Histoire@Politique : Politique, culture et société

Comptes rendus
   

Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia et Nicolas Offenstadt (dir.), Historiographies,

Ouvrages | 22.03.2012 | Laurent Wirth

Gallimard, "Folio Histoire", 2010 Quiconque souhaite savoir comment se construit l’histoire, comment elle s’écrit, comment elle se pense et comment elle s’enseigne trouvera dans la somme que constituent les deux tomes d’Historiographies un état des lieux qui comble une lacune après « trente ans de débats, de remises en cause et de renouvellements », comme le disent très justement les quatre co-directeurs dans l’introduction de l’ouvrage. Ils annoncent d’emblée leur ambition : répondre au besoin de « faire le point sur l’histoire comme discipline qui produit des connaissances, mais aussi de mettre en perspective les usages contemporains du passé ». L’histoire, les mémoires et le patrimoine occupent en effet dans l’espace public une place importante. Gallimard, "Folio Histoire", 2010La sensibilité des rapports des sociétés à leur passé en fait aujourd’hui un enjeu politique. Ce rapport social au temps, que François Hartog a bien caractérisé avec la notion de « régimes d’historicité » (qu’il présente dans un des articles du dictionnaire), a contribué à une redéfinition de l’histoire. Les directeurs de l’ouvrage mettent aussi en avant la nécessité du « détour historiographique » découlant de « la prise de conscience que l’écriture historienne n’est pas un simple reflet passif du réel mais résulte d’une tension indépassable entre le souci de rendre compte de ce qui s’est passé et un questionnement qui émane pour l’essentiel du présent de l’historien ». La couleur est clairement annoncée : ce dictionnaire participe à ce détour historiographie qui a pour ambition « d’exhumer la pluralité des écritures de l’histoire » et s’inscrit pleinement dans une « nouvelle réflexivité historienne ». Le défi est de taille.


Mariette Sineau, Femmes et pouvoir sous la Ve République. De l’exclusion à l’entrée dans la course présidentielle,

Ouvrages | 22.03.2012 | Armelle Le Bras-Chopard

Presses de Sciences Po, 2011Cette seconde édition de l’ouvrage de Mariette Sineau (paru en 2001 sous le titre Profession : femme politique. Sexe et pouvoir sous la Ve République) est considérablement augmentée (environ la moitié du volume). Actualisée, elle offre une vue d’ensemble sur l’inclusion des femmes dans la sphère politique depuis le début de la Ve République jusqu’à aujourd’hui. La période est divisée en deux parties : il y a un avant et un après 1997, date où précisément, avec l’arrivée de Lionel Jospin comme Premier ministre de cohabitation, l’Histoire semble s’accélérer en ce qui concerne l’accession des femmes à des postes politiques : l’une d’elles, Ségolène Royal sera même présente au second tour de l’élection présidentielle de 2007. Sont questionnés pour évaluer changements ou continuités, les institutions, le mode de scrutin, le cumul des mandats, le rôle prépondérant des partis mais aussi la personnalité des hommes politiques susceptibles de freiner ou de favoriser l’accès des femmes au pouvoir, et l’évolution de la société elle-même.


Pierre Singaravelou, Professer l’Empire, « les sciences coloniales » en France sous la IIIe République,

Ouvrages | 21.03.2012 | Pierre Guillaume

Publications de la Sorbonne, 2011Issu d’une thèse de doctorat menée à bien sous la direction de Christophe Charle, cet ouvrage confirme toutes les qualités de l’auteur révélées par les précédents sur L’École française d’Extrême-Orient (1999), et L’Empire des géographes (2008). Jeune maître de conférences à Paris 1 Sorbonne, Pierre Singaravelou se confirme ici comme un chercheur déjà chevronné mais dont la curiosité n’a pas encore été émoussée par l’érudition et la fermeté parfois hardie du propos par la bienséance universitaire.


Jean Charbonnel, Pour l’honneur du gaullisme. Contre-enquête sur un héritage, entretiens avec Laurent de Boissieu,

Ouvrages | 21.03.2012 | Jérôme Pozzi

Riveneuve éditions, 2011Après la publication d’un ouvrage de souvenirs dont le titre évoquait à lui seul le positionnement de Jean Charbonnel au sein de sa famille politique, À la gauche du Général, et d’un essai intitulé Le gaullisme en questions, l’ancien député-maire de Brive récidive à travers un livre d’entretiens avec Laurent de Boissieu, journaliste au service politique du quotidien La Croix. L’un des derniers ministres encore en vie du général de Gaulle livre son témoignage sur le gaullisme, au prisme de son engagement politique et d’un itinéraire au cours duquel il a été l’acteur privilégié d’événements qui ont marqué l’histoire de la Ve République. Après avoir servi le gaullisme pendant de nombreuses années, alors que d’autres préférèrent selon lui s’en servir – à l’instar de Jacques Chirac, que « seul un amour commun de la tête de veau peut encore rapprocher » (p. 220) de l’intéressé –, Jean Charbonnel peut s’enorgueillir d’avoir toujours incarné une vigie pour l’aile sociale du gaullisme. Le sentiment du devoir accompli en servant le général de Gaulle comme secrétaire d’État aux Affaires étrangères, chargé de la Coopération (1966-1967), puis Georges Pompidou comme ministre du Développement industriel et scientifique (1972-1974), lui permet de mener cette « contre-enquête sur un héritage ». Plus qu’un simple inventaire du gaullisme, ces entretiens ont d’abord pour ambition de montrer la contemporanéité du message gaullien, que l’auteur qualifie de « véritable boussole dans la crise » (p. 7), regrettant au passage que Nicolas Sarkozy n’ait pas lu les écrits de l’homme du 18 juin avant d’accéder à la magistrature suprême. Jean Charbonnel entend extirper le gaullisme « des mythes soigneusement entretenus par bien des médias et de la gangue dans laquelle tant de faux disciples ont voulu l’enfermer » (p. 8). Ancien élève de l’École normale supérieure et de l’ENA, celui qui revendique la paternité du lanceur Ariane ne livre pas ici un témoignage aseptisé, bien au contraire. Le propos est libre et précis ; quant aux portraits qu’il dresse de ses compagnons de route, ils sont d’une justesse implacable. Ainsi, chaque terme est pesé au trébuchet et les références littéraires s’inscrivent toujours en filigrane d’un récit dont l’auteur n’a jamais oublié la rigueur de l’historien, avant qu’il entame une carrière de haut fonctionnaire, puis d’homme politique. Articulé autour de six chapitres, cet ouvrage balaie l’histoire du gaullisme – et plus largement des relations que celui-ci a entretenues avec les autres forces politiques – depuis la Libération jusqu’au quinquennat de Nicolas Sarkozy.


Élise Féron, Abandonner la violence, comment l’Irlande du Nord sort du conflit,

Ouvrages | 08.03.2012 | Maurice Goldring

Payot, 2011Le conflit nord-irlandais a été l’objet d’une bibliographie abondante qui ne s’est pas tarie avec les accords de paix de 1998. De nombreux ouvrages étudient aujourd’hui la manière dont cette région du monde est sortie de l’affrontement. Élise Féron, familière de ce conflit, fait à son tour le point dans son ouvrage Abandonner la violence. Le lecteur qui souhaitera découvrir des informations sûres y trouvera l’origine historique du conflit, les événements qui ont transformé un mouvement de désobéissance civile en guerre ouverte et une description solide des crispations identitaires, des institutions communautaires, écoles, églises, partis politiques.


Emmanuel Blanchard, La police parisienne et les Algériens (1944-1962),

Ouvrages | 06.03.2012 | Vanessa Codaccioni

Nouveau Monde, 2011Né d’une réflexion sur la controverse autour du massacre du 17 octobre 1961 qui émerge en France en 1997 au moment du procès Papon, l’ouvrage d’Emmanuel Blanchard issu de sa thèse est articulé autour de la problématique centrale des conditions de possibilité de cette tuerie policière. La police parisienne et les Algériens (1944-1962) s’inscrit ainsi dans le mouvement de renouvellement de l’historiographie de la guerre d’Algérie porté par une nouvelle génération de chercheuses et de chercheurs qui n’ont pas connu ce conflit, et qui peuvent à la fois l’analyser de manière plus distanciée, mais aussi en proposer de nouvelles approches « par le bas », focalisées sur les « expériences de la guerre au quotidien », comme ici le gouvernement policier des Algériens à Paris.


Alya Aglan, Olivier Feiertag et Dzovinar Kévonian (dir.), Humaniser le travail. Régimes économiques, régimes politiques et Organisation internationale du travail (1929-1969),

Ouvrages | 06.03.2012 | Michel Dreyfus

Peter Lang, 2011L'Organisation internationale du travail (OIT), dont le secrétariat permanent est le Bureau international du travail (BIT) à Genève, est une plus anciennes organisations internationales : fondée en 1919 dans le sillage du traité de Versailles, elle existe toujours aujourd'hui. Ce livre retrace quarante ans de son histoire, en suivant un plan chronologique organisé en trois parties.


« Napoléon III et l'Italie. Naissance d'une nation, 1848-1870 »

Expositions | 05.03.2012 | Jean-Yves Frétigné

Exposition "Napoléon et l'Italie", Musée de l'Armée (19/10/2011-15/01/2012)Du 19 octobre 2011 au 15 janvier 2012, le musée de l’Armée (Hôtel des Invalides, Paris) a accueilli une belle exposition sur « Napoléon III et l’Italie. Naissance d’une nation 1848-1870 ». Placée sous le haut patronage du président de la République française et de son homologue italien, elle a été un des temps forts des célébrations françaises et italiennes du 150e anniversaire de l’unité d’Italie. Cette exposition a donné lieu à la publication d’un catalogue qui ne se contente pas de la reproduction commentée de quelques-unes des œuvres que le visiteur a pu admirer mais qui est riche d'analyses d’histoire et d’histoire de l’art complétant et approfondissant les enseignements que l'on a pu retenir en parcourant les différentes salles du musée.


L'Exercice de l'État ou l'exercice du pouvoir au masculin.

Films | 25.01.2012 | Gabrielle Costa de Beauregard

Un film de Pierre Schoeller, produit par les frères DardenneLe film dont il est question ici n'est nullement historique, c'est un film politique en ce sens qu'il traite de la mécanique du pouvoir, des rapports de force au sein du gouvernement et des processus décisionnels et informatifs. Le temps de la fiction racontée apparaît très ramassé : il semble que l'histoire se déroule sur quelques mois, une année tout au plus. En revanche, le processus de naissance du film L’Exercice de l’État, fut long – sept, huit ans – selon son réalisateur Pierre Schoeller. La difficulté tient peut être au fait de porter un regard sur des processus peu connus – et peu décrits – en dehors du milieu des cabinets politiques, et dont la réalité semble bien lointaine de celle des citoyens (et peut-être à l'époque du film Versailles, loin du réalisateur). Dès lors, comment les représenter de façon réaliste, crédible ? Le propos du film n’est pas de traiter d’un événement mais d’un type de rapport aux événements, d’un style politique. Avec L'Exercice de l'État, nous avons un film esthétique et intimiste qui met en scène des représentations du pouvoir.


Nathalie Carré de Malberg, Le grand état-major financier : les inspecteurs des Finances, 1918-1946. Les hommes, le métier, les carrières,

Ouvrages | 25.01.2012 | Jean-Charles Asselain

Comité pour l'histoire économique et financière de la France, 2011Ce portrait de groupe d’un corps prestigieux entre tous, l’inspection des Finances, n’a rien de statique : c’est en réalité une histoire bien plus tumultueuse qu’on ne le croit souvent qui est ici retracée pour la première fois. Les travaux antérieurs de Nathalie Carré de Malberg, bien connus de tous ceux qui s’intéressent à la haute fonction publique en France, mettaient déjà en lumière bien des traits marquants. Le présent ouvrage, outre diverses précisions et approfondissements significatifs, apporte une mise en perspective du destin de l’inspection des Finances au XXe siècle, de la Première Guerre mondiale à la Libération : l’histoire d’une conquête puis d’une consolidation du pouvoir au sein de l’administration des Finances – avec une insistance particulière sur la capacité d’adaptation qui a permis à ce corps d’élite de résister aux menaces qui ont pesé sur son existence même en 1936 et en 1946. Les développements nouveaux consacrés aux « années noires » 1939-1946 (p. 529-687) auraient pu d’ailleurs alimenter à eux seuls un passionnant ouvrage.


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670