Histoire@Politique : Politique, culture et société

Comptes rendus
   

Christophe Bellon, Aristide Briand : Parler pour agir,

Ouvrages | 03.03.2017 | Jean-Michel Guieu

CNRS EditionsAristide Briand (1862-1932) a exercé durant près de trois décennies les plus hautes fonctions de la République, chef du gouvernement à onze reprises et vingt-cinq fois ministre. Ce record absolu n’a pourtant pas beaucoup aiguisé l’appétit des biographes. On pourra ainsi s’étonner que Christophe Bellon soit le premier historien universitaire à s’être aventuré à brosser le portrait de cet homme d’État, artisan de la loi de Séparation des Églises et de l’État en 1905, chef du « gouvernement de guerre » aux heures tragiques de Verdun et de la Somme, devenu dans les années 1920 l’apôtre de la réconciliation européenne. Il n’est pas le lieu ici d’exposer les raisons – déjà évoquées ailleurs – qui ont conduit Briand à sombrer dans cet injuste oubli de notre mémoire nationale. Il est vrai que le personnage est complexe et ses archives plutôt minces, Briand s’étant davantage illustré par son verbe que par sa plume.


« Étienne Clémentel (1864-1936). Politique et action publique sous la Troisième République »

Colloques | 24.01.2017 | Jean-Étienne Dubois

 Le 6 octEtienne Clémentel (1864-1936)obre 2016 eut lieu à Paris, sous l’égide de l’Université Paris II et du Centre d’études et de recherches de sciences administratives et politiques (CERSA), un colloque sur Étienne Clémentel. Cet homme politique radical, largement oublié aujourd’hui, eut pourtant des responsabilités politiques nationales dans le premier tiers du XXe siècle. Différents aspects de sa vie publique et privée furent abordés lors de cette journée organisée à l’initiative de Marie-Christine Kessler, directrice de recherche émérite au CNRS, auteure de nombreux travaux de sociologie politique et administrative, et petite-fille d’Étienne Clémentel. 


Sabrina Tricaud, L’entourage de Georges Pompidou (1962-1974). Institutions, hommes et pratiques,

Ouvrages | 23.01.2017 | Bernard Lachaise

P.I.E. Peter Lang, 2014Avec cet ouvrage issu de sa thèse de doctorat, Sabrina Tricaud, professeure agrégée, ancienne chargée de recherche à l’Association Georges Pompidou, fournit une très solide étude de l’entourage institutionnel de l’homme d’État Georges Pompidou, Premier ministre (1962-1968) et président de la République (1969-1974), soit 70 collaborateurs civils et 23 militaires. Elle exclut de l’entourage les sphères plus informelles (proches, intimes, familiers, normaliens…). D’emblée, l’initiative d’une telle prosopographie doit être saluée : d’une part, car elle s’inscrit dans une historiographie renouvelée sur les élites politiques, hommes dans la lumière mais aussi hommes de l’ombre, qui apporte beaucoup à l’histoire politique et, d’autre part, car elle permet de sortir de l’image omniprésente et trop restrictive du duo Pierre Juillet-Marie-France Garaud, le « cabinet noir », dans l’entourage du président Pompidou.


L’Histoire officielle

Films | 21.01.2017 | Moira Cristiá

film réalisé par Luis Puenzo (1985)Plus de quarante ans après le coup d’État qui instaura la dictature la plus meurtrière de l’histoire argentine (1976-1983), le film L’Histoire officielle a été restauré et rediffusé en salles en octobre 2016. Malgré le temps écoulé depuis son lancement en 1985, les raisons de son incroyable succès demeurent facilement identifiables. La qualité de son scénario et l’intérêt du sujet pour le public international expliquent que l’Oscar du meilleur film en langue étrangère lui ait été décerné en 1986, dix ans tout juste après le coup d’État du 24 mars 1976. Il est surprenant de constater à quel point ce film, tourné pendant la transition démocratique de l’Argentine, reste d’actualité. Néanmoins, quand on le regarde aujourd’hui, il suscite également de nouvelles réflexions sur la mémoire comme champ de bataille et sur les politiques mémorielles liées à un passé traumatisant.


Jean-Louis Fabiani, Pierre Bourdieu. Un structuralisme héroïque,

Ouvrages | 20.01.2017 | Romain Bonnet

Seuil, 2016On referme cet ouvrage intéressant sur la trajectoire, l’œuvre et l’existence de Pierre Bourdieu (1930-2002) avec l’impression qu’il constitue la réfutation paradoxale de l’une de ses thèses : « Le maître de la révolution symbolique est désormais seul en scène » (p. 298). En 2002, on rappelait dans la revue International Sociology qu’il fallait remonter un siècle en arrière pour trouver dans nos jeunes sciences sociales la trace de penseurs aussi influents et cités que Pierre Bourdieu. De fait, son œuvre peut être lue comme un « remontage original des propositions de Marx, Durkheim et Weber » (p. 30), comme l’indique son ancien disciple Jean-Louis Fabiani. « Européen convaincu » (p. 219), le sociologue français Pierre Bourdieu apparaît comme une « référence mondiale » (p. 225) et l’auteur de la « construction théorique la plus puissante de la sociologie de la seconde moitié du XXe siècle » (p. 130). Lors du dernier demi-siècle, par-delà les pressions qui ont tant marqué les générations de guerre froide, il a exceptionnellement contribué à « renouveler la vie intellectuelle » (p. 299). L’auteur parvient dans une certaine mesure à « parler sereinement » (p. 13) de Pierre Bourdieu, ce qui était le « pari de l’ouvrage » (p. 299).


Colonia

Films | 20.01.2017 | Élodie Lebeau

Colonia, film de Florian Gallenberger (2016)En avril 2016, le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a annoncé l’ouverture des archives de la Colonia Dignidad relatives à la décennie 1986-1996, réduisant ainsi de dix années le délai de protection qui leur avait été préalablement assigné. Curieux hasard, cette annonce est intervenue deux mois après la sortie du film Colonia en Allemagne… Réalisée par Florian Gallenberger, cette coproduction germano-luxembourgeoise et française se propose, à travers le destin romancé d’un jeune couple allemand piégé par les événements de septembre 1973 au Chili, de faire découvrir au grand public l’histoire de la Colonia Dignidad, « cette secte nazie au pays de Pinochet ».


« Confrontations au national-socialisme (CNS) : hommes politiques, journalistes, publicistes, experts et intellectuels dans l’Europe francophone et germanophone (1919-1949) »

Colloques | 12.01.2017 | Charlotte Balluais

Les 13 et 14 octobre 2016 s’est tenue à Bordeaux, dans la salle de conférence des Archives départementales, la cinquième rencontre du programme de recherches international « Confrontations au national-socialisme (CNS) : hommes politiques, journalistes, publicistes, experts et intellectuels dans l’Europe francophone et germanophone (1919-1949) / Auseinandersetzungen mit dem Nationalsozialismus (ANS): Politiker, Journalisten, Publizisten, Experten und Intellektuelle im deutsch- und französischsprachigen Europa (1919-1949) ». Comme les précédents, ce colloque a réuni historiens, germanistes, philosophes et chercheurs de la jeune génération, autour cette fois-ci de la question de la confrontation des gauches au national-socialisme. Les premières rencontres tenues à Metz, Sarrebruck, Paris et Berlin, s’étaient respectivement intéressées aux savoirs et aux opinions publiques, aux catholiques, à la famille libérale, modérée et européiste et à une partie des droites dans leur confrontation au national-socialisme. D’autres journées d’étude doivent encore se tenir jusqu’en 2017.


Olivier Zajec, Nicholas John Spykman. L’invention de la géopolitique américaine,

Ouvrages | 11.01.2017 | Sébastien-Yves Laurent

Presses universitaires Paris-SorbonneSpykman, universitaire organique de la « national security » et du containment de guerre froide ? C’est à cette image que l’universitaire étatsunien disparu en 1943, relativement jeune, est souvent réduit. Avec la notion de « Rimland », cet espace périphérique de l’Eurasie centré sur la Russie (le « Heartland » de Mackinder), le professeur de Yale aurait formulé avec un grand talent d’anticipation, le concept phare de la guerre froide. Ce faisant, il aurait été le premier géopoliticien des États-Unis, désormais convaincus de leur responsabilité mondiale.


Gerd-Rainer Horn, The Spirit of Vatican II. Western European Progressive Catholicism in the Long Sixties,

Ouvrages | 10.01.2017 | Anthony Favier

Oxford University Press, 2015Dans cet ouvrage écrit en anglais, Gerd-Rainer Horn, professeur d’histoire à Sciences Po Paris, poursuit son investigation des forces catholiques de gauche d’Europe occidentale entamée dans ses précédents ouvrages. Ce faisant, il propose une très stimulante démarche d’histoire comparatiste sur le militantisme catholique des années 1960-1970.


Jean-Noël Jeanneney, Clemenceau. Dernières nouvelles du Tigre,

Ouvrages | 10.01.2017 | Christophe Bellon

CNRS Éditions, 2016« Il y a des gens qui rétrécissent par manque d’admiration », nous rappelle Jean-Noël Jeanneney, en citant ces mots attribués à Victor Hugo. Ce ne fut pas le cas de Clemenceau, pas plus que de ceux qui, aujourd’hui, s’intéressent à cette figure marquante de la vie politique française. Car son souvenir et par lui sa défense, voire son modèle, restent d’une actualité toujours stimulante où l’admiration prend une place qu’elle n’a pas toujours eue.


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670