Histoire@Politique : Politique, culture et société

Comptes rendus
   

Angéline Escafré-Dublet, Culture et immigration. De la question sociale à l’enjeu politique, 1958-2007

Ouvrages | 30.09.2016 | Philippe Rygiel

Angéline Escafré-Dublet, Culture et immigration. De la question sociale à l’enjeu politique, 1958-2007, Rennes, PUR, 2014, 259 p.Tiré d’une thèse, cet ouvrage étudie la dimension culturelle des politiques publiques françaises en matière d’immigration, ce qu’il faut entendre de plusieurs manières. Il s’agit d’une part de retracer les modes d’intervention du ministère de la Culture en ce domaine, d’autre part de s’interroger sur la dimension culturelle des politiques menées par d’autres acteurs, en particulier les opérateurs des politiques d’aide sociale aux migrants, au premier rang desquels se trouvent le FAS (Fonds d’action sociale pour les travailleurs immigrés et leurs familles) et ses diverses émanations, – le Fasild (Fonds d’action et de soutien à l’intégration et à la lutte contre les discriminations), puis l’Acsé (Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances). Deux considérations justifient une telle entreprise. La dimension culturelle est souvent absente d’une historiographie de l’immigration née des développements de l’histoire sociale. La culture – le terme étant susceptible d’acceptions fort diverses, ce qu’énonce clairement l’auteure – constitue, selon elle, un prisme qui permet de relire sous un angle nouveau cinquante années de politiques publiques d’immigration.


Viviana Agostini-Ouafi, Éric Leroy du Cardonnoy et Caroline Bérenger (dir.), Récits de guerre France- Italie. Débarquement en Normandie et Ligne Gothique en Toscane,

Ouvrages | 22.09.2016 | Géraud Letang

Indigo et Côté Femmes éditions, 2015Durant l’été 1944, plusieurs lignes de front apparaissent en Europe entre les forces alliées qui ont débarqué sur le continent et les armées nazies qui sont contraintes de se replier vers le Reich. En Normandie, les soldats des États-Unis et du monde britannique progressent avec difficulté parmi les haies du bocage devenues des lieux d’affrontements longs et meurtriers et libèrent des villes que leurs aviations respectives ont bombardées et parfois détruites. Pendant ce temps en Toscane, les troupes allemandes, venues du sud de la péninsule italienne et harcelées par les partisans antifascistes, se regroupent derrière la « Ligne Gothique », série d’ouvrages fortifiés élevés par le Reich dans les Apennins pour couper la route de l’Italie du Nord aux Alliés. En Toscane comme en Normandie, deux fronts apparaissent : d’un côté de la ligne des combats, des armées alliées qui cherchent à percer rapidement, épaulées par les actions des mouvements de résistance ; de l’autre, des troupes nazies qui se retirent en laissant dans leur sillage une longue suite de massacres et d’exactions contre les civils de ces régions.


Jean-François Eck, Pierre Tilly et Béatrice Touchelay (dir.), Espaces portuaires. L’Europe du Nord à l’interface des économies et des cultures 19e-20e siècles,

Ouvrages | 21.09.2016 | Marine Fiedler

Presses universitaires du SeptentrionLa fluidité et la continuité au-delà des frontières politiques sont des questionnements animant constamment l’espace européen. De par leur nature et leur rôle dans le développement économique et social de cette région, les espaces portuaires furent et restent au cœur de cet enjeu d’intégration européenne. Dans ce contexte, l’ouvrage collectif Espaces portuaires dirigé par Jean-François Eck, Pierre Tilly et Béatrice Touchelay interroge les relations entre les ports, les fleuves et les hinterlands de la Rangée Nord, c’est-à-dire l’ensemble des espaces portuaires s’étendant du Havre à Hambourg, sur une période couvrant le XIXe et le XXe siècles. Issu des réflexions du projet VILPORT soutenu par la Commission européenne, cet ouvrage adopte une perspective européenne et comparatiste, voire transnationale. Comme le souligne ce projet, les espaces portuaires ne peuvent en effet pas être compris dans les limites rigides de l’État-nation par leur nature même d’ouverture vers l’extérieur. Pour ces raisons, l’ensemble des auteurs aborde une démarche réflexive sur les catégories employées (port libre, hinterland et frontière), qui en démontre la souplesse, la malléabilité et surtout l’hétérogénéité en fonction des contextes. Les hinterlands, souvent négligés par la recherche, sont particulièrement mis à l’honneur dans ces travaux d’histoire contemporaine s’intégrant dans un renouvellement également engagé par l’histoire moderne[1].


Paul Bijl, Emerging Memory. Photographs of Colonial Atrocity in Dutch Cultural Remembrance,

Ouvrages | 20.09.2016 | Lancelot Arzel

Amsterdam University Press, 2015Dans le tumulte du scandale provoqué par l’exploitation coloniale du Congo au début du XXe siècle, Mark Twain, dans son célèbre pamphlet Le Soliloque du Roi Léopold II (1905), fait dire au Roi-Souverain des Belges à propos des photographies de Congolais aux mains mutilées : « Le Kodak aura été une terrible calamité pour nous. En vérité, le plus puissant ennemi que nous ayons eu à affronter ! » Ce roi imaginaire, catastrophé par la campagne anticongolaise qui le touche, lui et sa colonie, d’ajouter : « (…) que surgisse ce Kodak, ce ridicule petit Kodak, que même un enfant peut emporter dans sa poche, ce témoin qui n’a même pas besoin de prononcer un seul mot pour agir, et les voilà tous, autant qu’ils sont, subitement le bec cloué ! » L’ouvrage du jeune chercheur néerlandais, Paul Bijl, cherche ainsi à mettre en lumière ce rôle de plus en plus central de la photographie d’atrocités coloniales dans l’administration des territoires d’outre-mer, en prenant pour cas d’étude, des clichés pris lors de la guerre d’Aceh, dans les Indes néerlandaises, au début du XXe siècle.


Robert Frank, Éric Roussel, Jean-Noël Jeanneney (dir.), Simon Nora. Moderniser la France,

Ouvrages | 19.09.2016 | Alain Chatriot

Éditions du CNRS, 2016Simon Nora (1921-2006) est un haut fonctionnaire dont la trajectoire pendant plus de cinquante ans accompagne l’histoire de la France contemporaine. Résistant à 20 ans, membre de la première promotion de l’ENA, inspecteur des finances, il est le collaborateur de Pierre Mendès France puis de Jacques Chaban-Delmas. Haut fonctionnaire européen, il est pendant quelques années le directeur de l’ENA ; homme de presse et d’entreprises, son nom reste aussi associé à de nombreux rapports publics dont certains ont fait date. Après son décès, deux manifestations lui ont rendu hommage (à la Bibliothèque nationale de France en 2006 et à l’Institut d’études politiques en 2013). Les différentes interventions en sont reprises pour former un volume au contenu disparate – tant dans le format que dans la densité des contributions, sans parler des répétitions nombreuses d’un texte à l’autre – mais qui a le grand mérite d’éclairer différents aspects de l’action de Simon Nora. Il faut signaler que sont proposés en annexes quelques textes dont le très intéressant entretien de Simon Nora avec Marcel Gauchet publié sous le titre « Servir l’État » dans Le Débat en 1986.


« Internationales graphiques. Collections d’affiches politiques, 1970-1990 »

Expositions | 19.09.2016 | Emmanuel Naquet

« Internationales graphiques. Collections d’affiches politiques, 1970-1990 », Bibliothèque de documentation internationale contemporaine – Hôtel national des Invalides 17 février-29 mai 2016« Internationales graphiques ». Ou les combats en images. Tel aurait pu être le sous-titre de l’exposition tenue à la BDIC (Bibliothèque de documentation internationale contemporaine). En effet, cet authentique observatoire et atelier de l’Histoire – un fond de 150 000 affiches… – qu’est la BDIC présente, en partenariat avec l’International Institute of Social History (IISH) d’Amsterdam, dans ses murs du Musée d’histoire contemporaine aux Invalides, du 17 février au 29 mai 2016, des regards d’artistes engagés à travers un choix de 170 affiches. Après les sixties et leur profusion iconographique, il s’est agi d’aller plus loin, vers les décennies 1970-1990, jusqu’alors beaucoup moins approchées. Celles-ci, on le sait, ont été marquées par une accélération de l’histoire avec une démultiplication et une mondialisation des combats pour l’égalité, la paix, la dignité, le progrès, les libertés, et plus largement les droits de l’homme. Nombre d’entre elles se sont inscrites dans les mémoires collectives et individuelles, par des images fixes ou animées souvent connues, parfois oubliées après avoir été effacées des murs, ou simplement floutées par le filtre du temps.


Kevin McDermott, Communist Czechoslovakia, 1945-1989. A Political and Social History,

Ouvrages | 19.09.2016 | Michel Christian

Palgrave Macmillan, New York et Londres, 2015Plus d’un quart de siècle après la chute du régime communiste, il n’existait aucun ouvrage de synthèse sur l’histoire de la Tchécoslovaquie entre 1945 et 1989. C’est ce manque criant que vient admirablement combler l’ouvrage de l’historien britannique Kevin McDermott. Plus qu’une synthèse, ce dernier propose surtout une approche critique de l’historiographie traditionnelle qui, en se focalisant sur les processus politiques et leurs principaux acteurs, favorise une conception manichéenne de l’histoire de la période réduisant les régimes communistes à leur dimension répressive. Tout en rendant justice à ses apports, Kevin McDermott souligne en même temps les limites de cette historiographie et propose à cette fin un bilan de la recherche en histoire sociale telle qu’elle s’est peu à peu développée depuis 1989. Ce travail se limite certes aux historiographies anglophone et tchécophone, laissant ainsi de côté toute l’historiographie germanophone pourtant essentielle. Son ouvrage n’en apporte pas moins de la visibilité et de la cohérence aux travaux de toute une génération de jeunes chercheurs et chercheuses, dans des pays où la vision officielle du communisme reste encore dominée par une approche totalitaire simpliste. Il encourage ainsi à relire l’histoire de ces régimes en les considérant comme des phénomènes sociaux et en cherchant ailleurs que dans la pure contrainte les raisons de leur étonnante capacité à durer.

Enregistrer


« Les souverainetés indigènes. Royautés, principautés, républiques et empires autochtones dans les mondes atlantiques (Amériques et Afrique, XVe-XIXe siècle) »

Colloques | 25.07.2016 | Matías Sánchez Barberán et Nicolas Terrien

Le colloque international « Les souverainetés indigènes. Royautés, principautés, républiques et empires autochtones dans les mondes atlantiques (Amériques et Afrique, XVe-XIXe siècle » a suivi une ligne privilégiant les grands ensembles historiques. Par la mise en relation de mondes divers, en croisant les conceptions juridiques et les expériences concrètes en Amérique et en Afrique, ces journées ont permis d’interroger les manières de concevoir et de reconnaître les formes de pouvoir indigènes à l’intérieur et aux marges des empires, au-delà des traditionnelles frontières européennes. « Emboîtées », « diffuses », les adjectifs employés pour  délimiter ces souverainetés ont bien rendu compte de leur caractère dynamique et parfois difficilement saisissable. Les intervenants se sont accordés sur la créativité des différents acteurs locaux pour définir et encadrer les nouvelles pratiques issues de la rencontre entre Américains, Africains et Européens.


Charles-Louis Foulon, François Mitterrand. Un siècle de passions,

Ouvrages | 25.07.2016 | Janine Mossuz-Lavau

Editions Ouest France, 2015« Quand j’étais étudiant à Paris, je rêvais d’aventures. Je ne pensais pas à la politique mais je me voyais en homme de pouvoir. » C’est par ces mots que s’ouvre le livre de Charles-Louis Foulon, sous-titré Un siècle de passions. Mots tirés, comme tous ceux qui s’inscrivent au début de chaque chapitre, d’une lettre de François Mitterrand à sa cousine, Marie-Claire Sarrazin, datée du 1er novembre 1943. Mots qui donnent le « la » d’un ouvrage méticuleusement composé, à partir de la bibliographie existante sur le sujet et du dépouillement de la presse depuis 1965. Charles-Louis Foulon a également recueilli des témoignages, dont une longue conversation téléphonique avec Anne Pingeot qui ne l’a pas reçu car elle estimait en avoir déjà trop dit. La plupart des chapitres sont assortis d’au moins quarante à cinquante notes, et agrémentés à chaque page d’une ou deux (voire trois) photos bien légendées, recueillies dans les banques d’images, dans le fonds photographique de l’AFP ou auprès de particuliers. L’auteur s’est attaché à toutes les facettes de la vie et de l’œuvre de l’ancien président de la République car les passions de ce dernier ne furent pas que politiques. Elles furent culturelles, affectives, environnementales (les arbres de Latche, le fleuve d’Égypte, etc.). Charles-Louis Foulon vient à bout de cette gageure en suivant un fil chronologique (du chapitre I « De Jarnac à Paris », au chapitre VIII « La route de la postérité »), complété par une bibliographie et une filmographie. Et surtout par ces légendes souvent copieuses figurant sous les nombreuses photos.


Danièle Fraboulet, Michel Margairaz et Pierre Vernus (dir.), Réguler l’économie. L’apport des organisations patronales. Europe, XIXe-XXe siècles,

Ouvrages | 25.07.2016 | Marie-Emmanuelle Chessel

PUR, 2016Cet ouvrage clôt un cycle et mérite à cet égard toute notre attention. En effet, c’est le dernier livre issu d’un programme de recherche international et interdisciplinaire consacré aux organisations patronales en Europe. Les précédents ouvrages – publiés paradoxalement, comme celui-ci, dans une collection consacrée à l’histoire du travail – ont d’abord permis de montrer l’importance, surtout à l’échelle locale et régionale, des organisations nées dès le premier XIXe siècle. Renouvelant l’historiographie en la matière, ils ont contribué à mettre au jour de multiples organisations pas ou peu connues, à différentes échelles. Ils ont ainsi montré la diversité de ces organisations, notamment en termes de taille, de fonction et d’idéologie. Dans la même veine, Réguler l’économie se centre sur la manière dont ces organisations ont contribué à façonner les marchés et à mettre en place des règles de fonctionnement de l’économie.


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670