro Giacone

© DR« Quand Giulio Andreotti mourra, on extraira une boîte noire de sa bosse et l’on connaîtra enfin la vérité sur les mystères d’Italie. » Par cette boutade, le comique Beppe Grillo a bien décrit le halo de secret qui entoure celui qui, par référence à César, a été surnommé le « Divo Giulio ». Dans le bien et dans le mal, Giulio Andreotti incarne l’histoire de la République italienne. Né en 1919, il siège au Parlement italien sans discontinuité depuis 1946, ce qui représente sans aucun doute un record mondial de longévité politique. Sa longue carrière gouvernementale commence en 1947, lorsqu’Alcide De Gasperi le nomme sous-secrétaire à la présidence du Conseil. Dans les décennies suivantes, Giulio Andreotti est vingt-cinq fois ministre et Premier ministre à sept reprises (la première fois en 1972, la dernière entre 1991 et 1992).


Les Coloniaux et Folies coloniales – Algérie, années 1930. Discours et récits de la colonisation

Théâtre | 03.06.2009 | Emmanuelle Sibeud

© DRLa colonisation est redevenue un enjeu mémoriel convoité et disputé. La polémique soulevée en 2005 par le projet d’introduire dans les programmes scolaires une relecture positive de la colonisation, a montré l’ampleur de « la controverse autour du ‘fait colonial’ ». Elle a également révélé certaines de ses impasses. Deux pièces de théâtre récentes invitent à revenir sur cette controverse et sur ses usages, en réfléchissant aux discours et aux récits qui tissent la trame de l’histoire de la colonisation.

© DR


François Roth, Robert Schuman. Du Lorrain des frontières au père de l’Europe,

Ouvrages | 29.04.2009 | Marion Gaillard

© Fayard, DRSpécialiste des relations franco-allemandes et de la construction européenne, François Roth se penche ici sur la vie de celui qui fut l’artisan de la réconciliation entre la France et l’Allemagne et le père de la construction européenne, Robert Schuman. Ministre des Affaires étrangères entre 1948 et 1953, on lui doit en effet la naissance de la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA) en 1952, qui fait suite à sa fameuse déclaration du 9 mai 1950. Initiateur du projet communautaire, Robert Schuman est pourtant peu connu des Français et François Roth nous propose dans cet ouvrage de faire plus ample connaissance avec cet homme discret, qui a pourtant marqué son temps et laissé pour l’avenir un héritage essentiel, celui d’une Europe pacifiée.


Katyn, par Andrezej Wajda. Fallait-il prononcer le mot « juif » dans le dernier film de Wajda ?

Films | 29.04.2009 | Martine Floch

© Kinovista, DRFallait-il prononcer le mot « juif » dans le film qu’Andrezej Wajda a consacré au massacre de 27 500 Polonais, dont 4 400 assassinés dans la forêt de Katyn, par les services spéciaux du NKVD en avril 1940, au moment où la Pologne était envahie à la fois par l’URSS et l’Allemagne nazie ? Andrezej Wajda a dédié son film à son père Jakub Wajda, capitaine du 72e régiment, exécuté à Katyn. Il avait alors treize ans. Aucun cinéaste n’avait encore osé adapter à l’écran ce sujet longtemps tabou et sur lequel un silence complet s’était installé.


Une traversée photographique du XXe siècle

Expositions | 29.04.2009 | Michel Dreyfus

© Créaphis, DRL’exposition « Une traversée photographique du XXe siècle », présentée à l’hôtel national des Invalides, à Paris, du 21 octobre au 20 décembre 2008, dans le cadre du Mois de la photo qui s’est tenu dans la capitale en novembre 2008, repose, comme son catalogue [1] , sur les très riches collections photographiques du Musée d’histoire contemporaine/BDIC. Composées de plus d’un million de tirages sous forme de contacts, de plaques de verres et de négatifs souples, ces collections retracent l’histoire de la photographie et de son évolution. On y trouve reportages, portraits, photographies d’amateurs et de propagande qui couvrent l’ensemble du XXe siècle.


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670