Histoire@Politique : Politique, culture et société

Comptes rendus
   

Michela Passini, La fabrique de l’art national. Le nationalisme et les origines de l’histoire de l’art en France et en Allemagne (1870-1933),

Ouvrages | 05.06.2014 | Franck Jacquet

Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013Les sciences humaines ont pour leur majeure partie fait l’objet depuis les années 1970 de travaux denses destinés à restituer leur archéologie. La construction de l’histoire de l’art en tant que science contemporaine demeure au contraire en chantier malgré d’importants jalons posés dès l’apogée du structuralisme en sciences sociales. La publication de la thèse soutenue en 2007 par Michela Passini, sous le titre La fabrique de l’art national. Le nationalisme et les origines de l’histoire de l’art en France et en Allemagne (1870-1933), et s’inscrivant dans la collection « Passages/Passagen », éditée en collaboration avec le Centre allemand d’histoire de l’art, tend à renforcer une veine qui vient aujourd’hui pallier ce qui peut s’apparenter à un retard. Le projet est clair : reconstruire « les modalités de l’écriture d’une histoire de l’art comme récit de l’art national » (p. 3) pour expliquer la structuration des méthodologies et de la discipline histoire de l’art en France et en Allemagne, occasion de mettre en avant un pan des échanges intellectuels à l’heure des nationalismes triomphants.


Peter Longerich, Goebbels,

Ouvrages | 03.06.2014 | David Gallo

Editions Héloïse d'Ormesson, 2013La biographie de Joseph Goebbels de l’historien allemand Peter Longerich, aujourd’hui traduite aux Éditions Héloïse d’Ormesson, s’impose, malgré certains défauts non négligeables, comme la meilleure étude sur le ministre de la Propagande du Troisième Reich disponible à ce jour en langue française.


Samia El Méchat (dir.), Coloniser, pacifier, administrer, XIXe-XXIe siècles,

Ouvrages | 02.06.2014 | Marc Michel

CNRS Editions, 2013Rendre compte d’un tel livre est une gageure tant il touche à des sujets différents, s’inscrit dans une très longue durée de deux siècles, regroupe une quantité impressionnante de contributions (vingt-deux), parfois très pointues, et concerne des espaces géographiques distribués dans le monde entier. Bien sûr, par son titre, il rappelle le titre d’un autre livre, à caractère très polémique, Coloniser, Exterminer… d’Olivier Le Cour Grandmaison. Mais il ne lui est pas du tout comparable, ni par le fond, ni par la forme, tant le livre publié sous la direction de Samia El Mechat n’est pas organisé comme un discours (idéologique), mais comme une succession d’exemples. On ne peut qu’admirer la synthèse problématique qu’en a donnée Samia El Mechat, l’initiatrice du colloque et de ce gros livre. Elle permet de comprendre les axes de réflexion qui ont guidé les participants : l’articulation entre « pacification » et « administration » dans le cadre colonial ; le contenu même du concept de « pacification » ; enfin, le regain d’intérêt contemporain et par conséquent la pertinence des « modèles » élaborés dans le passé en situation postcoloniale. Dans son introduction, Samia El Mechat part de ces « modèles » pour en dégager la ligne directrice d’une interaction, et même d’une intrication entre action militaire et action politique dans la « pacification », et il s’appuie largement sur la doctrine formulée jadis par Gallieni : « L’action vive est l’exception. » Élargissant la notion de « pacification », elle souligne combien les autres modalités de la politique coloniale (éducation, santé) en font partie en vue de la mise en place d’une « double autorité militaire et politique », s’appuyant sur une délégation de responsabilités aux élites locales. Mais elle montre aussi que ce projet qui constitue le cœur de la « pacification » coloniale, au sens large, a été illusoire et que la pacification n’a été que « la variable d’ajustement » de la domination.


Xavier Boniface, L’Armée, l’Église et la République (1879-1914),

Ouvrages | 23.05.2014 | Yves Poncelet

Nouveau Monde Editions / Ministère de la Défense DMPA, 2012Xavier Boniface a rédigé il y a plus de dix ans un important ouvrage sur L’Aumônerie militaire française (1914-1962), qui se situait au confluent de l’histoire religieuse et du culturel lato sensu (les « ferveurs de guerre » par exemple), de l’histoire militaire – celle de l’homme dans la guerre comme celle de l’organisation de l’armée en temps de paix – et du politique, singulièrement dans les dimensions des relations État-Églises et Armée-Églises en régime de séparation. C’est dire qu’il avait déjà abordé la sorte de ménage à trois qui unit la Troisième République, l’Armée et l’Église. Mais il y consacre ici un ouvrage entier, tiré de son mémoire d’habilitation à diriger des recherches, soutenue en 2008 à l’université de Lille 3. Si la pastorale militaire et ses adaptations y sont analysées, éclairant par l’amont, de manière notable, l’étude de 2001, l’ouvrage déborde cette dimension, abordant tout le versant militaire de la politique de laïcisation des institutions et sa perception par la société française durant une période nodale pour la conception de la république, de la laïcité et de la constitution d’une armée nouvelle, celle des décennies 1870-1910.


Maurice de Cheveigné, Radio libre, 1940-1945,

Ouvrages | 23.05.2014 | Jeannine Verdès-Leroux

Le Félin, 2014En deux cents pages minutieuses, fermes et parfois violentes, appuyées sur des archives et une mémoire affûtée, Maurice de Cheveigné fait voir son engagement immédiat dans la France libre, en juin 1940, son court emprisonnement dans l’Espagne épuisée, son travail de « pianiste » dans la Résistance, la prison en France, enfin, le camp d’Oranienburg. Au passage, il évoque à la fois brièvement et répétitivement, les blessures de son enfance, sa phobie des hiérarchies ou des médiocrités de prêtres… Sur des sujets qu’on croyait connaître, Maurice de Cheveigné démontre qu’on ne connaît pas tout.


Mathieu Béra (dir.), Émile Durkheim à Bordeaux (1887-1902),

Ouvrages | 23.05.2014 | Anne-Laure Anizan

Editions Confluences, 2014À l’origine de l’ouvrage se trouve une exposition qui avait été présentée au musée d’Aquitaine, en 2012, parallèlement à la tenue d’un colloque proposé par le sociologue Mathieu Béra pour le centenaire de la publication de l’ouvrage monumental d’Émile Durkheim, Les formes élémentaires de la vie religieuse. Les recherches de Mathieu Béra sur les quinze années de la présence bordelaise d’Émile Durkheim permettent, pour la première fois, d’aborder avec méthode et précision, grâce aux outils mêlés du sociologue et de l’historien, le cadre de la vie familiale, culturelle et professionnelle dans lequel évolua le professeur à la fin du XIXe siècle. Il montre ainsi dans quel contexte matériel et intellectuel s’effectue un début de carrière universitaire en province – jeune agrégé de philosophie, doctorant, Durkheim est nommé à la faculté de Bordeaux en 1887, d’abord comme chargé de cours. Dans un souci louable de mise en perspective des années bordelaises, Mathieu Béra aborde également la carrière de Durkheim en termes d’itinéraire universitaire. Il analyse comment les cours professés à Bordeaux – en tant que chargé de cours, professeur adjoint, puis professeur –, la contribution à la vie de la recherche – notamment par le lancement en 1897 et l’animation de la revue L’année sociologique –, constituent un terreau favorable pour l’obtention d’un poste à Paris. Il souligne aussi combien la quinzaine d’années de présence en Gironde a été une étape dans la maturation intellectuelle ayant conduit à la rédaction, une fois installé à Paris, des Formes élémentaires de la vie religieuse. Bien que les années 1887-1902 soient aussi interprétées au prisme de ce que sera le couronnement de la carrière de Durkheim, l’auteur de l’ouvrage n’adopte pas de démarche téléologique.


Anne-Laure Anizan, Paul Painlevé. Science et politique de la Belle Époque aux années trente,

Ouvrages | 23.05.2014 | Sabine Jansen

PUR, 2012« Les grands hommes meurent deux fois : une fois comme homme, et une fois comme grand. » Ce constat sans illusion de Paul Valéry s’applique à Paul Painlevé, non pas tant que cette éminente personnalité politique de la Troisième République ait révélé sa petitesse aux yeux de la postérité mais, plus cruellement, parce qu’elle a rejoint les oubliettes de l’histoire. Preuve s’il en est que l’inhumation au Panthéon ne garantit en rien la reconnaissance de la Patrie promise sur la frise du temple de la Montagne Sainte-Geneviève.

Dans un ouvrage passionnant, Paul Painlevé (1863-1933) : un scientifique en politique, tiré de sa thèse de doctorat dirigée par Serge Berstein et soutenue en 2006 à Sciences Po, Anne-Laure Anizan restitue la carrière exceptionnelle de ce mathématicien qui incarne, au début du XXe siècle, cette République des savants née avec la Révolution française. Député pendant vingt-trois ans, quatorze fois ministre, trois fois président du Conseil, élu très jeune à l’Académie des sciences, Paul Painlevé est l’un des grands leaders de la gauche française pendant une quinzaine d’années.


« Autour de Charles de Freycinet. Sciences, technique et politique »

Colloques | 22.05.2014 | Jean-Claude Caron

Organisé à Montluçon par Fabien Conord, maître de conférences à l’IUT de l’Allier (université Clermont 2), les 9 et 10 avril 2014, le colloque « Autour de Charles de Freycinet. Science, technique et politique » a réuni une dizaine de contributeurs. Le choix de Montluçon s’est avéré judicieux, la conférence d’Éric Bourgougnon (conservateur des Musées de France) montrant, documents à l’appui, ce qu’avait été le développement industriel de la ville dans une chronologie qui épouse précisément celle de Freycinet. Partageant un même intérêt pour la personnalité de ce dernier, les participants se sont interrogés sur sa dimension politique, scientifique et technique. De formation « X-Mines », l’homme est surtout connu pour la longévité de sa carrière politique depuis son rôle auprès de Gambetta lors de la guerre de 1870-1871 jusqu’à sa nomination, symbolique, comme ministre d’État durant la Première Guerre mondiale. Plusieurs fois président du Conseil, ayant exercé les fonctions de ministre des Travaux publics, des Affaires étrangères et de la Guerre, Freycinet incarne de manière presque caricaturale ces notables incontournables et insubmersibles de la Troisième République. Homme d’appareil, de coulisses, de négociation, il fut moins un orateur, un commis voyageur et un élu de terrain : le seul mandat qu’il exerça fut celui de sénateur de la Seine, détenu entre 1876 et 1920…


Laurent Jalabert (dir.), Gaullistes dans l’Ouest atlantique dans les élections législatives de 1958 à 1981,

Ouvrages | 22.05.2014 | François Audigier

PUR, 2014Suivant l’exemple des politologues qui ont exploré en pionniers l’ancrage territorial privilégié d’un courant politique, les historiens s’intéressent de plus en plus au phénomène du bastion militant et électoral. Organisé en septembre 2009 par l’université de Poitiers, le colloque sur les « fiefs, bastions, terres de missions et déserts électoraux de la Révolution à nos jours » l’a démontré. Cette perspective se nourrit aussi du nouveau jeu d’échelle des historiens des forces politiques, qui dans une démarche multiscalaire, inscrivent désormais leurs études entre national, régional et local. L’histoire du gaullisme en a particulièrement profité, qui a su ainsi interroger le lien particulier du RPF à certains espaces comme le Sud-Ouest (Bernard Lachaise, Le Gaullisme dans le Sud-Ouest au temps du RPF, Fédération historique du Sud-Ouest, 1997), l’Ouest parisien (« Gaullisme et gaullistes dans l’Ouest parisien de la Libération à la fin des années cinquante », n° 10, 2001, Cahiers de la Fondation de Gaulle) ou l’Est (François Audigier et Frédéric Schwindt, Gaullisme et gaullistes dans la France de l’Est sous la IVe République


Jenny Raflik-Grenouilleau, La IVe République et l’Alliance atlantique. Influence et dépendance (1945-1958),

Ouvrages | 14.04.2014 | Guillaume de Rougé

PUR, 2014L’ouvrage de Jenny Raflik-Grenouilleau constitue une excellente adaptation de la thèse intitulée « Les décideurs français et l’Alliance atlantique, 1947-1954 », qu’elle avait soutenue en 2006 à l’université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne. Une périodisation étendue de 1944 à 1958 consolide le projet d’ensemble de l’auteur, qui consiste à montrer que, tout au long de la IVe République, la politique que mène la France à l’endroit de l’Alliance atlantique et de l’OTAN préfigure très largement la politique gaullienne. Ce qui, du même coup, contribue à relativiser la radicalité de la rupture gaullienne, et aussi à ancrer celle-ci dans un long continuum, qu’il s’agisse de l’intérêt constant des Français pour l’émergence d’un Directoire, de leur ambivalence envers « l’intégration », ou encore de leur isolement consenti dans le débat stratégique, ne serait-ce que dans l’articulation entre défense de l’avant et dissuasion nucléaire ou a fortiori dans le refus d’une approche exclusivement conçue de bloc à bloc. Comme l’écrit Hervé Alphand dans son journal dès 1958, « les malentendus et les querelles franco-américains ne datent pas, comme on a trop tendance à l’affirmer, de la présence du général de Gaulle au pouvoir » (p. 212). Même si, comme le rappelle cet ouvrage en conclusion, il y a bien quelques différences sensibles entre les deux régimes, ne serait-ce qu’en raison du différentiel de puissance et d’un contexte international plus favorable, ou moins défavorable, pour la période gaullienne.


imprimer

Newsletter

  • Consultez fréquemment les rubriques dynamiques de cette colonne. Elles sont régulièrement mises à jour.

Champ libre

  • Histoire@Politique fête ses 10 ans
  • Conférence de Jessica Gienow Hecht, mardi 6 juin 2017 à 17h00 (Centre d’histoire (...)
  • lire la suite
  • Histoire@Politique est également disponible sur CAIRN
  • lire la suite

Partager

  • ISSN 1954-3670