Histoire@Politique : Politique, culture et société

Comptes rendus
   

Anne Martin-Fugier, Les Salons de la IIIe République. Art, littérature, politique

Ouvrages | 16.03.2010 | Philip Nord

© PerrinAnne Martin-Fugier is an accomplished chronicler of la vie élégante in nineteenth-century France, and she has returned once again to the subject, this time through a sparkling portrayal of the salons of the Third Republic. The book itself is written with care, encyclopedic in detail and effervescent in style. The salonnières of the Third Republic understood themselves as conserving a form of aristocratic sociability which had known its heyday in old-regime days. Martin-Fugier’s book is in its own way an act of conservation, an effort to keep alive the memory of an institution at one time ascendant but now fallen on hard times. What then was so special about the Third Republic salon, and why over time did the institution lose its erstwhile preeminence?


François Audigier et Frédéric Schwindt (dir.), Gaullisme et gaullistes dans la France de l'Est sous la IVe République

Ouvrages | 16.03.2010 | Sabrina Tricaud

© Presses universitaires de RennesAprès le colloque organisé à Bordeaux en 1997 sur De Gaulle et le RPF, et celui de 1999 consacré au « Gaullisme et gaullistes dans l’ouest parisien de la Libération à la fin des années 1950 », viennent de paraître aux Presses universitaires de Rennes les actes d’un colloque qui s’est tenu à Nancy en mai 2007 sur le gaullisme et les gaullistes dans la France de l’Est sous la IVe République. Les quelque quatre cent pages publiées rassemblent les communications de tous les spécialistes français de l’histoire du gaullisme, toutes générations confondues, jeunes chercheurs et historiens émérites, sur le sujet. Comme l’écrivent en introduction les codirecteurs de ce colloque, François Audigier et Frédéric Schwindt, il s’agit de « comprendre comment un homme (de Gaulle) et un courant politique (le gaullisme) ont pu s’ancrer pratiquement et symboliquement dans un espace (le grand Est) à un moment donné (l’après-guerre) ».


Misha Aster, Sous la baguette du Reich. Le Philharmonique de Berlin et le national-socialisme

Ouvrages | 16.03.2010 | Berna Günen

© Editions Héloïse d'OrmessonIl a fallu attendre soixante-deux ans pour que les fonds de l’Orchestre philharmonique de Berlin concernant la période entre 1933-1945 soient enfin ouverts aux historiens. Misha Aster, un très jeune historien et musicologue canadien, a relevé le redoutable défi posé par ces nouvelles archives en publiant, il y a deux ans, un ouvrage particulièrement méticuleux intitulé Das Reichsorchester. Une traduction de cet ouvrage vient de paraître aux Éditions Héloïse d’Ormesson.


Interview de Christian Carion, réalisateur de L'Affaire Farewell

Video | 19.02.2010 | Gabrielle Costa de Beauregard

Crédit photo : Jean-Claude LotherPour poursuivre la projection et le débat que le Centre d’histoire de Sciences Po a organisés avec le soutien de Pathé Gaumont, nous avons souhaité réaliser cette interview que nous publions dans Histoire@Politique. Il nous a semblé, en effet, intéressant d’approfondir le débat qui peut exister entre la réalité historique et la fiction qui s’en éloigne et d’explorer plus en avant le point de vue du cinéaste passionné que vous êtes, celui du réalisateur libre de filmer une histoire, une fiction et qui choisit pourtant, délibérément, de s’inscrire dans le champs de l’histoire. Il me semble que ce débat est au cœur des rapports entre cinéma et histoire.


Adieu Farewell ? Histoire et histoires autour d'un épisode de la guerre froide. Note critique*

Films | 19.02.2010 | Sébastien Laurent

© Nord_Ouest, Le bureau, PathéPour l’opinion, il y a eu d’abord les photos parues dans la presse écrite prises le 5 avril 1983 à travers les grilles de l’ambassade d’URSS à Paris. 47 diplomates soviétiques et leurs familles montaient dans des bus à destination de l’aéroport de Roissy, effet d’une mesure d’expulsion prise par le gouvernement français. À l’époque, il fut dit qu’il s’agissait d’une mesure exceptionnelle due à des activités d’espionnage sur le territoire français. Jamais la France n’avait, jusque-là, expulsé plus d’un à deux diplomates soviétiques. Seul le Royaume-Uni avait, en 1971, expulsé plus de 100 Soviétiques. Aucune information supplémentaire ne fut portée à la connaissance du public français avant 1985. On interpréta alors ce geste mitterrandien comme un gage de fermeté donné aux alliés de l’OTAN (l’Organisation du traité de l’Atlantique nord) et, particulièrement, aux États-Unis à l’heure où des ministres communistes figuraient au Gouvernement. Chose curieuse pourtant, qui ne fut pas relevée à l’époque, aucun diplomate français ne fut contraint, en rétorsion, de quitter Moscou.


Guillaume Piketty (édition établie et présentée par), Winston Churchill, Discours de guerre

Ouvrages | 19.02.2010 | Audrey Bonnéry-Vedel

© Tallandier« …Un éloge de la lucidité, du courage et de l’honneur contre la cécité, la bassesse et la trahison… Les louanges de la démocratie par opposition à l’obscurantisme et à l’abjection totalitaires. » (Guillaume Piketty, « Introduction : Les mots de la liberté »).


Joël Andriantsimbazovina, Hélène Gaudin, Jean-Pierre Marguénaud, Stéphane Rials, Frédéric Sudre (dir.), Dictionnaire des Droits de l'homme

Ouvrages | 19.02.2010 | Emmanuel Naquet

© PUFL’actualité des Droits de l’homme est restée forte en 2008 avec, au-delà de la commémoration voire de la célébration du 60e anniversaire de la Déclaration universelle, la perpétuation toujours recommencée des atteintes de tous types, au Tibet comme en Birmanie, mais aussi aux États-Unis ou en France, et donc la continuation sans cesse renouvelée des combats pour des droits, sur le papier, naturels, sacrés, inaliénables.


Olivier Dard et Daniel Leufeuvre (dir.), L'Europe face à son passé colonial

Ouvrages | 19.02.2010 | Amaury Lorin

© Riveneuve EditionsUn projet de loi visant à criminaliser le colonialisme français en Algérie (1830-1962) vient d’être déposé auprès de la chambre basse du Parlement algérien. En vertu de celle-ci, les responsables de crimes coloniaux définis au regard du droit international pourraient désormais être justiciables non seulement sur le sol algérien mais aussi devant des tribunaux internationaux. Signé par 125 députés algériens issus de l’Alliance présidentielle et constitué d’une vingtaine d’articles, le texte insiste sur la nécessité d’exiger de la France la présentation d’excuses officielles à l’Algérie et l’indemnisation des victimes de 132 années de colonisation. Aux historiens français qui, avant le « moment 2005», tenaient encore l’histoire coloniale pour dépourvue d’avenir, l’ouvrage L’Europe face à son passé colonial récemment dirigé par Olivier Dard et Daniel Lefeuvre dans la collection « Actes académiques » des éditions Riveneuve  apporte – s’il en était besoin – une preuve supplémentaire de la vitalité scientifique de ce champ d’études stratégique, nourrie par l’acuité d’une mémoire qui est loin d’être apaisée.


Rachel P. Maines, Technologies de l'orgasme. Le vibromasseur, l'« hystérie » et la satisfaction sexuelle des femmes

Ouvrages | 20.01.2010 | Fabienne Giuliani

© PayotAprès avoir surmonté de nombreux obstacles, au premier rang desquels la suppression de son poste d’enseignante à l’université ou la critique par certains historiens de la validité scientifique de ses recherches, Rachel P. Maines et son histoire des vibromasseurs parviennent enfin en France, dix ans après la parution de l’étude originale aux États-Unis. Pourtant à la lisière de plusieurs domaines de recherche majeurs qui croisent l’histoire de la médecine, des techniques et de la sexualité, cet ouvrage montre combien il est encore difficile, aujourd’hui, pour l’historien qui décide de s’attaquer à l’histoire de la mécanisation de l’orgasme féminin, d’être pris au sérieux par la communauté scientifique. On ne saurait donc, de prime abord, manquer de saluer Rachel P. Maines pour la persévérance dont elle fait preuve pour mener à son terme une étude qui, loin d’être marginale, représente au contraire un apport majeur dans le domaine des sciences sociales.


« Berlin : l'effacement des traces, 1989-2009 »

Expositions | 20.01.2010 | Martine Floch

Il y a plusieurs manières de parcourir une exposition. La première consiste à suivre rapidement le parcours balisé. Elle obéit à une curiosité qu’il s’agit de satisfaire au plus vite, ainsi qu’à l’exigence d’avoir un Überblick, une vue d’ensemble et une impression immédiate. La seconde, consécutive à la première, ramène les pas au début de l’itinéraire dont il s’agit de comprendre l’enchaînement et de s’absorber dans chacun des différents parcours qui le constituent.


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670