Histoire@Politique : Politique, culture et société

Comptes rendus
   

Claire Blandin (dir.), Le Figaro. Histoire d’un journal,

Ouvrages | 10.06.2011 | Géraldine Poels

© Nouveau monde éditions, 2010Claire Blandin complète ses travaux sur Le Figaro et Le Figaro littéraire par la publication des actes du colloque qu’elle a dirigé à Sciences Po en 2006. L'étude du journal s'enrichit ainsi de la multiplication des éclairages, en fonction des spécialités et des sensibilités de chercheurs, jeunes ou confirmés. Il faut souligner la complémentarité des approches : si les monographies classiques sont évidemment indispensables, elles restent tributaires d'une perspective choisie par l'auteur, d'une problématique qui leur donne une cohérence. Les ouvrages collectifs, affranchis de cette contrainte, sont à l'inverse l'occasion de multiplier les angles d'analyse. Celui-ci offre un florilège d’études de cas, présentées de manière chronologique, qui éclairent l’histoire du Figaro de sa naissance à 1975.


Geoffroy d’Astier de la Vigerie, Emmanuel d’Astier de la Vigerie. Combattant de la Résistance et de la Liberté, 1940-1944,

Ouvrages | 10.06.2011 | Virginie Sansico

© Editions France-Empire Monde, 2010Publié aux éditions France-Empire, fondées en 1945 et spécialisées notamment dans les récits de guerre, cet ouvrage consacré à Emmanuel d’Astier de la Vigerie appartient à une catégorie éditoriale qui tend à se développer à mesure que disparaissent les acteurs de la Deuxième Guerre mondiale : celle des récits ou biographies rédigés par des descendants de ces acteurs, que ceux-ci se déclarent insatisfaits de l’historiographie existante – Geoffroy d’Astier mentionne par exemple qu’il avait « à cœur de rectifier nombre d’erreurs relevées ça et là dans les écrits consacrés à [sa] famille » – ou qu’ils s’estiment en mesure d’enrichir la connaissance historique d’éléments nouveaux ou méconnus des historiens. Fils de Jean-Annet et petit-fils de François d’Astier de la Vigerie, tous deux résistants, Geoffroy d’Astier a choisi de consacrer cet ouvrage à son grand-oncle Emmanuel, figure phare de la Résistance intérieure française dont il ne cache pas la fascination que celui-ci exerce sur lui depuis son enfance, évoquant ainsi dans son avant-propos « le Résistant » qu’il fut avec une majuscule très éloquente.


Dominique-Marie Dauzet et Frédéric Le Moigne (dir.), Dictionnaire des évêques de France au XXe siècle,

Ouvrages | 28.04.2011 | Benoît Pellistrandi

© Cerf, 2010Six cent quatre-vingt-quinze notices, plus de cent rédacteurs : ces deux chiffres servent à donner une première mesure de l’ouvrage que les éditions du Cerf ont eu le courage de publier. L’entreprise scientifique et éditoriale consistant à proposer un instrument de travail exhaustif dans lequel trouver des notices sur les évêques en charge dans les diocèses français de 1905 à nos jours relevait en effet du pari. L’heure des grandes entreprises collectives semble un peu passée, sans doute à cause de la frilosité – compréhensible par ailleurs au regard des contraintes économiques qui pèsent sur le monde de l’édition – des éditeurs. Le Cerf, dont l’action de soutien à l’histoire religieuse mérite d’être saluée, s’honore ici d’être une fois encore à la manœuvre pour permettre à un beau et grand livre d’exister. Mettant ses pas dans les acquis des importants travaux collectifs pensés par Yves-Marie Hilaire et Jean-Marie Mayeur, s’inscrivant dans une historiographie dynamique, ce dictionnaire apporte un éclairage nécessaire sur le gouvernement de l’Église de France et en France. De plus, les évêques faisant partie des élites sociales, nous avons là un nouvel outil pour explorer les élites françaises du siècle écoulé.


Karl-Heinz Schoeps, Literature and Film in the Third Reich, Rochester (NY),

Ouvrages | 28.04.2011 | Berna Günen

© Camden House, 2010«Most of the literature presented in this volume strikes today’s reader as a fossil from times past but it is part and parcel of German cultural and literary history. Knowledge of this literature and the circumstances in which it was written should also be understood as a step towards overcoming the past and can thus be a shield against repeating it. Wolfgang Wippermann’s remark about the study of history applies at least to the same extent to the study of literature and the history of literature: ‘Hitler has been dead for over forty years, but the history and ideology associated with his name are by no means past history that has been ‘overcome’» (p. 290).

The last paragraph of Karl-Heinz Schoeps’ book, Literature and Film in the Third Reich, thus sums up the aim of the whole study. Despite the somehow moralistic resonance of the closing remarks, Schoeps’ book is not only well-researched but it is also surprisingly readable, the latter quality being a rarity in academic world.

 


Adagio [Mitterrand, le secret et la mort],

Théâtre | 08.04.2011 | Gabrielle Costa de Beauregard et Emmanuel Naquet

Dire du théâtre d’Olivier Py qu’il renouvelle la mise en scène relève peut-être de la banalité. Et pourtant, il faut rappeler l’intérêt manifeste du monde du théâtre pour sa mise en scène de La Servante en 1995, au Festival d’Avignon. Cette représentation, par sa durée (24 heures) et sa forme, s’affranchissait déjà d’une inscription moderne dans le temps et dans l’espace. Plus précisément, la scène n’était pas le seul lieu où se déroulait la pièce, « le plateau du théâtre, ce n’est pas nulle part, mais n’importe où » et au-dessus de la scène, un métatexte précisait que « cela ne finira jamais ».


Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Georges Boris, trente ans d'influence,

Ouvrages | 07.04.2011 | Jean-François Muracciole

© GallimardÀ un officier qui s’offusquait de l’arrivée de Georges Boris, « un juif, un apôtre du Front populaire et […] chef de cabinet de Léon Blum », le général de Gaulle avait répondu très fermement : « Eh bien, M. Georges Boris est peut-être juif, partisan de M. Léon Blum et bien d’autres choses encore ; moi je ne vois qu’une seule chose, c’est que c’est un Français qui s’est engagé pour combattre à cinquante-deux ans, qui a fait la campagne de Flandres et qui veut se joindre à nous pour continuer à lutter pour la France. Cela me suffit. Je ne connais pas de différence de race et d’opinion politique entre nous ; je ne connais que deux catégories de Français : ceux qui font leur devoir et ceux qui ne le font pas. M. Georges Boris fait son devoir. Il a sa place ici. C’est la dernière fois que je veux entendre des remarques de ce genre. »


Saul Friedländer, Kurt Gerstein, L’ambiguïté du bien,

Ouvrages | 07.04.2011 | Sarah Gensburger

© nouveau monde éditionsCet ouvrage est une réédition d’un livre publié pour la première fois en 1967. Le sous-titre L’ambiguïté du bien fait alors écho à l’expression de « banalité du mal » inspirée à Hannah Arendt par la tenue du procès Eichmann, quatre ans plus tôt. Le procès a suscité nombre d’interrogations sur les marges d’action et de résistance des Allemands comme de celles et ceux qui ont assisté au génocide des Juifs – des voisins polonais du camp d’Auschwitz aux chefs d’État alliés. Dès 1964, et parce qu’elle touche à l’ensemble de ces sphères, la vie de Kurt Gerstein inspire une pièce de théâtre, Le Vicaire de Rolf Hochhuth avant, donc, de nourrir la réflexion de Saul Friedländer, aujourd’hui l’un des principaux historiens de la « Solution finale ».


Frédérique Neau-Dufour, Yvonne de Gaulle ,

Ouvrages | 07.04.2011 | Armelle Le Bras-Chopard

© FayardComme le rappelle Frédérique Neau-Dufour dès la première ligne de la biographie qu’elle consacre à l’épouse du général de Gaulle, « dans les mémoires, Yvonne de Gaulle est demeurée un personnage falot ». L’image qui vient spontanément à l’esprit est celle de la femme du président de la République, en retrait de son grand homme de mari. Une image tronquée et simplifiée qui, malgré l’effacement et la discrétion volontaire de l’intéressée, ne rend pas compte de cette personnalité peu prolixe, difficile à percer, mais qui n’en est pas moins plus complexe et plus riche que sa caricature. Frédérique Neau-Dufour, visiblement en empathie avec son sujet sans tomber dans l’hagiographie, lui rend justice.


Françoise S. Ouzan et Dan Michman (dir.), De la mémoire de la Shoah dans le monde juif,

Ouvrages | 06.04.2011 | Sarah Gensburger

© CNRS Editions Au cours de ces vingt dernières années, les sciences sociales ont connu un véritable « boom mémoriel ». Les travaux empiriques comme les approches théoriques se sont multipliés. En 2005, en France, le vote de l’article 4 de la loi du 23 février sur le « rôle positif de la colonisation », comme la controverse sur les « lois mémorielles » qui s’est ensuivie, ont cependant mis en évidence l’existence d’un paradigme analytique dominant. L’inflation des commémorations publiques comme des textes législatifs dédiés résulterait de la mobilisation active de groupes sociaux, constitués en groupes d’intérêt. À cet égard, publié en 1997, le livre de Jean-Michel Chaumont sur la « concurrence des victimes » semble avoir initié une grille de lecture qui s’est peu à peu imposée. Il entendait mettre en évidence le rôle joué par « les juifs » dans la mise en avant de la « mémoire de l’Holocauste » comme référence mémorielle absolue.


« La République sort ses griffes. Origine et modernité des valeurs républicaines »

Colloques | 05.04.2011 | Laurent Heyberger, Isabelle Lespinet-Morel, Emmanuel Naquet, Marie-Antoinette Vacelet

Ce colloque, organisé par la Ville de Belfort et le laboratoire RECITS de l’Université de Technologie de Belfort-Montbéliard, s’est tenu les 12 et 13 novembre 2010, non seulement pour célébrer le 130e anniversaire du Lion de Bartholdi, mais encore pour faire écho au « débat » sur « l’identité nationale » initié par le gouvernement actuel, pour se pencher sur « l’identité républicaine » à travers les moments, les modèles, les symboles, les valeurs, avec leurs schèmes et leurs thèmes, et, profondeur oblige, leur résonance depuis plus de deux siècles. Disons-le d’emblée : cette rencontre, fort réussie, a été marquée par la richesse et la diversité des contributions qui paraîtront cette année chez Armand Colin.


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670