Histoire@Politique : Politique, culture et société

Comptes rendus
   

« Europe et barbarie, passé-présent »

Journées d'études | 10.12.2013 | Olivier Van den Bossche

La journée d’études « Europe et barbarie, passé-présent », organisée par le Centre d’histoire de Sciences Po, s’inscrivait dans une démarche initiée en 2012 lors du séminaire « Europe, Lumières et barbarie », jalonné par les communications d’Audrey Kichelewski, d’Elissa Mailander et de Jean-Frédéric Schaub. Le 15 novembre 2013, elle se proposait d’approfondir la question de la barbarie dans l’Europe du XXe siècle : rupture dans l’ordre historique ou continuité d’une histoire commencée plus tôt ? La journée d’études a délibérément convié des spécialistes de la question venant d’horizons et de disciplines variés. Les historiens, les politistes et les géographes ont été rejoints par un philosophe et par un psychanalyste, ce qui a permis de diversifier les angles d’approche.


Hélène Camarade, Élisabeth Guilhamon, Claire Kaiser (dir.), Le national-socialisme dans le cinéma allemand contemporain,

Ouvrages | 08.12.2013 | Martine Floch

Presses universitaires du Septentrion, 2013Les films sur le national-socialisme fleurissent dans l’Allemagne réunifiée. Si les plus emblématiques ont été montrés sur les écrans français, à l’instar de La Chute, Sophie Scholl, Et puis les touristes, La Vague, le sujet lui-même, vaste, a été peu exploré en France. À cet égard l’ouvrage collectif vient combler une lacune. Grâce à une convergence d’auteurs et de disciplines différentes et souvent complémentaires – histoire, germanistique, esthétique et cinéma, sémiotique –, le livre devrait intéresser bon nombre de lecteurs issus de ces disciplines et un public plus vaste dans la mesure où il répond à de nombreuses questions.


« Mémoires de combats. Les archives de l'engagement social et associatif »

Journées d'études | 06.12.2013 | Camille Duclert

Le 7 novembre 2013, le Service interministériel des Archives de France (ministère de la Culture et de la Communication), le Centre d'études européennes et le Centre d'histoire de Sciences Po ont organisé une journée d'études intitulée « Mémoires de combats », consacrée aux « archives de l'engagement social et associatif ». Insistant sur l'exceptionnelle richesse de documents produits par des associations aux missions de plus en plus étoffées, le directeur chargé des Archives de France et le directeur de Sciences Po ont souligné, en propos liminaire, l'apport de ces sources à la recherche. Se limiter à une vision institutionnelle de la société, refuser de prendre en compte la diversité de ses acteurs, privés comme publics, reviendrait à proposer une histoire hémiplégique de notre temps. À l'heure où les autorités publiques s'appuient davantage sur des structures associatives d'aide aux personnes pauvres, démunies, handicapées ou empêchées, cet engagement ne peut être occulté dans l'écriture de l'Histoire.


Thierry Maurice, La Transition démocratique. L’Espagne et ses ruses mémorielles (1976-1982),

Ouvrages | 06.12.2013 | Hervé Siou

PUR, 2013La Transition démocratique. L’Espagne et ses ruses mémorielles (1976-1982) est issue de la thèse soutenue par Thierry Maurice en 2010. L’ouvrage s’insère dans un travail de relecture entamé par les historiens depuis les années 1990, qui a permis la remise en cause du mythe d’une Transition sans douleur, avec ses héros, le roi Juan Carlos, le chef du gouvernement Adolfo Suárez, et son caractère exemplaire de passage d’une dictature à la démocratie.

Le principal apport du livre réside dans l’étude des « usages du passé » (p. 11), comme le souligne Bernard Bessière dans la préface. En effet, l’auteur cherche, en centrant son étude sur les acteurs, sur les institutions et les discours, saisis dans des « moments de mémoire » (p. 18), à démontrer combien la dimension mémorielle est essentielle à la compréhension du processus de Transition. Les discours sur le passé fournis par la presse écrite, les discours politiques et les textes juridiques, constituent les sources principales abordées par l’auteur.


Contre-cultures

Ouvrages | 25.11.2013 | Laurent Martin

En 2011 s'était tenu à Cerisy-la-Salle un colloque sur les « contre-cultures » (sous-titré : « De la révolution culturelle au dépassement de l'art ») ; ce sont les actes de ce colloque qui sont rassemblés dans la publication dirigée par Christophe Bourseiller et Olivier Penot-Lacassagne, complétés par quelques autres textes. Au moment où sortaient ces actes (février 2013), un autre ouvrage, dû à Steven Jazo-Vannier, paraissait sur le même sujet des contre-cultures ; il nous a paru utile d'en rendre compte de manière croisée et d'interroger une conjoncture intellectuelle et éditoriale qui voit la parution coup sur coup de deux ouvrages prenant ce thème pour objet de leur questionnement.


Moshe Lewin, La formation du système soviétique. Essais sur l’histoire sociale de la Russie dans l’entre-deux-guerres,

Ouvrages | 25.11.2013 | Sophie Coeuré

Editions GallimardRares sont les ouvrages d’histoire soviétique parus avant les années 1990-2000 qui méritent d’être réédités tels quels. La plupart ont rejoint le cimetière intellectuel des livres jamais plus ouverts, voire ont été mis discrètement au rebut par les bibliothèques et les chercheurs. Dans le communiqué de presse de La formation du système soviétique, paru en anglais en 1985, en français en 1987, et reprenant des articles échelonnés des années 1970 aux années 1980, les éditions Gallimard mettent en avant deux arguments également intéressants. Le premier est celui de la personnalité de l’auteur. L’itinéraire biographique exceptionnel de Moshe Lewin (1921-2010) mérite en effet d’être rappelé. Né à Vilnius (Wilno), seul de sa famille à être sauvé de l’extermination nazie par l’Armée rouge, il passa quatre années en Union soviétique, successivement kolkhozien, ouvrier, officier, avant de quitter la Lituanie pour la Pologne, la France, Israël, de nouveau la France où il acheva ses études d’histoire, la Grande-Bretagne, enfin les États-Unis qui lui offrirent la stabilité académique, tandis que Paris demeurait pour lui une patrie intellectuelle.


Enfance clandestine, de Benjamin Avila

Films | 08.11.2013 | Paula Canelo

Au cours des années 1980 s’est mis en place dans la société argentine un « récit humanitaire » de la mémoire sur la militance révolutionnaire des années « 1960 à 1970 ». Ce récit, inséparable du processus de mise en examen du terrorisme d’État, fut bâti sur deux éléments centraux. Le premier fut la dépolitisation de l’identité des militants des organisations armées et son réajustement autour de leurs conditions de victimes ; le second fut l’omission des responsabilités de la société civile face à la violence. De même que d’autres modes d’expression culturelle, le cinéma argentin a partagé les arguments centraux de ce récit, comme le démontre La Historia Oficial de Luis Puenzo (1985) et La Noche de los Lapices de Héctor Oliveira (1986).


Vanessa Codaccioni, Punir les opposants. PCF et procès politiques, 1947-1962,

Ouvrages | 13.10.2013 | Roberto Colozza

CNRS EditionsLe livre de Vanessa Codaccioni, maître de conférences à l’université Paris 8, est un excellent travail de sociohistoire, tiré de la thèse de doctorat que l’auteure a rédigée sous la direction de Frédérique Matonti et qu’elle a soutenue en novembre 2011 à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne. L’ouvrage aborde plusieurs thèmes classiques de l’historiographie et de la sociologie politiques – Guerre froide, Parti communiste français (PCF), guerres d’Indochine et d’Algérie – et, partant, il se confronte avec un grand nombre de contributions scientifiques que l’auteure maîtrise avec sûreté et qu’elle réexamine par son ample recherche archivistique, aussi bien que par ses interviews de témoins et son large dépouillement de périodiques et de quotidiens. Malgré le sous-titre – qui nous fait penser aux affaires internes au PCF – et bien que la typologie des sources inédites relève surtout du champ policier et judiciaire – fonds du ministère de la Justice aux Archives nationales, Service historique de la Défense, Archives de la Préfecture de Paris, etc. –, le livre ne s’arrête pas longtemps dans les salles de justice ni dans les couloirs du parti communiste.


Jean-Charles Jauffret, La Guerre inachevée : Afghanistan 2001-2013,

Ouvrages | 13.10.2013 | Thomas Cavanna

Autrement, 2013Jean-Charles Jauffret, professeur à l’IEP d’Aix-en-Provence, met ici à jour son précédent opus(prix du livre d’Histoire de Verdun) pour dresser un bilan critique de l’action de la coalition internationale en Afghanistan depuis 2001, « alors que rien n’a été achevé sur le terrain, sinon l’éclosion du premier narco-État de la planète » (p. 12). Son ouvrage se décompose en sept chapitres.


« La spoliation des juifs : une politique d’État, 1940-1944 »

Expositions | 13.10.2013 | Florent Le Bot

Mémorial de la ShoahL’exposition « La spoliation des juifs : une politique d’État, 1940-1944 » organisée à Paris, au Mémorial de la Shoah, du 30 janvier au 29 septembre 2013, revient sur une histoire complexe, longtemps méconnue et pourtant essentielle à la compréhension du sort des juifs européens durant la Seconde Guerre mondiale. Le commissaire de l’exposition, l’historien Tal Bruttmann, contribue depuis une décennie à éclairer les différentes dimensions des politiques antisémites menées en France par l’occupant et par Vichy.


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • Histoire@Politique aux Rendez-Vous de l'Histoire de Blois - samedi 7 octobre 2017
  •  « La politique scientifique en France au 20e siècle entre État (...)
  • lire la suite
  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670